• stsebastianfrgerma

JOUR DES MÈRES

Updated: May 9

Le mois de mai est bien avancé et nous sommes toujours confinés à la maison

Aujourd’hui nous célébrons une journée importante, c’est la fête des mères.

Cette année, grâce au coronavirus, la fête sera beaucoup moins commerciale et beaucoup plus spirituelle et sincère.

Nous pensons à nos mères, celles du ciel et celles de la terre.

Nous pouvons faire une prière pour toutes les mères qui sont décédées et qui continuent à intercéder pour leurs enfants. Une mère n’oublie jamais un de ses enfants. Elles sont auprès de Dieu et elles connaissent, mieux que personne d’autre, les préoccupations et les joies de leurs enfants. Elles savent que nous sommes en train de vivre une situation extraordinaire et que nous avons besoin de revenir à Dieu pour qu’Il nous illumine, nous fortifie et nous aide à sortir de cette crise le plutôt possible, sans y laisser beaucoup trop de morts. Elles savent que nous devons tirer de bonnes leçons de cette crise pour que l’avenir soit meilleur pour nous et pour les autres.

Nous pensons aussi à nos mères qui sont toujours avec nous ici sur la terre et en particulier à celles qui ont perdu un enfant. Ma mère disait que quand une mère perd un enfant, elle reste comme une personne à qui on a amputé un membre. Elle perd une partie d’elle-même. La cicatrice reste toujours, même si la blessure est soignée par Dieu, avec le temps, la prière et l’aide des autres.

Nous pensons à toutes les femmes qui n’ont jamais pu avoir un enfant. Elles souffrent jusqu’au jour où elles acceptent de vivre une maternité spirituelle avec d’autres enfants ou qu’elles prennent la décision, avec leur mari, d’en adopter un. La stérilité est une source d’une profonde souffrance.

Elles sont aussi dans nos prières.

Je prie aussi pour les mères spirituelles qui décident de consacrer leur vie pour devenir la mère d’une multitude. Je pense aux sœurs qui sont dans les couvents et qui accueillent des milliers d’enfants, jeunes et adultes dans leurs bras. Merci au Seigneur pour leur vie.

Nous pensons à toutes les mères qui ont avorté. Qui suis-je pour juger ? Je voudrais seulement leur dire qu’elles ont une place importante dans ma prière. Je sais qu’elles portent une grande souffrance et qu’elles ont besoin de la guérison qui vient de Dieu et qui parfois est difficile d’accueillir.

Je pense aux mères qui souffrent à cause de la division dans leur famille. C’est très difficile pour une mère de voir ses enfants qui se détruisent, se haïssent ou se font du mal. Prions pour l’unité et pour la paix dans les familles.

Je prie aussi pour les mères qui ont été abandonnées par leur mari ou qui sont séparées du père de leurs enfants. J’imagine que ce ne sont pas non plus des situations idéales pour quelqu’un qui aspire à former une famille. Ma prière les accompagne aussi.

Je pense à toutes les mères qui sont victimes de la violence dans toutes ses formes. Qu’elles aient le courage et l’aide pour se libérer de l’oppression. Je pense aux mères qui sont dans le milieu de la prostitution. Que le Seigneur les accompagne pour trouver le chemin de la liberté.

Je pense à toutes nos mères qui se trouvent malades et qui souffrent à cause de la solitude, de l’âge ou de la maladie. Que le Seigneur ait de la compassion pour elles et leur donne paix, santé et amour.

Je pense à toutes les mères qui sont abandonnées dans une maison de retraite ou qui vivent seules et se sentent abandonnées. Il est triste d’avoir donné la vie et ne pas avoir une main pour soutenir la sienne pendant sa vieillesse ou pour fermer ses yeux le jour de sa mort.

Je pense à toutes les mères qui sont heureuses et qui se sentent fières de leurs enfants. Elles louent le Seigneur pour chaque réussite d’un de leurs. Elles savent que leur bonheur se trouve dans la joie de leurs enfants. Je pense à toutes ces mères qui sont remplies d’amour, de compassion et de reconnaissance pour tout ce qu’elles ont fait quand elles ont eu la charge de leurs enfants. Que le Seigneur les bénisse et qu’elles comptent toujours sur notre remerciement et notre prière.

Je remercie le Seigneur pour ma mère et je la confie à votre prière.

Bonne Fête des Mères et si cette année nous ne leur offrons pas un bon restaurant ou un parfum importé de l’autre bout du monde, nous allons leur offrir une caresse et une parole d’amour et de reconnaissance.

BONNE SEMAINE.

P. Germán le 10 mai 2020

Recent Posts

See All

Bioéthique

Nous sommes tous témoins des progrès vertigineux que la science a faits ces dernières années. Nous sommes tous heureux des progrès que la médecine a faits ces dernières années. Nous savons que mainten

© 2020 by ACFLA. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now