28º Dimanche du temps de l’Église A LA, le 9 octobre 2011

posted Oct 6, 2011, 4:37 PM by German Sanchez   [ updated Oct 6, 2011, 4:38 PM ]

28º Dimanche du temps de l’Église

Année Liturgique A

Los Angeles, le 9 octobre 2011

1ère lecture : du Livre du prophète Isaïe 5,6-10a

Psaume : 22(23) 1-3a.3b-4.5-6

2ème lecture : de la lettre de Saint Paul aux Philippiens 4,12-14.19-20

Évangile : selon St Mathieu 22,1-14

Une des intuitions du bienheureux Jean-Paul II a été le besoin d’une nouvelle évangélisation pour l’Europe, l’occident et le monde entier.

Lundi dernier (3 octobre) le clergé de Los Angeles a eu sa rencontre annuelle avec l’archevêque. Nous étions 1200 prêtres, les évêques auxiliaires, le cardinal et bien sûr le nouvel archevêque Mgr José Horacio GOMEZ.

Notre archevêque nous a parlé, entre autres, de son désir d’ouvrir un nouvel service dans l’archidiocèse qui se chargera d’étudier, de planifier et de travailler pour une nouvelle évangélisation.

Il me semble que les lectures de ce dimanche nous donnent des idées que nous pouvons utiliser pour mettre en route une nouvelle évangélisation dans nos familles et dans notre paroisse.

Les chrétiens, tous les baptisés, nous devons prendre conscience que par le sacrement du baptême nous sommes envoyés par Dieu pour annoncer à tous les hommes et à toutes les femmes de ce monde que Dieu nous invite à un grand festin.

Nous devons prendre au sérieux notre baptême. Le baptême n’est pas un acte unique et isolé dans notre vie. Le baptême n’est pas une assurance maladie ou un acte superstitieux qui nous protégerait des maladies ou des malheurs. Le baptême est un engagement avec Dieu. Le baptême est notre réponse à Dieu qui nous invite à devenir ses messagers dans le monde, ses ambassadeurs devant tous les hommes.

Pour commencer une nouvelle évangélisation nous devons renouveler notre baptême. Voulons-nous vivre comme baptisés tous les jours de notre vie ? Voulons-nous être les ambassadeurs de Dieu ? Voulons-nous être le messager de Dieu ?

Le premier pas de la nouvelle évangélisation doit être une prise de conscience de tous les baptisés de leur responsabilité en tant que messager de Dieu.

Le deuxième pas dans ce processus d’une nouvelle évangélisation est la découverte du message que Dieu nous charge de transmettre.

Il s’agit d’inviter l’humanité à une fête. Il s’agit d’un message de joie, de bonheur, de fête.

L’Église, notre paroisse et nos familles doivent annoncer dans la joie l’invitation que le Seigneur fait à toute l’humanité.

Nos prières, nos Eucharisties, la catéchèse et nos messages doivent être beaux et joyeux pour que les enfants, les jeunes, les adultes et les personnes âgées acceptent avec plaisir l’invitation que le Seigneur nous a chargés de leur transmettre.

La nouvelle évangélisation passe par la convivialité et par la joie de nos communautés et de nos rassemblements.

Demandons-nous : que pouvons-nous faire pour que la joie du banquet de noces auquel nous sommes tous invités soit déjà présente dans nos célébrations, dans nos paroles et dans nos actes ?

Il n’y aura pas de nouvelle évangélisation si tous les baptisés ne se sentent pas responsables de la transmission de l’invitation de Dieu et il n’y aura pas de nouvelle évangélisation si l’Eglise, notre paroisse et nos familles ne vivent pas dans la foi dans la joie et dans la fête.

Amen.  

P Germán
Comments