Réflexions Dominicales

20ème Dim de l’Église Année Liturgique B Los Angeles, le 19 août 2019

posted Aug 18, 2018, 12:58 PM by German Sanchez

20ème Dim de l’Église

Année Liturgique B

Los Angeles, le 19 août 2019

1ère lecture : Livre des Proverbes 9,1-6

Psaume : 33(34)1-3.10-11.12-13.14-15

2ème lecture: lettre de St Paul aux Éphésiens 5,15-20

Evangile: Saint Jean 6,51-58

Aujourd’hui la liturgie nous parle de l’Eucharistie.

La Messe ou l’Eucharistie est invitation et communion.

Invitation :

La première caractéristique de l’Eucharistie est d’être invitation de Dieu.  Tous les hommes et les femmes de bonne volonté sont invités à ce repas. Il y a ceux et celles qui acceptent, il y a ceux et celles qui refusent, il y a ceux et celles qui n’ont pas écouté l’invitation, il y a ceux et celles qui ont reçu l’invitation et croient qu’ils n’ont pas de temps pour aller dans une église une heure par semaine ou qui pensent qu’ils n’ont pas besoin de nourrir leur vie spirituelle avec le Pain qui vient du ciel.

L’invitation de Dieu arrive parfois directement dans notre cœur. Il y a des occasions pour lesquelles nous écoutons la voix de Dieu qui nous invite à laisser nos occupations ou nos diversions pour venir à l’église. Parfois l’invitation nous arrive par quelqu’un d’autre. Dieu compte sur tous les chrétiens pour que nous invitions ceux et celles que nous connaissons à venir dans l’église pour rencontrer Dieu, pour recevoir Jésus et pour partager un moment avec la communauté des chrétiens.

Tous les baptisés ont la mission d’aller dans le monde entier et inviter à ce repas tous les hommes et les femmes qui désirent rencontrer Dieu.

Tous les dimanches nous devons nous rappeler que Dieu nous invite et qu’il attend une réponse de notre part.

L’Eucharistie est communion.

Le grand mystère de l’Eucharistie est la communion. Pendant une heure, (ma prédication est en général très courte pour ne pas dépasser une heure de célébration), nous sommes dans l’église en communion avec Dieu et avec des hommes et des femmes de tous les âges et de tous les pays. Si nous ouvrons notre cœur, pendant l’Eucharistie, Dieu nous parle, il nous écoute, il nous pardonne, il nous accueille et il nous envoie. Pendant le temps de la Messe nous sommes dans les mains de Dieu. Chaque fois que nous participons à l’Eucharistie nous sommes à côté de personnes que nous ne connaissons pas mais qui sont, comme nous des chrétiens, des membres du Corps du Christ, des pierres vivantes de l’Église.

Quand nous venons à la Messe nous devons nous préparer pour accueillir Dieu et pour accueillir nos frères et sœurs. Nous sommes ensemble et nous présentons à notre Père les joies et les souffrances de nous tous, de nos familles et du monde entier. Dans la Messe il ne devrait pas y avoir des pensées égoïstes. Pendant la liturgie nous nous préparons pour venir devant l’autel, à la fin de la Messe et communier au même Pain et au même Vin, pour recevoir le même Corps et le même Sang du Christ.

La communion est complète quand nous repartons chez nous, après la Messe, et que nous portons tous dans notre corps le même Christ qui désire que nous allions le partager avec ceux et celles que nous allons rencontrer.

Tous les dimanches nous avons une invitation et tous les dimanches nous entrons en communion avec Dieu et avec nos frères et sœurs chrétiens pour aller dans le monde entier inviter les autres à ce repas et pour partager avec eux la communion que nous avons reçue ici.

Amen

            P Germán

18ème Dim du temps de l’Église B OC et LA, le 4 et 5 août 2018

posted Aug 1, 2018, 6:21 PM by German Sanchez

18ème Dim du temps de l’Église B

OC et LA, le 4 et 5 août 2018

1ère lecture : du livre de l’Exode 16:2-4,12-15

Psaume : 77(78)3-4.23-24.25.54

2ème lecture: de la lettre de St Paul aux Ephésiens 4,17.20-24

Evangile: Saint Jean 6, 24-35

Dans la première lecture le peuple récrimine contre Aaron et Moïse : ils ont peur de mourir de faim dans le désert. L’acclamation de l’évangile dit : « l’homme ne vit pas que du pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Et dans l’évangile Jésus dit qu’il est le pain de vie. La liturgie nous invite aujourd’hui à parler de la nourriture. Il y a la nourriture matérielle, intellectuelle et spirituelle. Les trois sont indispensables et nous avons besoin d’une bonne nourriture matérielle, intellectuelle et spirituelle pour vivre en bonne santé.

