14ème Dim du temps de l’Église B LA, le 5 juillet 2015

posted Jun 30, 2015, 6:34 PM by German Sanchez   [ updated Jul 2, 2015, 9:27 PM ]

14ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

LA, le 5 juillet 2015

1ère lecture : du livre du Prophète Ézéchiel 2,2-5

Psaume : 122(123)1-2.2.3-4

2ème lecture: 2ème  lettre de St Paul aux Corinthiens 12,7-10

Evangile: Saint Marc 6,1-6

Dans les lectures de ce dimanche il y a deux affirmations que nous pouvons utiliser pour la réflexion de cette semaine. Saint Paul dit « lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » L’Evangéliste Saint Marc dit que quand Jésus est retourné dans sa ville d’origine, « Il s’étonna de leur manque de foi ».

« Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

Je suis sûr que nous rêvons tous d’être forts. Dans notre nature humaine il y a le désir de force, de supériorité, de pouvoir, de grandeur. Ces sentiments, ces ambitions, ces soifs, ces inclinations sont constitutifs de notre humanité. Nous ne pouvons pas les condamner ou leur empêcher d’exister. Ils nous aident à vivre et ils nous conduisent vers le bonheur que nous aspirons tous.

Le problème ne se trouve pas dans la force, ni dans le pouvoir, ni dans la grandeur, ni dans la supériorité. Le problème se trouve dans les moyens que nous utilisons pour y arriver et dans la façon d’appliquer la force, le pouvoir, la grandeur et la supériorité dans nos relations avec les autres et avec la création.

Sans Paul dit que c’est dans la faiblesse qu’Il est fort. Le moyen qu’il utilise pour être fort est la faiblesse. Il s’agit de reconnaître nos limites pour laisser la force du Christ agir en nous. Il s’agir d’être humble pour que la présence du Christ et le pouvoir de l’Esprit Saint puissent se manifester en nous. Si nous mettons notre faiblesse dans les mains du Christ, nos actions vont être guidées et exercées par l’Esprit de Dieu et nous allons être forts, puissants, grands et supérieurs à ceux et celles qui croient qu’ils n’ont pas besoin de Dieu pour réussir dans la vie.

Oui, il y a beaucoup d’hommes et de femmes aujourd’hui qui n’ont rien contre Dieu, ils/elles croient que Dieu existe mais ils/elles pensent qu’ils/elles n’ont pas besoin de Dieu dans leur vie.

Si Jésus revenait aujourd’hui dans notre monde, si Jésus se présentait au milieu de nous aujourd’hui sûrement qu’il s’étonnerait encore de notre manque de foi.

La science, le développement industriel et la richesse que nous possédons actuellement ont déplacé la présence de Dieu dans notre société.

Il y a beaucoup de nos contemporains qui ont perdu la foi et qui ne croient plus nécessaire de se laisser illuminer, guider et fortifier par l’Esprit de Dieu.

Parfois nous aussi, nous nous laissons contaminer par les croyances de la société moderne. Nous mettons notre foi dans l’argent, les diplômes, les diversions et les différentes propositions de ce monde et nous oublions que nous sommes dans les mains de Dieu et que sans lui nous ne pouvons rien faire.

Ce manque de foi fait qu’il y a des gens qui ne sentent pas le besoin d’aller à la messe pour rendre grâce à Dieu pour les bénédictions reçues. Ce manque de foi fait qu’il y a des gens qui ne viennent plus se nourrir de la Parole de Dieu, avec le Corps et le Sang de Jésus pour mieux vivre. Ils/elles croient qu’ils/elles n’ont pas besoin de Dieu.

En cette semaine, reconnaissons notre faiblesse pour que la force et le pouvoir de l’Esprit Saint deviennent notre force. Essayons d’aider quelqu’un de notre entourage à découvrir la beauté de la foi afin que si Jésus reviens aujourd’hui, il ne soit pas étonné de notre manque de foi. .

Amen. P Germán
Comments