Réflexions Dominicales

2ème Dim du temps de l’Église B Los Angeles, le 14 Janvier 2018

posted Jan 12, 2018, 11:23 AM by German Sanchez

2ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique B

Los Angeles, le 14 Janvier 2018

1ère lecture : 1er livre de Samuel 3b-10.19

Psaume : 39(40)2.4.7-8.8-9.10

2ème lecture: 1ere lettre de St Paul aux Corinthiens 6,13c-15a.17-20

Evangile: Saint Jean 1,35-42

L’Eglise nous invite en ce deuxième dimanche du temps ordinaire à parler de la vocation.

Nous sommes tous appelés par Dieu à suivre le Christ et tous envoyés par Dieu à construire un monde meilleur.

Appelés par Dieu à suivre le Christ.

Tous les baptisés sont appelés par Dieu à suivre le Christ. La vocation de tous les chrétiens est d’écouter la voix de Dieu et de découvrir le chemin que le Seigneur lui propose pour marcher à la suite de Jésus.

Il y a ceux et celles qui sont appelés à le suivre dans la vocation du mariage, ou dans une vie de célibataire. Il y a ceux et celles qui sont appelés à suivre le Christ dans la vie religieuse ou dans un engagement social, politique ou religieux au service des autres. Chacun doit découvrir, répondre et s’engager dans la voie que le Seigneur nous propose de suivre, dans la vocation que le Christ nous donne.

Tous les baptisés doivent suivre l’exemple du prophète Samuel. Écouter la voix du Seigneur qui nous appelle et lui répondre, comme Samuel : « Me voici Seigneur, je viens faire ta volonté ».

Le bonheur de chacun se trouve dans la découverte de sa vocation, dans la réponse à cet appel et dans l’engagement à suivre le Christ dans la vocation que le Seigneur nous propose.

Cette semaine nous pouvons nous demander si nous avons déjà découvert notre vocation, si nous sommes en train de répondre à l’appel du Seigneur et si le Christ est notre guide tous les jours dans tout ce que nous disons et faisons.

Les baptisés sont appelés et envoyés par Dieu à construire un monde meilleur. Quelle que soit notre vocation, quelle que soit notre activité dans la vie, nous sommes tous responsables de la construction d’un monde meilleur. Il dépend de vous et de moi, que la paix, la justice et l’amour soient présents ou absents dans notre famille, dans notre société, dans le travail, dans la communauté et dans le monde.

Dieu nous guide et Jésus nous montre le chemin mais la construction de la paix, le travail pour la justice et les relations d’amour et de fraternité entre nous dépendent de l’engagement de chacun.

Tous les matins, en sortant du lit, nous devons dire comme Samuel : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté ». Et la volonté du Seigneur est que tous les baptisés se rassemblent avec les hommes et les femmes de bonne volonté pour construire un monde meilleur. Nous avons besoin d’un monde dans lequel la fraternité soit vécue par tous, un monde dans lequel la dignité et la liberté de tous soient respectées. Un monde dans lequel tous puissent réaliser leur vocation et suivre le Christ s’ils le désirent.

Cette semaine, écoutons la voix du Seigneur qui nous propose une vocation et laissons-nous envoyer par le Seigneur pour aller construire un monde meilleur autour de nous.

Amen

                        P Germán

EPIPHANIE DU SEIGNEUR B OC et LA 6-7 janvier 2018

posted Jan 3, 2018, 2:07 PM by German Sanchez

EPIPHANIE DU SEIGNEUR B

OC et LA  6-7 janvier 2018
1ère lecture :
du Livre d'Isaïe 60, 1-6
Psaume : Ps 71(72)1-2.7-8.10-11.12-13

2ème lecture: de la lettre de St Paul aux Éphésiens 3,2-3a.5-6

Evangile : de St Matthieu 2, 1-12

Aujourd’hui l’Eglise célèbre la fête de l’Epiphanie. Nous célébrons la manifestation du Seigneur à toutes les nations. Le message que la liturgie nous propose pour célébrer cette fête s’adresse à toutes les nations. Il nous invite à regarder vers Jérusalem. Il nous propose de nous prosterner devant le Prince de la Paix qui est né à Bethléem.