La nourriture matérielle fait partie de notre vie et la société nous invite de plus en plus à faire attention à ce que nous mangeons. Nous savons que la mauvaise nourriture est souvent à l’origine de beaucoup de maladies. Nous devons faire attention à la quantité et à la qualité d’aliments que nous consommons pour ne pas tomber dans la malnutrition ou l’obésité. Nous avons l’obligation morale d’aider les enfants et les jeunes à choisir ce qu’ils mangent pour éviter qu’ils se laissent séduire par tous les produits chimiques et artificiels qui séduisent nos papilles mais qui détruisent notre corps. Chaque fois que nous partageons un plat en famille ou avec des amis, nous devons remercier le Seigneur pour le pain de ce jour, nous devons penser à tous ceux et celles qui ne mangent pas à leur faim et nous devons lutter toujours contre le gaspillage de la nourriture matérielle. Il est scandaleux, c’est un péché mortel, de jeter des tonnes et des tonnes de nourriture quand il y a des milliers de gens qui meurent de faim dans le monde.

La nourriture intellectuelle est celle que nous recevons à l’école, à l’université, par la lecture des livres qui nous aident à grandir dans la connaissance. Nous avons besoin de cette nourriture pour développer l’intelligence que le Seigneur nous a confiée. Il y a des pays où l’éducation est obligatoire jusqu’à un certain âge. Nous les adultes, nous sommes responsables de l’éducation de nos enfants et de nos jeunes.

Nous ne pouvons pas laisser les enfants et les jeunes perdre leur temps toute la journée devant la télévision ou le téléphone portable. Ils peuvent utiliser ce temps pour apprendre un art, un sport ou une autre activité qui les aide à développer leurs talents. Une bonne nourriture intellectuelle est importante si nous voulons avoir un monde meilleur avec des hommes et des femmes capables de gérer leur vie, leur famille et la société. Remercions le Seigneur pour la bonne éducation que nous avons reçue ou que nous sommes en train de recevoir et prions pour tous les pays où l’éducation est un privilège de quelques-uns et non pas un droit fondamental de tous.

Enfin, nous avons la nourriture spirituelle. Elle est aussi très importante dans notre vie. Souvent nous ne lui donnons pas l’importance qu’elle mérite parce que nous avons oublié que notre vie intérieure est celle qui contrôle toutes nos activités. La nourriture spirituelle nous donne des principes pour agir toujours comme des enfants de Dieu que nous sommes. La nourriture spirituelle aide notre cœur à accueillir l’amour de Dieu et nous enseigne à partager cet amour avec les autres. La nourriture spirituelle illumine notre existence devant toutes les décisions que nous devons prendre et elle nous fortifie pour lutter contre toute adversité. Quand nous prions le Notre Père, nous demandons au Seigneur le pain de chaque jour. N’oublions pas que ce pain est matériel, intellectuel et spirituel.

Essayons d’avoir une bonne nourriture matérielle, intellectuelle et spirituelle pour vivre une vie saine, joyeuse et ouverte à Dieu et aux autres. Amen.

P Germán

16ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique B LA, le 22 juillet 2018

posted Jul 20, 2018, 3:32 PM by German Sanchez

16ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

LA, le 22 juillet 2018

1ère lecture : du livre du Prophète Jérémie  23,1-6

Psaume : 22(23) 1-3.3-4.5-6

2ème lecture: de la lettre de St Paul aux Ephésiens 2,13-18

Evangile: Saint Marc 6,30-34

L’Évangile d’aujourd’hui nous donne une belle description de la personnalité de Jésus. Saint Marc dit que Jésus accueille ses disciples après une journée du travail. Il les écoute et leur propose un temps de repos. Mais la foule qui les cherche ne les laisse pas seuls. Elle les attend  de l’autre côté du Lac.

Alors, l’Evangéliste dit que Jésus les regarde, il est saisi de compassion et il enseigne.

Ces trois attitudes de Jésus décrivent bien la personne de Jésus et en même temps nous invitent à l’imiter.

Jésus regarde la foule, il nous regarde, il s’intéresse à notre vie, il observe nos sentiments, nos joies et nos souffrances. Jésus regarde le fond de notre cœur et il connaît mieux que nous ce qui nous fait vivre et ce qui nous empêche d’être en paix. Jésus regarde notre vie et il nous invite à regarder aussi la vie de nos frères et sœurs. Nous vivons dans une société où nous pouvons passer des années à côté de quelqu’un sans savoir qui est cette personne. Souvent nous voyons les voisins entrer et sortir de chez eux mais nous ne savons pas qui sont-ils. Chacun chez soi ! Nous devons apprendre à regarder comme Jésus, avec beaucoup de discrétion et beaucoup d’amour.

