11ème Dim du temps de l’Église C, le 13 juin 2010

posted Jun 10, 2010, 11:31 AM by German Sanchez

11ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 13 juin 2010

1ère lecture : 2ème livre de Samuel 12,7-10.13

Psaume :31 (32)1-2.5.7.11

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Galates 2,16.19-21

Evangile: Saint Luc 7,36—8,3

 

Les textes que la liturgie nous propose ce dimanche nous parlent du pardon : pardon reçu et pardon donné.

La parabole de l’Évangile met en relation directe le pardon et l’amour.

Plus l’amour est fort plus nous sommes capables de pardonner et d’accueillir le pardon des autres et le pardon de Dieu.

Nous avons tous fait l’expérience de l’erreur, de la faute et du péché. Nous savons que nous avons tous été pardonnés, un jour ou l’autre, par nos parents, par nos amis, par nos collègues de travail et par Dieu. Nous avons tous, un jour ou l’autre, pardonné à quelqu’un de notre famille, de nos amis ou de notre travail. Le pardon est indispensable dans toutes les relations et sans le pardon une relation ne tient pas dans le temps et une société ne peut pas se construire dans l’histoire.

Prendre conscience du besoin que nous avons tous d’être pardonnés et de pardonner nous permet d’être plus indulgents avec nos frères et sœurs et nous interdit surtout de critiquer les autres, de les accuser, les juger ou les exclure parce qu’ ils ont commis une erreur, une faute ou un péché.

L’Évangile de ce dimanche nous rappelle que le plus important dans la vie de l’homme et de la femme est d’aimer et de manifester cet amour dans l’accueil de l’autre.

Jésus se sent accueilli et aimé par cette femme qui malgré ses multiples péchés ose manifester son amour sans se soucier du qu’en dira-t-on.

Cette femme pécheresse se sent accueillie et aimée par Jésus qui ne la critique pas, qui ne la juge pas et qui ne la condamne pas à cause de son péché mais qui la sauve et lui donne la paix.

La critique, la méfiance et la condamnation nous conduisent au mépris de l’autre, à la division et à la séparation entre nous.

L’amour manifesté dans l’accueil permet à l’autre de se mettre debout, de se relever de sa faute, de son erreur et de son péché.

Nous pouvons être comme Jésus, des artisans de paix et de bonheur pour nos frères et sœurs quand nous les accueillons et les aimons sans les critiquer, sans les juger et sans les condamner.

Nous avons besoin de vivre le pardon : donné et reçu. Nous avons besoin d’apprendre à aimer et à accueillir les autres sans les critiquer, sans les juger et sans les condamner pour témoigner que nous sommes les disciples de Celui qui a sauvé et qui a donné sa paix à la femme pécheresse de l’Évangile.

Aide-nous Seigneur à suivre le Christ sur le chemin du pardon et de l’accueil de l’autre.

Amen.

                        P Germán
Comments