Toutes les nations :

Aujourd’hui nous célébrons la catholicité de l’Eglise. Nous avons un message qui présenté d’une façon claire et écouté par des hommes et des femmes de bonne volonté, doit être une Bonne Nouvelle pour tous.

Notre message est simple. Dieu est avec nous et il est le Prince de la Paix parce qu’il est Amour. Toutes les nations doivent connaître ce message. Personne ne peut s’opposer à un message de paix et d’amour. Aucune nation ne devrait refuser le chemin que l’enfant de Bethléem propose pour que tous les hommes et les femmes de notre monde vivent dignement dans le respect, dans la fraternité. Tous doivent pouvoir profiter de la beauté et de la richesse de la création.

Regarder vers Jérusalem.

La ville de Jérusalem nous est donnée par la Bible comme image de la Jérusalem céleste. Image de la ville dans laquelle Dieu sera le Roi et où nous serons tous des frères et des sœurs de Jésus.

Jérusalem (ירושלים) qui veut dire « ville de la paix ou ville de Dieu » a souffert pendant toute son histoire. Elle a été convoitée par les grandes puissances de l’histoire de l’Orient et de l’Occident. Elle a souffert et souffre encore à cause de l’occupation. Dans cette ville on peut découvrir le mieux et le pire de l’humanité. Elle est importante pour les trois grandes religions de l’histoire de l’humanité. Dieu l’a choisie, malgré ou à cause de sa pauvreté pour se révéler aux juifs et aux chrétiens. Les musulmans la considèrent aussi comme une ville sacrée. Elle n’a pas d’eau, ni de richesses minérales mais tous les puissants se mêlent de son sort. Jérusalem est une ville qui appartient à l’histoire de toute l’humanité et personne ne doit se l’approprier. Chercher la paix pour Jérusalem veut dire chercher la paix pour l’humanité. Il est dangereux, pour toute l’humanité, de toucher au statut de la ville de Jérusalem. Dans ses murs il y a des hommes et des femmes de toutes les nations et religions. Sa vocation est de les accueillir et de leur permettre de vivre en paix. Prions pour la paix et pour le respect de la ville Sainte, Jérusalem.

L’histoire des rois mages est connue par tous les chrétiens et par beaucoup d’autres. Elle nous donne un message essentiel pour la paix et pour la fraternité.

Des mages sont venus de loin pour se prosterner devant le Prince de la paix qui est né dans une crèche. Il est le bébé d’un couple qui n’a pas trouvé de maison pour l’accueillir le jour de sa naissance. Il est né dans une famille qui doit quitter son pays quelques jours après sa naissance. Les mages sont venus se prosterner devant un pauvre, un sans-abri, un laissé-pour-compte de la société.

Toutes les nations le savent, l’histoire de Jérusalem nous le rappelle ; si nous ne prenons pas soin des pauvres, si la fraternité n’est pas présente dans nos relations, si tous les hommes et les femmes de la terre n’ont pas de quoi manger, où habiter et un travail digne, il n’y aura pas de paix sur la terre.

Suivons les mages. Se prosterner devant les pauvres est la même chose que se prosterner devant Jésus.

Bonne fête de l’Epiphanie et Bonne année.  P. Germán

JOUR DE NOEL B Los Angeles, le 25 Décembre 2017

posted Dec 18, 2017, 4:52 PM by German Sanchez

JOUR DE NOEL B

Los Angeles, le 25 Décembre 2017

1ère lecture : livre d’Isaïe 52,7-10

Psaume : 97(98)1.2-3.3-4.5-6

2ème lecture: de la lettre aux Hébreux 1,1-6

Evangile: Saint Jean 1,1-18

Joyeux Noël ! La liturgie du jour de Noël est centrée sur la Parole. La liturgie nous invite à réfléchir sur la Parole de Dieu et sur  notre propre Parole.

La Parole de Dieu.

Cette nuit la Parole de Dieu s’est faite chair et elle habite parmi nous. La Parole de Dieu s’appelle Jésus. Il est né à Bethléem, Il fait partie de notre histoire. Il est le Prince de la Paix.