Le regard de Jésus est un regard sincère et c’est la raison pour laquelle il est saisi de compassion. Il ne critique pas, ne condamne pas, n’accuse pas. Jésus est un bon pasteur, il est un bon père, il a un cœur d’une bonne mère. Il est saisi de compassion devant notre humanité menacée par les guerres. Il souffre devant les familles qui sont déchirées à cause des lois inhumaines d’immigration qu’il y a dans plusieurs pays. Il pleure avec les familles qui ont perdu un enfant ou un mari à cause de la violence. Jésus se sent mal devant la pauvreté, la misère et l’injustice dans laquelle vivent beaucoup de gens sur la terre. Jésus n’est pas insensible face au drame de tous les gens qui se laissent tromper par la corruption, la drogue, la pornographie et toutes les illusions fausses qui nous détournent de la paix et du bonheur. Jésus est saisi de compassion devant la souffrance de toutes les personnes âgées qui sont abandonnées dans des lieux où elles attendent la mort et que nous appelons maisons de repos. Jésus est saisi de compassion et nous devons le regarder pour avoir le même sentiment devant tous nos frères et sœurs qui souffrent autour de nous. La foi doit saisir nos cœurs pour que nous agissions devant le mal. Nous ne pouvons pas rester insensibles devant la souffrance de notre monde. Nous pouvons faire beaucoup pour manifester notre compassion à ceux et celles qui attendent un regard, une parole, une présence ou un plat de nourriture.

Après avoir regardé la foule et se laisser saisir de compassion, Jésus enseigne la foule. Jésus agit devant le mal. Il nous enseigne à le combattre avec nos paroles et nos actes. Il nous dit que l’amour est l’arme la plus puissante pour lutter contre la haine. Il parle du pardon et il pardonne à ceux qui l’ont crucifié. Il nous enseigne que le pardon est indispensable pour continuer à vivre ensemble après une agression. Il nous invite à partager parce que nous avons reçu gratuitement et nous devons donner gratuitement. Les enseignements de Jésus sont les meilleures solutions pour construire un monde meilleur et une société plus juste.

Aujourd’hui laissons-nous regarder par Jésus, accueillons sa compassion et ses enseignements et essayons de l’imiter dans notre vie.

Amen. P Germán

15ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique B LA, le 15 juillet 2018

posted Jul 12, 2018, 7:10 PM by German Sanchez

15ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

LA, le 15 juillet 2018

1ère lecture : du livre du Prophète Amos 7,12-15

Psaume : 84(85)9-10.11-12.13-14

2ème lecture: de la lettre de St Paul aux Ephésiens 1,3-14

Evangile: Saint Marc 6,7-13

La Liturgie de ce dimanche nous rappelle les caractéristiques de notre carte d’identité de chrétiens. Nous sommes des hommes et des femmes choisis pas Dieu et envoyés dans le monde entier.

Choisis par Dieu.

La première caractéristique de l’identité de tout chrétien est d’avoir été choisi par Dieu. Nous savons que tous les hommes et les femmes que nous rencontrons ne sont pas chrétiens. Vous et moi nous avons été choisis par Dieu. Il nous a pris du milieu de la multitude pour faire de nous les membres du Corps du Christ, les membres de l’Église. Nous sommes ce peuple que Dieu a choisi et comblé des bénédictions de l’Esprit. Nous devons prendre conscience de ce privilège qui est le nôtre. Dieu a prononcé notre nom le jour de notre baptême, il nous a choisis, il nous a donné son Esprit Saint, il nous a marqués avec le Saint Chrême, il nous a purifiés avec l’eau du baptême, il nous a donné tout le nécessaire pour que nous puissions devenir ce que nous sommes : ses enfants choisis pour être ses représentants sur la terre.

La deuxième caractéristique de notre identité de chrétiens est d’avoir été envoyés par Dieu dans le monde entier. Nous avons reçu une mission. Le Seigneur ne veut pas que nous nous enfermions dans notre maison, dans notre confort, dans notre famille ou dans notre petit cercle d’amis. Il nous envoie. Nous devons ouvrir les portes de notre cœur pour aller vers les autres. Nous devons aller vers les périphéries, comme dit souvent le Pape François. Le Seigneur ne veut pas que les hommes et les femmes qu’il a choisis s’enferment dans les églises ou dans leurs groupes mais qu’ils aillent vers l’extérieur.

