5ème Dim de Carême C le 21 mars 2010

posted Mar 16, 2010, 7:08 PM by German Sanchez

5ème  Dim de Carême

Année Liturgique C

Los Angeles, le 21 mars 2010

1ère lecture : livre de Isaïe 43,16-21

Psaume : 125(126) 1-2.2-3.3-4.4-5.6

2ème lecture: 2ème lettre de St Paul aux Philippiens 3,8-14

Evangile: Saint John 8,1-11

Alors que nous sommes à une semaine de la fin du carême, la Parole de Dieu nous invite à réfléchir sur le pardon.

Nous avons tous été pardonnés, un jour ou l’autre, par les parents, par les professeurs, par nos camarades, par nos collègues de travail, par notre époux, épouse ou compagnons.

Nous avons tous fait l’expérience du pardon reçu et le pardon donné et nous savons que le fait de recevoir ou de donner le pardon ouvre une porte vers l’avenir de celui ou celle qui a commis une faute.

Le pardon est indispensable dans la société, dans la famille et dans l’Église car nous sommes tous humains et par conséquent, sujets à l’erreur.

« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre ».

Ces paroles de Jésus nous invitent à regarder nos fautes et à ne pas juger et condamner les autres.

Par nos jugements et par nos condamnations il y a des frustrations et des ruptures qui se produisent. Par nos compréhensions et par nos pardons il y a des personnes qui se relèvent et des changements ou des conversions qui se réalisent.

Nous sommes tous témoins des divisions et des séparations autour de nous. Nous sommes tous témoins de rancunes et de haines qui existent dans nos familles, dans nos lieux de travail, dans nos quartiers et communautés. Dans toutes ces situations il y a au départ un jugement, une critique, un malentendu ou une condamnation. Dans toutes ces situations il y a des personnes qui souffrent et qui ont perdu la paix intérieure à cause de la séparation, de la division et de l’absence de compréhension et du pardon.

Celui ou celle qui n’arrive pas à pardonner souffre autant que celui ou celle qui n’est pas pardonné. Le pardon est une arme très puissante pour construire la paix et pour fortifier les relations en famille, dans le travail, dans la société et dans nos communautés.

Nous ne pouvons pas nier qu’il y a des cas graves dans lesquels nous n’arrivons pas à pardonner. Je pense aux blessures profondes et irréparables.

Il me semble que quand nous ne sommes pas capables de pardonner, nous devons, pour reconstruire la paix dans nos cœurs, remettre la situation dans les mains de la justice et dans les mains de Dieu.

Si l’agresseur est jugé par la société et si nous le mettons dans les mains de Dieu, notre vie, malgré et avec la blessure, pourra éviter le sentiment de vengeance qui nous empêchera de retrouver la paix intérieure indispensable pour le bonheur de tout homme.

Demandons au Seigneur qu’il nous aide à accepter la grâce et la force de savoir pardonner pour être capables de recevoir le pardon des autres et le pardon de Dieu.

Que le Seigneur nous aide à lutter contre toute critique, tout jugement et toute condamnation pour que les relations dans notre famille, notre société et notre communauté soient stables et pour que tous découvrent la force du pardon.

Amen.

                        P Germán
Comments