La vie, la passion, la mort et la résurrection de Jésus témoignent de l’importance que Dieu donne à la paix sur la terre. Tout ce que Jésus dit et fait nous révèle le chemin qui conduit vers la paix. Les anges qui annoncent sa naissance chantent la paix pour les hommes et les femmes de bonne volonté. Le Christ ressuscité salue ses amis avec un message de paix.

Notre parole.

Le premier but de nos paroles doit être de construire la paix autour de nous. Les plus grands maux qui détruisent l’humanité sont la division, la haine, la guerre, le manque de paix. Les souffrances les plus fortes qui peuvent nous atteindre sont celles qui nous enlèvent la paix du cœur.

Notre parole est un instrument, une arme très puissante pour construire ou pour détruire la paix.

En ce jour de Noël nous devons nous réjouir parce que le Prince de la Paix est né dans notre monde pour nous aider à comprendre que par la parole nous pouvons devenir des artisans de paix et des ouvriers de réconciliation.

Le jour de Noël est le jour de la Parole faite chair pour donner la paix au monde. Joyeux Noël !

P Germán

VEILLÉE DE NOEL B Los Angeles, le 24 Décembre 2017

posted Dec 18, 2017, 4:51 PM by German Sanchez

VEILLÉE DE NOEL B

Los Angeles, le 24 Décembre 2017

1ère lecture : livre d’Isaïe 9,1-6

Psaume : 95(96)1-2.2-3.11-12.13

2ème lecture: de la lettre de St Paul à  Tite 2, 11-14

Evangile: Saint Luc 2,1-14

La nuit de Noël les chrétiens s’unissent aux anges du ciel pour chanter « Gloire à Dieu et Paix sur la terre ».

Cet hymne que nous entonnons tous les dimanches à partir de cette nuit contient le message de Noël.

La Gloire de Dieu, le bonheur de Dieu, la grandeur de Dieu, la manifestation de Dieu sur la terre est la paix.

Que vous soyez croyant ou pas, chrétien ou pas, nous sommes tous attachés à la paix.

Nous savons que s’il n’y pas de paix dans notre cœur nous tournons en rond. Nous savons que s’il n’y a pas de paix dans nos foyers nos familles se détruisent. Nous savons que s’il n’y a pas de paix dans la société l’humanité risque de disparaître.

Nous célébrons aujourd’hui la naissance du Prince de la Paix. Nous croyons que le bébé que nous contemplons dans la crèche est Dieu. Il est venu pour nous montrer le chemin de la paix et pour nous enseigner à aimer.

N’hésitez pas à aller le voir en ces fêtes de Noël. Passez du temps avec Lui. Il nous attend tous parce que son message est un message de paix, d’amour et de fraternité que tous les hommes et les femmes de bonne volonté peuvent comprendre. Il nous montre le chemin que nous devons suivre pour vivre en paix. Il nous dit des paroles qui nous aident à comprendre que la paix ne peut pas exister si la justice n’est pas présente dans toutes nos relations. Sa vie nous révèle que la fraternité universelle est le chemin du bonheur pour toute l’humanité.

Joyeux Noël et tous mes vœux pour que cette année vous puissiez accueillir la paix de l’enfant qui est né à Bethléem. Joyeux Noël.

P Germán

4ème Dimanche de l’Avent B Los Angeles, le 24 décembre 2017

posted Dec 18, 2017, 4:51 PM by German Sanchez

4ème Dimanche de l’Avent

Année Liturgique B

Los Angeles, le 24 décembre 2017

1ère lecture : du 2ème livre de Samuel 7,1-5.8-12.14.16

Psaume : 88(89) 2-3.4-5.27.29

2ème lecture : de la lettre de St Paul aux Romains 16,25-27

Evangile: de Saint Luc 1,26-38

Ce soir nous allons célébrer la naissance du Messie. Ce soir nous allons annoncer au monde entier que Dieu est descendu du ciel pour habiter parmi nous.

Ce soir l’Église nous confie la mission que l’Esprit Saint a confiée à Marie le jour de l’Annonciation :

- Prêter son corps à Dieu pour qu’Il y fasse sa demeure.