Nous avons tous la responsabilité d’aller annoncer que l’Esprit de Dieu est au milieu de nous et que nous sommes tous appelés par Dieu pour lutter contre toutes les formes du mal. Dieu nous a donné le nécessaire pour aller dans le monde entier et pour annoncer à toute la création que nous devons nous rassembler pour construire un monde meilleur pour tous, que nous devons travailler ensemble pour que cessent les injustices dans le monde pour qu’il n’y ait plus d’enfants qui souffrent. Nous devons devenir des artisans de paix pour qu’il n’y ait plus de divisions dans nos familles, pour qu’il n’y ait plus de conflits dans notre société et pour qu’il n’y ait plus de guerres dans notre monde.

Réjouissons-nous et rendons grâce à Dieu pour nous avoir choisis malgré nos faiblesses, nos doutes et nos infidélités. Remercions le Seigneur pour la confiance qu’il a mis en nous. Demandons-lui de nous aider à ouvrir nos cœurs pour nous laisser illuminer et fortifier par les sacrements pour que nous n’ayons pas peur de répondre avec joie et conviction à la mission qu’il nous a confiée.   

N’oublions pas que nous avons été choisis par Dieu et qu’il compte sur nous. N’oublions pas que nous avons été envoyés par Dieu et qu’il nous fait confiance.

Merci Seigneur et donne-nous la joie de travailler pour faire disparaître toute souffrance autour de nous.

 Amen                        

P Germán

14ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique B OC et LA, le 7 et 8 juillet 2018

posted Jul 5, 2018, 4:07 PM by German Sanchez

14ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

OC et LA, le 7 et 8 juillet 2018

1ère lecture : du livre du Prophète Ézéchiel 2,2-5

Psaume : 122(123)1-2.2.3-4

2ème lecture: 2ème  lettre de St Paul aux Corinthiens 12,7-10

Evangile: Saint Marc 6,1-6

L’évangile de ce dimanche nous dit que Jésus s’est rendu dans sa ville natale et devant le manque d’accueil de ses habitants il s’étonna de leur manque de foi.

Aujourd’hui Jésus est ici au milieu de nous. Dans cette église, dans notre quartier, dans notre famille, dans notre ville.

Il est ici pour nous demander de l’accueillir et de le transmettre aux autres.

Accueillir Jésus et le transmettre c’est la mission de tous les baptisés, c’est la mission de l’Église, c’est la mission de tous les parents qui font baptiser un enfant, c’est la mission de tous les jeunes et les adultes qui ont reçu le sacrement de la confirmation. C’est la mission de nous tous qui sommes rassemblés dans cette Église pour nourrir notre foi.

Il faut avant tout accueillir le Christ. Tous les jours nous devons lire au moins une phrase de l’Évangile pour accueillir dans notre vie la Parole de Dieu, pour écouter la voix du Seigneur qui nous montre le chemin à suivre dans la journée. Le Seigneur nous console dans les moments de douleur et se réjouit avec nous quand tout va bien dans notre vie.

Nous avons besoin d’arrêter nos activités, une fois par jour pour accueillir le Christ qui frappe à notre porte et qui désire faire des miracles dans notre vie. Au moins une fois par semaine nous devons laisser tout de côté pour nous rassembler avec la communauté des frères et sœurs qui comme nous sont les membres du Corps du Christ. Nous sommes ici pour accueillir le Christ, pour recevoir sa lumière, sa force et la mission d’aller dans le monde pour le transmettre (le Christ) à toute la création.

La mission de transmettre le Christ au monde entier est la mission de tous les baptisés. Nous sommes tous responsables de la transmission de la foi dans tous les coins de la société. Le Christ est aujourd’hui au milieu de nous. Je ne voudrais pas qu’il s’étonne ou qu’il soit déçu de notre manque de foi ou de notre manque de joie ou d’enthousiasme dans la transmission du message qu’il nous a confié.

Dans tout ce que nous faisons, dans tout ce que nous disons, dans notre façon de parler et d’agir, toutes les personnes que nous rencontrons doivent découvrir que nous sommes habités par le Christ, que nous sommes membres de son Corps et que nous sommes dans le monde pour aider toute la création à découvrir la joie de croire, la paix qui vient de Dieu et la fraternité que Jésus nous a enseignées à vivre.

En ce temps d’été, en ce temps de vacances, en ces journées dans lesquelles nous rencontrons des amis et des membres de la famille, prenons le temps d’accueillir le Christ dans notre vie et soyons attentifs à le transmettre à tous ceux et celles qui n’ont pas encore découvert la joie de croire, la beauté de l’évangile.

