1er Dimanche de Carême B 1er mars 09

posted Feb 28, 2009, 4:50 PM by German Sanchez

1er Dimanche de Carême

Année Liturgique B

Los Angeles, le 1er mars 2009

1ère lecture : du livre de la Genèse 9,8-15

Psaume : Ps 24(25)2-3,4-5,13-14

2ème lecture : de la 1ère  lettre de St Pierre 3,18-22

Evangile : selon St Marc 1,12-15

Depuis mercredi dernier, Mercredi des Cendres, nous sommes entrés dans le temps du Carême.  En recevant les Cendres sur nos fronts l’Église dit : « Convertis-toi et Crois à l’Évangile » ; voilà le chemin humain et spirituel que nous devons suivre pour célébrer d’un cœur pur le mystère pascal, et parvenir enfin à la Pâque éternelle (préface du 1er  dimanche de Carême).

Se convertir et Croire

Se convertir :

Nous avons quarante jours pour nous convertir. Nous avons le temps nécessaire pour regarder ce qui nous empêche de vivre comme baptisés. La tentation des Chrétiens est d’oublier que nous devons vivre le baptême tous les jours. En ce temps du Carême, nous pouvons passer en revue toutes nos activités pour définir l’essentiel de notre existence en tant que baptisés.

Comme Jésus, nous avons besoin d’un peu de calme, d’un peu de silence, d’un désert, de solitude, pour identifier les tentations auxquelles nous n’avons pas su résister et qui obscurcissent notre identité de Chrétiens.

Chacun est invité dans ce temps de carême à prendre conscience et à utiliser sa liberté pour arrêter de faire, d’agir, de parler, de se vêtir, d’exister, de vivre, comme tout le monde.

La nature humaine nous pousse à faire comme les autres. C’est plus facile de vivre, de penser et d’agir comme les autres plutôt que d’avoir sa propre identité, le courage de dire ses idées, la force de vivre d’une manière différente que celle que la télévision ou la société nous propose.

Le premier chemin à suivre pendant ce carême est un acte humain et concret : se convertir. Vivre comme baptisé et non pas comme tout le monde.

Chacun d’entre nous connaît des situations dans lesquelles nous n’agissons pas illuminés par la lumière de l’Esprit mais pas les ténèbres de notre égoïsme. En ce carême, nous pouvons identifier les comportements que nous devons changer pour que la communication, le dialogue, l’amitié et l’amour puissent grandir dans nos familles, dans nos lieux de travail, dans nos quartiers, dans nos communautés.

Le désert, le silence, la solitude, la prière et le jeûne peuvent nous aider en ce temps de Carême à définir les priorités et les domaines dans lesquels nous devons nous convertir. Profitons de ce temps de Carême pour prendre conscience de notre Baptême et de l’appel infatigable de l’Église: Convertis-toi, vis ton baptême, Tu es Fils/Fille de Dieu, n’aie pas honte de montrer au monde la présence de l’Esprit de Dieu dans tes actes, dans tes paroles et dans ta manière de vivre.

Croire :

Le Carême est aussi le temps dans lequel nous pouvons grandir dans la foi. Dans le Notre Père nous disons : « Ne nous laisse pas tomber dans la tentation ou ne nous soumets pas à la tentation ».

La tentation la plus redoutable, la tentation la plus présente dans le peuple de la Bible est la tentation de demander à Dieu d’être un autre que ce qu’il a choisi d’être : un Dieu discret, un Dieu respectueux de notre liberté, un Dieu patient, un Dieu d’amour.

Si tu es le Fils de Dieu … dit le tentateur à Jésus dans le récit des tentations. Les pharisiens, pour tenter Jésus, pour le mettre à l’épreuve lui demandent un signe qui vienne du ciel pour croire en Lui (Mc 8,11).

Si tu es le Fils de Dieu, descends donc de la croix (Mt 27,40) demande un des larrons crucifiés avec Jésus.

Nous sommes souvent tentés de demander des miracles pour croire que Dieu existe et que Jésus est bien le Fils de Dieu. La tentation de l’Église, la tentation de l’humanité de tous les temps à été de descendre Jésus de la croix pour faire de Lui un Dieu tout puissant qui résout tous nos problèmes, un Dieu qui punit les pécheurs, un Dieu qui domine et qui se manifeste chaque fois que nous avons besoin de Lui, un Dieu qui fait des miracles.    

La tentation du croyant est d’avoir une fausse image de Dieu, de se construire un dieu qui n’a rien à voir avec le Dieu de la Bible et moins encore avec le Dieu que Jésus nous a révélé qui est un Dieu crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens (1Co1,22-23).

Le carême nous invite à croire en Jésus-Christ. Ces quarante jours nous sont donnés pour prendre conscience que le Dieu dans lequel nous croyons est sur la croix et qu’il nous a donné l’Esprit Saint pour que nous transformions, avec Lui, le monde qui souffre à cause de l’injustice, du péché et du mal.

Profitons de ce carême pour prendre conscience que le silence de Dieu n’est pas absence et que sa présence et sa voix sont toujours présentes dans notre vie, dans l’Église et dans le monde d’aujourd’hui.

« Convertis-toi et Crois en l’Évangile » voilà le travail que nous avons à faire sur nous-mêmes pendant ce Carême.  Amen   P Germán
Comments