- Donner Jésus au monde.

- Être membre de l’Eglise.

La mission de Marie est aussi notre mission et ce soir en célébrant la fête de Noël nous allons accepter cette triple mission qui fait de nous des disciples de l’enfant de la crèche.

- Prêter son corps à Dieu pour qu’Il y fasse sa demeure.

Dieu s’est fait homme à Bethléem pour que tous les hommes et les femmes de bonne volonté comprennent que le corps humain est la maison dans laquelle l’Esprit Saint habite. Nous devons comprendre que Dieu compte sur nos paroles et nos actes pour être présent dans le monde.

Dans notre corps Dieu a fait sa demeure. Si nous sommes d’accord nous pouvons prêter nos oreilles à Dieu pour qu’il écoute la voix de ceux et celles qui souffrent autour de nous. Nous pouvons prêter nos pieds au Seigneur pour qu’il aille visiter les malades, les personnes âgées, les prisonniers et ceux et celles qui souffrent à cause de la solitude. Nos mains peuvent devenir les mains de Dieu si nous acceptons d’accueillir l’étranger, le pauvre et l’orphelin. Notre compte en banque peut devenir la richesse de Dieu si nous partageons notre argent avec ceux et celles qui n’ont pas de travail, avec les enfants qui n’ont pas les moyens d’aller à l’école, avec les gens qui n’arrivent pas à se nourrir. Ce soir nous pouvons écouter la voix de l’ange Gabriel qui nous dit : « sois sans crainte, Tu as trouvé grâce auprès de Dieu ».

- Donner Jésus au monde.

Nous avons été choisis, comme Marie, pour donner Jésus au monde. Il y a encore beaucoup d’hommes et de femmes autour de nous et dans le monde entier qui ne connaissent pas la beauté et la joie de la Parole de Dieu. Beaucoup de gens ont une fausse idée de Dieu. Tous les baptisés, nous avons la mission de faire naître Jésus dans le cœur de ceux et celles qui n’ont pas encore découvert la lumière de Dieu dans leur vie.

- Être membre de l’Eglise.

Comme Marie, nous devons être membres de l’Eglise. Elle était toujours avec les disciples et après la mort et la résurrection de Jésus, elle a accepté la responsabilité de devenir la Mère de l’Église. La fête de Noël nous invite à prendre conscience de l’importance d’appartenir à la communauté. S’il n’y avait pas l’Église, où irions-nous baptiser nos enfants ? Faire bénir notre amour ? Confier nos défunts à Dieu ? Célébrer nos joies et nos souffrances ? Recevoir la Parole de Dieu ? Sans l’Église notre foi s’éloigne de la Parole de Dieu. Sans l’Église notre foi se transforme en superstition. Sans l’Église nous nous éloignons de Dieu. Sans l’Église nous ne sommes plus les disciples de Jésus.

Ce soir, ouvrons nos cœurs pour célébrer Noël avec l’Église et pour nous engager avec Marie à prêter notre corps à Dieu et à faire naître Jésus autour de nous.

P Germán

3º Dimanche de l’Avent B Dimanche de la Joie. Los Angeles, le 17 décembre 2017

posted Dec 13, 2017, 9:40 AM by German Sanchez

3º Dimanche de l’Avent

Année Liturgique B

Dimanche de la Joie.

Los Angeles, le 17 décembre 2017

1ère lecture : du livre d’Isaie 61,1-2a.10-11

Psaume : Luc 1,46b-50.53-54

2ème lecture : 1ère  lettre de St Paul aux Thessaloniciens 1Th 5,16-24

Evangile: de Saint Jean 1,6-8.19-28

Le troisième dimanche de l’Avent est connu comme le dimanche de la joie.

Une semaine avant la célébration de Noël, la liturgie dit et redit : Soyez dans la joie.

Le troisième dimanche de l’Avent nous allumons la bougie rose de la couronne, le prêtre est habillé en rose et tous les chrétiens sont invités à chanter, à se réjouir, à se préparer pour célébrer Noël dans la joie.