Amen.

P Germán

13ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique B Los Angeles, 1 juillet 2018

posted Jun 27, 2018, 4:47 PM by German Sanchez

13ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

Los Angeles, 1 juillet 2018

1ère lecture : du livre de la Sagesse 1,13-15;.2,23-24

Psaume : 29(30) 2.4.5-6.11.12.13

2ème lecture: 2ème lettre de St Paul aux Corinthiens 8,7.9.13-15

Evangile: Saint Marc 5,21-43

La liturgie de ce dimanche nous invite à parler de la foi.

La foi est une décision personnelle qui consiste à mettre toute sa confiance en Dieu.

La foi est à la portée de tous et elle nous permet de vivre en paix et de nous relever toujours.

La foi est à la portée de tous. L’évangile de ce dimanche nous rapporte l’histoire d’un des chefs de la Synagogue qui s’appelle Jaïre. Il s’agit d’une personnalité et surtout de quelqu’un qui ne fait pas partie des disciples de Jésus. Devant la gravité de la maladie de sa fille, il vient voir Jésus, avec confiance pour lui demander de sauver sa fille. Il sait que sa fille risque la mort et il ne veut pas la perdre si jeune. La deuxième histoire de l’évangile parle d’une femme qui souffrait d’hémorragies depuis douze ans. Elle avait essayé tous les moyens pour obtenir sa guérison mais elle allait de plus en plus mal. Selon la loi de l’époque elle était impure et elle n’avait pas le droit d’approcher les autres et encore moins de les toucher. Mais elle a confiance en Jésus et n’a pas peur de passer au-dessus de toutes les interdictions de la société pour aller toucher celui qui était son dernier espoir.

Jésus intervient et la fille de Jaïre qui était déjà morte revient à la vie. La femme malade touche Jésus et sa maladie disparaît.

Ces deux personnes ont eu confiance en Dieu, elles peuvent vivre en paix parce qu’elles savent que Dieu peut toujours nous donner ce que nous lui demandons avec foi.

Aujourd’hui nous sommes invités à suivre l’exemple de Jaïre et de cette femme malade. Si nous croyons en Dieu nous devons toujours nous rappeler que pour lui rien n’est impossible.

La foi nous permet de vivre en paix et de nous relever toujours.

Si nous croyons en Dieu nous devons toujours mettre notre vie dans ces mains et vivre dans la confiance et dans la paix.

Les paroles que Jésus dit à la fille de Jaïre qui est morte : « Talitha koum » Relève-toi, sont les mêmes paroles que Jésus nous dit chaque fois que nous sommes anéantis par une difficulté, chaque fois que nous sommes tombés à cause de nos erreurs ou de notre manque d’amour.

Relève-toi est la réponse de Jésus à toutes nos souffrances. Il nous donne la force nécessaire pour continuer à marcher avec dignité et confiance malgré les problèmes de notre existence.

Le Pape François dit qu’il aime beaucoup une chanson qui dit que quand on fait de la montagne ce qui est important ce n’est pas de ne pas tomber mais de savoir se relever.

Mettons notre confiance en Dieu, laissons-nous aider par Lui qui est venu pour nous enseigner à mieux vivre et relevons-nous chaque fois que nous sommes écrasés par le mal ou par la souffrance. Avec Dieu tout est possible, faisons-lui confiance et vivons en paix. Amen

                        P Germán

12ème Dim. du Temps de l’Église Année Liturgique B Nativité de Saint Jean Baptiste. Le 24 juin 2018

posted Jun 20, 2018, 10:42 AM by German Sanchez

12ème Dim. du Temps de l’Église

Année Liturgique B

Nativité de Saint Jean Baptiste

Los Angeles, le 24 juin 2018

1ère lecture : du Livre du Prophète Isaïe 49,1-6

Psaume : Ps 138(139)1b-3,13-14ab,14c-15

2ème lecture : des Actes des Apôtres 13,22-26

Evangile: de Saint Luc 1,57-66.80

Aujourd’hui nous célébrons la naissance de Jean Baptiste.

Il s’agit d’un saint exceptionnel. C’est le seul saint dont l’église célèbre la naissance. Pour les autres, nous célébrons le jour de leur mort, c’est-à-dire, le jour de leur naissance dans la vie éternelle.

L’Église ne célèbre jamais la fête d’un saint lorsqu’elle tombe un dimanche. Le seul qui a le privilège d’avoir sa fête même quand elle tombe le dimanche c’est Jean Baptiste.

