20ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 14 août 2016

posted Aug 11, 2016, 4:35 PM by German Sanchez

20ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 14 août  2016

1ère lecture : du livre de Jérémie 38,4-6.8-10

Psaume : 39(40) 2.3.4.18

2ème lecture: lettre aux Hébreux 12,1-4

Evangile: Saint Luc 12,49-53

La liturgie d’aujourd’hui nous invite à réfléchir sur la paix.

Depuis le début de l’existence de l’homme sur la terre, la paix est toujours un défi que toute société doit affronter.

Aujourd’hui nous ne sommes pas pire qu’avant. Depuis toujours il y a eu des conflits, des divisions, des guerres, des attaques terroristes, de la violence.

L’histoire du prophète Jérémie que nous avons écoutée dans la première lecture nous rappelle que celui qui dénonce le mal et qui dit la vérité dérange ceux et celles qui désirent profiter des autres et qui ne respectent pas ni la loi, ni la justice, ni la vie de ses frères et sœurs.

Le Christ est venu et il a suivi le même sort que beaucoup d’autres justes. Il a été persécuté, condamné injustement et cloué sur la croix.

Mais Dieu l’a ressuscité pour montrer que le mal n’aura pas le dernier mot. Le Christ ressuscité nous a envoyé l’Esprit Saint pour qu’Il soit notre guide, notre force et notre défenseur dans cette lutte contre le mal, contre la division, contre la guerre, contre la violence, contre la haine.

La paix doit s’imposer et nous sommes des artisans de paix, des ouvriers de réconciliation, des ambassadeurs de Dieu pour construire un Royaume de justice, de paix et de fraternité.

Je voudrais que dans notre paroisse nous ayons tous les jours le souci de prier pour  la paix. Je voudrais que dans tous les foyers de notre communauté il y ait des initiatives de réconciliation. Nous sommes tous capables d’inventer des occasions de rencontre entre ceux et celles qui sont séparés aujourd’hui.

La paix ne s’impose pas avec les armes, les menaces, la prison, la peine de mort ou je ne sais pas avec quel autre moyen démagogue. Les instruments pour construire la paix sont la justice, le pardon, la réconciliation et la miséricorde.

Essayons, en cette année de la miséricorde d’utiliser toujours des paroles qui rassemblent, des gestes qui construisent l’unité. Evitons tout commentaire qui divise et toute parole qui accuse ou qui blesse pour que la paix soit une réalité dans notre vie, dans la communauté et dans la société.

Ne nous laissons pas tromper par ceux et celles qui veulent que nous vivions dans la peur et que nous réagissons à la violence par la violence.

Prions l’Esprit de Dieu pour qu’Il nous aide à construire la paix et pour que la fraternité soit une valeur appréciée et respectée par tous.

 

P Germán
Comments