Malgré toutes les raisons que nous pouvons avoir d’être tristes aujourd’hui, l’Église nous invite à nous réjouir. Bien sûr que nous ne pouvons pas oublier tous les pays qui souffrent à cause de la guerre. Il est évident que nous pensons avec compassion et tristesse aux personnes qui ont perdu un être cher à cause de la violence ou par une mort naturelle.  Nous portons la souffrance dans notre vie mais nous avons, en ce temps de l’Avent des raisons pour nous réjouir.

Le prophète Isaïe, Marie et Jean le Baptiste sont trois personnages de la Bible qui nous aident à comprendre la raison pour laquelle nous devons nous réjouir en ce temps qui nous prépare pour célébrer Noël.

Ces trois personnages de la Bible nous disent : « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la Bonne Nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. »

Réjouissons-nous parce que la semaine prochaine nous allons célébrer la naissance de Jésus. Noël nous rappelle que l’Esprit du Seigneur est sur nous. Que nous avons été consacrés par l’onction pour devenir comme Jésus, les envoyés du Père. Que nous avons la mission de porter un peu de lumière là où il y a des ténèbres, un peu de chaleur où il y a le froid de l’indifférence, un peu de tendresse là où il y a des blessures. Nous avons été choisis par Dieu pour consoler ceux et celles qui souffrent. Vous et moi, nous sommes la lumière du monde, le sel de la terre.

Réjouissons-nous parce nous avons été choisis, nous sommes consacrés et nous sommes envoyés.

Voilà les trois raisons qui nous permettent de nous réjouir aujourd’hui malgré toute la souffrance qu’il y a autour de nous. Nous ne voulons pas nier la réalité, nous voulons la transformer.

L’Esprit de Dieu est avec nous, nous avons la force de l’Esprit Saint dans nos cœurs. Nous savons que vaincre le mal, la souffrance et la méchanceté c’est possible parce que Jésus nous a montré le chemin.

Nous allons célébrer Noël pour nous engager avec Jésus dans la construction d’un monde meilleur, un monde de paix et de justice, un monde de fraternité et de solidarité. Un monde dans lequel tous puissent vivre en paix.

Réjouissons-nous ! Dieu va naître dans notre cœur la semaine prochaine.

Bonne préparation vers Noël.  

P Germán

2º Dimanche de l’Avent B LA, le 10 décembre 2017

posted Dec 7, 2017, 9:18 AM by German Sanchez

2º Dimanche de l’Avent

Année Liturgique B

LA, le 10 décembre 2017

1ère lecture : du livre d’Isaie 40,1-5.9-11

Psaume : 84 (85)9-10.11-12.13-14

2ème lecture : de la 2ème lettre de St Pierre Apôtre 3,8-14

Evangile: de Saint Marc 1,1-8

La liturgie de ce deuxième dimanche de l’avent nous invite à préparer le chemin pour que le Christ puisse naître dans notre vie et dans notre monde.

Je vous propose trois moyens par lesquels nous pouvons préparer le chemin au Christ qui vient : la prière, la solidarité et l’annonce de la Bonne Nouvelle.

La prière :

Le meilleur moyen pour se préparer à recevoir le Seigneur dans sa vie est la prière. Comme Jean le Baptiste, nous devons nous retirer dans le silence pour mieux écouter la voix du Seigneur. Nous avons besoin de calme pour préparer notre cœur et notre intelligence à la rencontre avec Celui qui vient pour nous donner la paix et pour nous montrer le chemin qui nous conduit vers le bonheur.

La prière est un face à face avec la lumière qui vient de Dieu pour éclairer tous les points sombres qu’il y a dans notre vie. La prière est le lieu dans lequel nous puisons les forces nécessaires pour transformer notre vie et découvrir la joie de vivre avec Dieu et avec les autres.