Alors, pourquoi Jean Baptiste est-il si important ?

Il me semble que l’importance de Jean Baptiste se trouve dans le fait qu’il accomplit dans sa vie les paroles du prophète Isaïe que nous avons dans la première lecture.

« Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force… Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

Jean Baptiste se réjouit déjà dans le ventre de sa mère de rencontrer Jésus. Il saute de joie quand il réalise que le Sauveur vient lui rendre visite avant même sa naissance. Il a compris qu’il avait de la valeur aux yeux de Dieu.

Devant l’adversité et la corruption du pouvoir de son époque, Jean Baptiste n’a pas peur de dire haut et fort la vérité. Il met sa confiance en Dieu et il sait qu’Il est sa force et son soutien.

Jean Batiste accepte la vocation que Dieu lui confie. Il est docile à l’action de l’Esprit Saint qui fait de lui la lumière des nations pour que tous les peuples, jusqu’aux extrémités de la terre découvrent le salut qui vient de Jésus. Jean Baptiste est le Saint le plus connu et le plus célèbre dans le monde entier. Partout où les chrétiens célèbrent l’Eucharistie, nous répétons la phrase de Jean Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu, Voici Celui qui enlève le péché du monde. »

Aujourd’hui, l’Église nous invite à regarder la vie de Jean Baptiste pour suivre son exemple.

Nous devons comprendre que nous avons de la valeur aux yeux du Seigneur. Chacun parmi nous est unique et Dieu compte sur nous pour que nous soyons lumière là où nous sommes et partout où nous allons.

Comme Jean Baptiste nous devons nous réjouir parce que si notre force est le Seigneur nous pouvons faire des choses extraordinaires pour nous et pour les autres.

La fête de Jean Baptiste nous rappelle que tous les disciples de Jésus sont envoyés dans le monde entier non pas pour juger, condamner ou accuser les autres mais pour les aider à découvrir le salut, la paix et la joie qui viennent de la rencontre avec Dieu.

La vocation de tous les chrétiens est de devenir des saints et Jean Baptiste nous montre le chemin. Vivons dans la joie, mettons notre confiance en Dieu et soyons lumière pour que tous nos frères et sœurs découvrent la beauté de l’Évangile et la joie de croire.

Amen.  

P Germán

11ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique B LA, le 17 juin 2018

posted Jun 13, 2018, 12:35 PM by German Sanchez

11ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

LA, le 17 juin 2018

1ère lecture : du livre du Prophète Ézéchiel 17,22-24

Psaume : 91(92) 2-3.13-14.15-16

2ème lecture: 1ere lettre de St Paul aux Corinthiens 5,6-10

Evangile: Saint Marc 4,26-34

Juin est un mois pendant lequel le soleil brille abondamment et la nature se remplit de fleurs et de fruits.

C’est aussi l’époque des journées les plus longues de l’année, accueillons alors l’invitation de la liturgie d’aujourd’hui à regarder la création et à contempler la nature pour y découvrir deux caractéristiques du Royaume de Dieu.

Le Royaume de Dieu se développe au milieu de nous sans que nous sachions  comment et le Royaume de Dieu est comme un arbre qui a de longues branches où les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid.

Le Royaume de Dieu se développe au milieu de nous sans que nous sachions  comment.

Le Royaume de Dieu n’est pas en panne. Il n’est pas en crise, il n’est pas malade, il n’est pas en train de disparaître. Le Royaume de Dieu est en train de grandir au milieu de nous. Tous les baptisés sont invités à accueillir cette bonne nouvelle pour vivre dans la joie et dans l’espérance. Nous sommes des prophètes du bonheur et nous devons annoncer à toute la création que Dieu est toujours au milieu de nous. Que l’Esprit de Dieu est toujours en action dans notre monde. Que jour et nuit l’Esprit Saint travaille dans le cœur de tous. Que les hommes et les femmes de bonne volonté sont chaque jour plus nombreux et que nous sommes tous engagés et responsables de la construction d’un monde meilleur. Nous croyons que le Royaume de Dieu est en train de grandir et que le monde de demain sera meilleur pour tous. N’oublions jamais cette bonne nouvelle et partageons-la avec ceux et celles qui vivent dans la tristesse, dans l’angoisse ou dans le pessimisme.

Le monde bon parce que c’est l’œuvre de Dieu, l’humanité est bonne parce qu’elle est l’image de Dieu et parce que l’Esprit Saint est avec nous jusqu’à la fin des temps.

