4ème Dim de Carême C Los Angeles, le 31 mars 2019

posted Mar 29, 2019, 3:25 PM by German Sanchez

4ème  Dim de Carême C

Los Angeles le 31 mars 2019

1ère lecture : livre de Josué 5,9.10-12

Psaume : 33(34) 2-3.4-5.6-7

2ème lecture: 2ème lettre de St Paul aux Corinthiens 5,17-21

Evangile: Saint Luc 15,1-3.11-32

En ce quatrième dimanche de Carême, l’Eglise nous propose la parabole de l’enfant prodigue ou père prodigue.

Dans cette parabole il y a quatre personnages : le fils ainé, le fils cadet, le père et nous.

Le fils cadet est un profiteur. Il ne pense qu’à lui. Il veut de l’argent et il n’a pas honte de demander l’héritage avant même que le père ne meurt. Il ne sait pas remercier, reconnaître ou se mettre au service de son père. Il sait exiger, demander, réclamer et se plaindre. Il est pourri par l’égoïsme. Il ne sait pas aimer, il est spécialiste dans le profit des autres.

Il est souvent donné comme exemple à cause de sa conversion et on oublie qu’il revient chez son père acculé par la faim et le malheur. Dans son retour à la maison il n’a pas de sentiments d’amour mais seulement le désir et le besoin de remplir son ventre. Sa conversion est presque une obligation. Il n’a pas de choix. Il est en train de mourir et il sait qu’il ne lui reste que le chemin du retour vers le père pour sauver sa vie.

Nous ne pouvons pas le condamner. C’est un pauvre gamin qui a été aveuglé par l’argent et par le désir de profiter sans mesure et sans limite. Il est à plaindre. Nous pouvons avoir pitié de lui parce qu’il a besoin d’être aimé pour récupérer sa dignité d’enfant, d’homme.

Le fils ainé. Il n’est pas mieux que son frère. Il est aussi égoïste que son frère. Il n’a jamais compris l’amour de son père pour lui et pour son frère. Comme son frère, il se plaint, il revendique sa bonne conduite. Il a l’impression que son travail n’est pas assez bien payé. Il est jaloux parce que le père dépense un peu d’argent pour fêter sa joie. Il croit qu’il mérite tout parce qu’ « il est bien » et il n’a pas pitié de son frère qui a besoin d’être accueilli et pardonné. Il n’est pas heureux parce que la jalousie, l’égoïsme et l’orgueil l’empêchent de profiter de ce qu’il a. Il est comme beaucoup de gens qui se croient  parfaits et qui passent leur temps à juger, à condamner et à dénoncer les péchés des autres. Il est aussi un pauvre mec qui a besoin d’apprendre à aimer l’amour.

Le père. Il est un homme plein d’amour, de compréhension, débordant de pardon. Il est humble et sincère. Il part à la rencontre de son petit quand il l’aperçoit au loin. Il sort de la maison pour supplier son ainé de rentrer dans la maison pour partager la joie de la famille. Il ne pense pas à l’argent qu’il a été obligé de donner à son fils cadet ou à l’argent que le fils ainé dépense à la maison. Il donne sans compter, il est gratuité, il est amour, il ne pense pas à lui, il pense seulement au bonheur de ses enfants. Il ne sait pas ce que c’est l’égoïsme. Il se réjouit d’être avec ses enfants. Il ne fait pas de reproches, il donne, il pardonne et il accueille. Il est une bonne image de Dieu.

Nous. La parabole ne dit pas si le fils ainé accepte de rentrer à la maison après les supplications du père ou s’il quitte la maison à cause de sa jalousie et son mécontentement. La parabole n’est pas finie parce que nous sommes aussi inviter à jouer notre rôle dans cette histoire. Où pouvons-nous nous situer dans cette réalité ? Quel est le personnage qui correspond le mieux à la façon de vivre notre relation avec Dieu et avec nos frères et sœurs ? Si nous nous identifions avec le plus jeune des enfants, sommes-nous prêts à retourner vers Dieu pour nous laisser aimer ? Si nous nous identifions avec le fils ainé, sommes-nous prêts à pardonner à nos frères et sœurs et à les accueillir pour célébrer avec Dieu la joie de construire la Fraternité Humaine ? Ou sommes-nous comme le Père qui pardonne, aime et accueille ? A nous de finir la parabole avec notre réponse à l’amour de Dieu. Amen.  P Germán
Comments