La solidarité :

Un autre moyen pour se préparer à célébrer la naissance de Jésus d’une façon chrétienne est la solidarité. Noël est la fête de tous les hommes et de toutes les femmes de bonne volonté qui acceptent d’accueillir dans leur vie un Dieu qui se fait tout petit pour que nous puissions grandir avec Lui. Dieu se fait solidaire de nous. Il se fait pauvre comme nous pour que nous soyons comme lui solidaire de tous nos frères et sœurs qui souffrent, de tous nos frères et sœurs qui n’ont pas les mêmes chances que nous. Si nous voulons préparer la venue du Seigneur dans notre vie et dans la société, nous devons abandonner l’orgueil et l’individualisme pour nous approcher des autres. La naissance de Jésus est la manifestation de la solidarité de Dieu. Aujourd’hui nous pouvons préparer la route à la venue de Dieu dans notre vie en posant des actes concrets de solidarité.

L’annonce de la Bonne Nouvelle est le troisième moyen que nous avons pour préparer Noël. Nous vivons dans une société qui veut cacher toute référence à ses origines. On a l’impression qu’il y a des gens qui ont honte de dire que Noël est l’anniversaire de la naissance d’un bébé en Palestine. On voudrait que nous ne disions plus joyeux Noël mais bonne fête. Que l’on soit croyant ou pas, nous ne pouvons pas nier l’histoire. Pour ceux qui ne croient pas, ce bébé est un personnage de l’histoire. Pour nous qui croyons, ce bébé est Dieu lui-même qui est descendu du ciel pour se faire fragile comme nous et pour nous inviter librement à faire le choix de lui faire confiance ou de l’ignorer.

Pour préparer la naissance du Christ, nous devons annoncer par notre façon de vivre, que l’enfant de la crèche a changé notre vie. La Bonne Nouvelle que nous devons annoncer est que Dieu est avec nous. Que nous avons dans nos cœurs l’Esprit de Dieu et que tout homme et toute femme est image de Dieu, est capable d’aimer, est unique et est aimé de Dieu.

Prions, soyons solidaires et annonçons à tous que Noël est l’anniversaire de la naissance d’un bébé exceptionnel en Palestine.  

Bonne préparation vers Noël.  

P Germán

1º Dimanche de l’Avent B OC/LA, le 2-3 décembre. 2017

posted Nov 30, 2017, 12:53 PM by German Sanchez

1º Dimanche de l’Avent

Année Liturgique B

OC/LA, le 2-3 décembre. 2017

1ère lecture : du livre d’Isaie 63,16b-17.19b ; 64,2b-7

Psaume : 79 (80)2-3.15-16.18-19

2ème lecture :1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 1,3-9

Evangile: de Saint Marc 13,33-37

En ce premier dimanche de Décembre nous commençons le temps de l’avent. Une fois de plus nous allons nous préparer pour célébrer Noël avec les amis et en famille.

Pendant le temps de l’avent nous allons faire des projets. Nous allons préparer les cadeaux que nous allons offrir, les enfants vont faire la liste des cadeaux qu’ils veulent recevoir, nous allons décorer nos maisons avec beaucoup de lumière et nous allons préparer le repas que nous partagerons avec ceux et celles qui viendront célébrer la nuit de Noël et le jour de l’an.

Croyants et les non croyants vont faire les préparatifs que je viens d’énumérer. Et si nous voulons nous préparer d’une façon chrétienne pour célébrer la naissance du Christ, que devons-nous faire d’autre ?

Pour répondre à cette question je vous propose de prendre l’image utilisée par l’évangile de ce dimanche.

Il s’agit d’ « un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller. »

Dieu est parti et nous a laissé tout pouvoir pour que nous administrions la création et notre vie. Il nous a donné une mission à chacun et il nous demande de veiller.

Pendant le temps de l’avent les chrétiens doivent se préparer intérieurement, spirituellement, personnellement et en communauté pour accueillir Dieu qui revient dans notre monde, dans notre maison et dans notre cœur. Le temps de l’avent est un temps de joie parce que nous attendons un ami, un maître, un prince, un roi, qui vient habiter avec nous.

Quand nous attendons quelqu’un que nous aimons nous prenons le plus beau vêtement que nous avons, nous nettoyons la maison, nous mettons des fleurs sur la table et nous préparons les plats que notre ami préfère.

Pour nous préparer à accueillir le Christ, nous devons faire la liste de ce qu’Il aime. Il est le prince de la paix, il est doux et humble de cœur, il accueille les enfants et Il est exigeant envers les puissants, il est juste et il pardonne. Il est patient avec nous parce qu’il sait que nous avons besoin du temps pour aimer. Il aide les pauvres et console les gens qui souffrent.