La bible dit aussi que le Royaume de Dieu est comme un arbre qui a de longues branches où les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid. Cette affirmation est aussi une bonne nouvelle. La Parole de Dieu dit que dans le Royaume de Dieu il y a une place pour tous. Le Royaume de Dieu que l’Église est chargée de construire doit être un Royaume ouvert à tous. Dans le Royaume de Dieu il n’y a pas de frontières, il n’y a pas d’étrangers et il ne doit pas y avoir d’exclus. Les riches, les pauvres, les brebis noires, les enfants, les personnes âgées, les artisans, les ouvriers, les professionnels,… tous les hommes et les femmes de bonne volonté sont invités à découvrir ce Royaume qui doit être la maison de tous. Le Royaume de Dieu est la maison de Dieu et nous sommes tous invités à nous sentir responsables de la beauté, de la joie et de l’ouverture de cette maison. Nous sommes tous responsables dans la construction du Royaume de Dieu aujourd’hui ici.

Si le Royaume de Dieu doit accueillir toute l’humanité, cela veut dire que nous devons travailler pour la réconciliation entre tous les peuples et pour le respect de tous pour que le Royaume de Dieu puisse se manifester au milieu de nous.

En ce temps d’été, prenons le temps de contempler la création pour découvrir dans ses lois et dans sa beauté des idées pour la construction du Royaume de Dieu. Laissons l’Esprit Saint agir en nous pour que nous devenions tous des artisans et des ouvriers dans la construction du Royaume de Dieu. Amen.  

P Germán

10º Dimanche du Temps de l’Eglise B Los Angeles, le 10 juin 2018

posted Jun 8, 2018, 4:07 PM by German Sanchez

10º Dimanche du Temps de l’Eglise B

Los Angeles, le 10 juin 2018

1ère lecture : Genèse 3,9-15

Psaume : 129(130)1-2.3-4.5-6.7-8

2ème lecture :2eme lettre de St Paul aux Corinthiens 4,13—5,1

Evangile: de Saint Marc 3,20-35

Ce dimanche, je vous invite à réfléchir sur le péché et sur la volonté  de Dieu.

Le péché.

Le texte de la Genèse est bien connu par les chrétiens et même par les gens qui ne sont pas croyants et qui ont une formation biblique.

L’histoire d’Adam et Eve est une histoire qui ressemble beaucoup à l’histoire de nous tous.

Adam et Eve avaient tout pour être heureux. Dieu leur avait donné tout pour qu’ils puissent vivre « dans le paradis » sans aucun souci. Mais le malin est apparu et ils se sont laissés tromper.

Après avoir douté de Dieu et après avoir accepté la proposition du malin ils découvrent qu’ils sont nus. Ils découvrent leur fragilité. Désormais ils auront besoin de se couvrir pour éviter le froid ou la chaleur. Ils auront besoin de se couvrir parce qu’ils ont honte de leur propre corps. Ce corps créé pour aimer et pour vivre en harmonie avec la création a mangé le fruit interdit et n’a pas fait la volonté de Dieu. L’homme et la femme se cachent parce qu’ils ont peur de regarder Dieu en face et de lui dire qu’ils ont choisi de faire la volonté du malin plutôt que celle de leur créateur.

Aussi bien l’homme que la femme cherche des excuses pour ne pas assumer sa responsabilité. L’homme accuse la femme et la femme accuse le serpent. Aucun des deux n’a le courage de dire : « j’ai douté de Dieu. Je me suis laissé tromper par le malin et j’ai cru que je pouvais être comme Dieu ».

Cette histoire est notre propre histoire. Chaque fois que nous doutons de Dieu, chaque fois que nous nous laissons tromper par le malin, nous nous éloignons de Dieu, nous avons honte de notre humanité, nous regrettons, nous nous cachons et nous cherchons à mettre la responsabilité de nos fautes sur quelqu’un d’autre.

Mais, la Bonne Nouvelle aujourd’hui est que tout n’est pas perdu.

Jésus est venu pour nous enseigner à faire la volonté de Dieu.

Adam et Ève connaissaient la volonté de Dieu. Ils savaient que Dieu ne voulait pas qu’ils mangent le fruit interdit. Quand ils décident de manger le fruit interdit ils désobéissent à la volonté de Dieu.

Jésus qui est homme comme Adam et Eve et comme chacun de nous a toujours fait la volonté de Dieu et il nous dit aujourd’hui que si nous voulons faire partie de sa famille nous devons toujours faire la volonté de son Père.

