24º Dim. A LA, 11 septembre 2011

posted Sep 7, 2011, 5:21 PM by German Sanchez   [ updated Sep 10, 2011, 11:25 AM ]

24º Dimanche du temps de l’Église

Année Liturgique A

Los Angeles, 11 septembre 2011

1ère lecture : du Livre de Ben Sirac le Sage 27,30—28,7

Psaume : 102(103) 1-2.3-4.9-10.11-12

2ème lecture : de la lettre de Saint Paul aux Romains 14,7-9

Évangile : selon St Mathieu 18,21-35

Dimanche dernier nous avons parlé de la correction fraternelle et ce dimanche la liturgie nous invite à aborder la question du pardon.

Parler du pardon aujourd’hui 11 septembre, alors que nous faisons mémoire des événements d’il y a 10 ans à New York, ce n’est pas simple. Mais nous ne pouvons pas ignorer l’originalité du christianisme face au mal et au péché : le pardon.

Le christianisme, toutes les religions et presque tous les mouvements politiques combattent le mal et prennent la défense de ceux et celles qui souffrent à cause de la violence et de l’injustice.

Il est évident que la justice civile doit faire son travail pour identifier les coupables, pour exiger réparation des torts quand cela est possible et pour punir le mal pour corriger les responsables et pour éviter des récidives.

Nous ne nions pas la responsabilité de la justice humaine qui doit travailler pour éviter l’impunité et garantir la sécurité de tous les citoyens.

Mais, quand nous sommes devant la personne qui a fait le mal et qui a commis le péché nous devons avoir l’attitude de Jésus.

Face à l’injustice et devant l’horreur de la croix, Jésus regarde ses bourreaux avec un regard de miséricorde et dit : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Lc 23,34

Dans la seule prière que Jésus lui-même nous a apprise, nous disons : « Pardonne-nous, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés». Mt 6,12

Le pardon est l’originalité du christianisme. Le pardon qui n’a pas bonne presse dans la société et qui est attribué aux faibles est une arme puissante pour construire la paix.

Pardonner ce n’est pas simple. Le pardon demande du temps et souvent nous avons besoin de beaucoup d’années avant de commencer à pardonner. Le pardon est un acte courageux et parfois héroïque.

Le pardon est indispensable pour vivre en famille et en société.

La haine, la rancune et la vengeance sont des sentiments qui font souffrir en premier lieu celui qui les porte et qui nous font rentrer dans une spirale de violence qui n’arrêtera jamais la souffrance de l’humanité. La vengeance appelle la vengeance, la haine appelle la haine.  Seule la solution héroïque du pardon peut rompre le cercle infernal du mal.

A l’exemple du Christ, les baptisés doivent répondre au mal et à la méchanceté en rendant le bien pour le mal.

Il y a de situations dans lesquelles le pardon n’est pas possible si nous ne sommes pas animés par la force et la lumière de Dieu.

Le pardon est un attribut de Dieu car Dieu est amour et le pardon est la mesure de l’amour. Nous avons besoin de l’Eucharistie pour faire grandir en nous la présence de Dieu qui est amour et qui pardonne. Plus nous sommes capables d’aimer, plus notre amour pour la personne pardonné est fort.

Si nous pardonnons à nos enfants, soixante dix fois sept c’est par ce que nous les aimons vraiment comme chair de notre chair.

Demandons au Seigneur qu’il nous aider à grandir dans notre capacité de pardonner.

Heureux ceux et celles qui pardonnent ils sont des artisans de paix.

 

Amen.  P Germán
Comments