17ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 24 juillet 2016

posted Jul 20, 2016, 5:40 PM by German Sanchez

17ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 24 juillet 2016

1ère lecture : du livre de la Genèse 18,20-32

Psaume : 137(138)1-2.2-3.6-7.7-8

2ème lecture: lettre de St Paul aux Colossiens 2,12-14

Evangile: Saint Luc 11,1-13

La liturgie de ce dimanche nous parle de la prière.

Nous savons qu’il y a différentes formes de prier. Chacun peut choisir le style de prière dans lequel il/elle se sent le mieux. Nous pouvons aussi passer d’une forme de prière à une autre. Notre façon de prier dépend aussi du moment, de la situation ou du lieu dans lequel nous nous trouvons. Il y a la prière de louange ou d’action de grâce, il y a la prière de contemplation, il y a la lectio divina ou méthode de prière qui utilise les Écritures, il y a la prière répétitive comme le chapelet ou la prière de Taizé, il y a la prière avec les psaumes, il y a la prière d’intercession ou de médiation, il y a la prière de demande, il y a la prière du dialogue, etc…

Aujourd’hui je vous invite à regarder la prière d’Abraham que le livre de la Genèse nous transmet.

En cette année de la miséricorde essayons de prier comme Abraham.

Sa prière est une prière de demande, de médiation et d’intercession insistante auprès de Dieu pour les autres.

Abraham est inquiet. Dans sa prière nous percevons la souffrance profonde qui l’habite et la compassion qu’il sent pour ses frères et sœurs de Sodome.

Abraham n’est pas indiffèrent, il n’est pas insensible. Il ne peut pas dormir en paix en sachant que les gens de Sodome sont en train de se détruire.

Alors, Il intervient auprès de Dieu, il dialogue et négocie avec Dieu pour éviter la perdition des habitants de Sodome.

La prière d’Abraham me fait penser à ce que le pape François écrit dans le livre : « Le nom de Dieu est miséricorde ». Il dit : « Ne tombons pas dans l’indifférence qui humilie, dans l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, dans le cynisme destructeur. Ouvrons nos yeux pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et sœurs privés de dignité et sentons nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l’aide… Que leur cri devienne le nôtre et qu’ensemble, nous puissions briser la barrière de l’indifférence qui règne souvent en souveraine pour cacher l’hypocrisie et l’égoïsme. »

Le pape François nous invite à prier et à agir pour diminuer ou faire disparaitre la souffrance de tant de frères et sœurs que nous connaissons et qui ont besoin d’aide.

La prière doit nous rendre solidaires. La prière doit être insistante pour que nous trouvions individuellement et en communauté des solutions pour aider ceux et celles qui souffrent autour de nous.

En ce temps de vacances, essayons de prier comme Abraham. Faisons de notre prière un cri vers Dieu pour qu’Il ouvre notre cœur pour accueillir l’Esprit Saint qui nous empêche de nous enfermer dans nos petits problèmes pour nous ouvrir aux besoins des autres.

Profitons de ce temps qui nous reste dans l’année de la miséricorde pour utiliser  la prière d’intercession ou de demande pour les autres et nous engager dans une des œuvres de miséricorde.

Amen.   P Germán
Comments