Comme Jésus, nous avons aussi l’Esprit de Dieu en nous. Nous recevons l’Esprit Saint chaque fois que nous participons à un des sacrements. Avec l’Esprit Saint nous pouvons découvrir la volonté de Dieu à tout moment et dans toute circonstance. Avec la lumière et la force de l’Esprit Saint nous pouvons discerner toutes les propositions qui se présentent dans notre vie pour savoir s’il s’agit d’un mensonge du malin ou d’une action qui nous rapproche de Dieu et de nos frères et sœurs.

La volonté de Dieu est que nous soyons tous de saints, que nous vivions dans la joie, dans la paix et en fraternité.

Je vous invite cette semaine à découvrir la volonté de Dieu dans votre vie de famille, dans le travail et dans la société. Suivre la volonté de Dieu est accepter de vivre en harmonie avec Dieu et avec la création toute entière.

 P Germán

Le Corps et le Sang du Christ Année B – 1ère Communion (14 enfants)

posted Jun 8, 2018, 4:03 PM by German Sanchez

Le Corps et le Sang du Christ

Année B – 1ère Communion (14 enfants)

Orange County : Eloïse, Marc et Aurore.

Los Angeles : Violette, Lila, Ismael, Yohan, Yman, Lillie, Violette, Elodie, Tom, Margaux et Leo.

OC/LA, 2-3 juin 2018

1ère lecture : livre de l’Exode 24,3-8

Psaume : 115 (116)12-13.15-16.17-18  

2ème lecture: de la lettre aux Hébreux 9,11-15

Evangile: Saint Marc 14,12-16.22-26

Nous célébrons aujourd’hui la fête du Corps du Christ. Avec joie nous accompagnons 14 enfants de notre communauté (3 à Orange County et 11 à Los Angeles -10 aujourd’hui et 1 le 10 juin) qui reçoivent pour la première fois le Corps du Christ.

Dans cette fête, la liturgie nous rappelle que l’Eucharistie est un repas avec Dieu et que nous participons à l’Eucharistie pour devenir ce que nous recevons : le Corps du Christ.

L’Eucharistie est un repas avec Dieu. Avant de partir de ce monde, Jésus partage un repas de fête avec ses disciples. Depuis qu’Il est parti, l’Église fait mémoire de ce repas et invite tous les baptisés à y participer.

Nous sommes ici pour partager un repas avec Dieu et avec nos frères et sœurs. Comme dans tout repas, nous nous écoutons, nous nous nourrissons et nous repartons pour partager avec les autres.

Tous les dimanches Dieu nous invite à sa Table. Tous les dimanches Dieu veut nous parler. Tous les dimanches nous pouvons venir à l’église pour partager avec Dieu nos joies et nos souffrances. Au moment de l’offertoire, le prêtre présente à Dieu la quête qui est notre participation à la vie de la communauté, le pain et le vin qui vont devenir le Corps et le Sang du Christ et les intentions que nous portons dans nos cœurs. Tous les dimanches nous venons à l’église pour dire merci à Dieu pour tout ce qu’Il nous donne et pour lui demander de rester avec nous le reste de la semaine. Dans l’Eucharistie nous partageons notre vie avec Dieu et nous acceptons que Dieu rentre en notre corps pour faire partie de nous-mêmes.

Tous les dimanches nous participons à l’Eucharistie pour devenir ce que nous recevons : le Corps du Christ.

Tous les hommes et les femmes qui participent à la communion, reçoivent le Corps et le Sang du Christ pour devenir membres de l’Eglise. Christ entre dans notre corps pour faire de nous ses représentants sur la terre. Dieu vient dans notre corps pour nous remplir de sa lumière, de sa force, de son Esprit pour que nous soyons comme le Christ.

Nous sommes le Corps du Christ, nous sommes l’Église. La vitalité, la joie, la beauté, la jeunesse du Corps du Christ et de l’Église aujourd’hui dépendent de chacun de nous qui participons à la communion.

Dans l’Eucharistie nous écoutons la Parole de Dieu qui nous rappelle ce que nous  devons faire dans la société pour être comme le Christ. Dans l’Eucharistie nous recevons le Corps du Christ pour prendre les forces nécessaires pour agir dans le monde comme le Christ. À la fin de la messe, le prêtre nous envoie dans le monde pour que nous soyons les mains de Dieu qui partagent avec les autres, la voix de Dieu qui réconforte ceux et celles qui souffrent, le Corps du Christ qui visite les malades et les personnes âgées.

La communauté chrétienne, le Corps du Christ, l’ensemble des baptisés qui communient tous les dimanches sont toujours heureux de se rassembler pour participer à cette Table autour de laquelle nous partageons le même pain et le même vin.

Dans ce repas nous sommes tous invités à devenir ce que nous recevons: le Corps du Christ.

Amen.

P Germán

1-10 of 505