13ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 26 juin 2016

posted Jun 23, 2016, 5:09 PM by German Sanchez   [ updated Jun 23, 2016, 5:16 PM ]

13ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 26 juin 2016

1ère lecture : 1er livre des Rois 19,16b.19-21

Psaume : 15(16)1-2.5.7-8.9-10,11

2ème lecture: lettre de St Paul aux Galates 5,1.13-18

Evangile: Saint Luc 9,51-62




Nous pouvons résumer la liturgie de ce dimanche en une phrase : « Les disciples du Christ doivent être des hommes et des femmes libres pour annoncer et vivre le commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres comme Jésus nous a aimés ».

Liberté et amour doivent guider la vie de tous les disciples du Christ

Liberté :

Il nous arrive souvent d’écouter des personnes qui essaient d’annoncer l’Évangile avec des menaces ou d’attirer des gens vers le Christ par la peur.

Je crois que c’est une erreur de proposer l’Évangile ou la foi si nous ne respectons pas la liberté de la personne qui est en face de nous. Nous trouvons aussi des personnes qui croient en Dieu parce qu’elles ont peur du châtiment divin. Je pense que ces personnes sont aussi dans l’erreur. La foi, l’amitié avec Jésus et l’appartenance à l’Église doivent être une décision prise en toute liberté. L’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu que nous avons reçu au moment de notre baptême et que nous accueillons chaque fois que nous participons à l’Eucharistie ou quand nous recevons un sacrement est un Esprit qui fait de nous des personnes libres.

La liberté ne consiste pas à faire n’importe quoi dans la vie. C’est la capacité de rompre les chaines qui nous enferment dans l’égoïsme. La liberté est la force qui nous permet d’ouvrir le cœur pour aimer sans condition et sans limite.

Aimer.

La vraie liberté, la liberté que Dieu nous propose est la capacité de décider toujours et partout de faire le bien et d’aimer pour marcher sur la route du bonheur, sur le chemin de la paix, sur la voie de la fraternité.

Ceux et celles qui ont peur des autres, qui se méfient de l’avenir et qui s’enferment pour penser seulement à leur confort et à leur bien-être se rendent esclaves de beaucoup de fausses propositions que la société nous présente pour diriger notre vie et pour nous guider vers des chemins qui enrichissent les autres mais qui détruisent notre liberté.

L’amour est la richesse qui existe dans notre cœur et qui nous permet de donner et recevoir ce dont les autres et nous-même avons besoin pour mieux vivre.

« Aimer-vous les uns les autres comme le Christ nous a aimés ». Voilà le commandement, la loi que nous devons tous suivre. Aimer sans compter, aimer sans faire de différences. Aimer ceux et celles qui sont proches et ceux et celles qui sont loin de nous.

Dans ce monde qui vit de plus en plus la mondialisation, nous ne pouvons pas fermer le cœur pour aimer seulement ceux et celles qui nous aiment. Dans ce monde où il n’y a plus de frontières parce que les médias nous permettent de vivre en communication avec tous les pays du monde, nous ne pouvons pas penser seulement au bonheur de notre famille, de notre communauté ou de notre pays. Aujourd’hui le message de Christ est important. Nous devons aimer et travailler pour le bonheur de tous parce que nous sommes tous dépendants les uns des autres et surtout parce que nous sommes tous, les gens de ce pays et les gens des pays que nous considérons comme pauvres au lointain ou peut être dangereux, nous sommes tous des enfants de Dieu.

Soyons libres. Essayons d’aimer comme le Christ. Les paroles d’exclusion et de haine n’ont pas de place dans la bouche des disciples du Christ. Amen. P Germán
Comments