Nous attendons quelqu’un formidable. Nous avons trois semaines pour nous préparer dans la joie à accueillir Celui qui peut changer notre vie si nous ouvrons les portes de notre cœur pour qu’il puisse naître dans notre vie le jour de Noël.

Profitons de ce temps de l’avent pour nous préparer à célébrer une fête de Noël différente de celles des années précédentes.

En ce Noël 2017 essayons de nous préparer d’une façon chrétienne pour la célébration de la naissance du Prince de la Paix. Réveillons-nous ! Dieu a déchiré les cieux pour descendre dans notre vie. Accueillons-le cette année pour que notre cœur soit illuminé comme sont illuminés nos maisons et nos rues.

Bonne préparation vers Noël.  

P Germán

33º Dimanche du temps de l’Église A Los Angeles, 19 novembre 2017

posted Nov 15, 2017, 11:11 AM by German Sanchez   [ updated Nov 18, 2017, 9:43 AM ]

33º Dimanche du temps de l’Église

Année Liturgique A

Journée mondiale pour les Pauvres

Los Angeles, 19 novembre 2017

1ère lecture : du Livre des Proverbes 31,10-13.19-20.30-31

Psaume : 127(128)1-2.3. 4-5

2ème lecture : 1ère lettre de Saint Paul aux Thessaloniciens 5,1-6

Évangile : selon St Matthieu 25,14-30

La parabole des talents est bien connue. Nous savons que nous avons tous reçu des talents et que nous devons les faire fructifier.

Demandons-nous en cette semaine, quels sont les talents spirituels que nous les chrétiens avons reçus et comment nous les faisons fructifier.

Quels sont les talents spirituels que nous avons reçus ?

Nous parlons beaucoup des talents des uns et des autres. Nous reconnaissons que celui-ci est doué pour la musique et que celle-là a du talent pour les mathématiques. La famille et l’école nous aident à développer les talents que nous avons reçus, à les mettre au service des autres et à profiter de nos qualités pour construire un avenir brillant.

Aujourd’hui je voudrais que nous réfléchissions aux talents spirituels que le Seigneur nous a confiés.

Nous avons reçu la Foi, la confiance en Dieu. La Parole de Dieu et les sacrements nous sont confiés par l’Église. Nous recevons souvent le pardon de Dieu. Tous les jours nous sommes témoins de l’amour que Dieu a pour chacun et pour tous.

Comment faisons-nous fructifier ces talents ?

La parabole de ce dimanche nous invite à produire les talents spirituels que le Seigneur nous donne. Nous ne pouvons pas mettre dans un coffre-fort la foi qui nous aide à vivre dans la confiance et qui nous rappelle que nous sommes tous des enfants bien aimés de Dieu et que nous avons la même dignité puisque nous sommes tous des frères et des sœurs de Jésus.

Notre amitié avec Jésus et la foi que nos parents nous ont transmises ne peuvent pas être cachées ou enterrées dans un trou de notre conscience. L’Évangile nous invite ce dimanche à partager, à faire fructifier, à développer la foi, la confiance en Dieu.

Les richesses de la Parole de Dieu et la force que les sacrements nous donnent doivent être partagées avec tous les hommes et les femmes que nous rencontrons. Chaque fois que nous écoutons la Parole de Dieu nous recevons un message d’amour, d’espérance et de bonheur que nous devons transmettre au monde entier. Les sacrements que l’Église nous donne nous transforment en imitateurs du Christ, membres de son Corps et temples de l’Esprit Saint. Nous devons aider tous nos frères et sœurs à découvrir que dans leur cœur il y a l’Esprit de Dieu. Que tous les hommes et les femmes ont reçu le souffle de l’Esprit pour découvrir la beauté et la vérité de la vie et de la création.

Tous les jours nous recevons le pardon de Dieu qui nous pousse à grandir et à aimer. Ce pardon n’est pas pour qu’il reste enfoui en nous. Il doit être partagé, multiplié. Il doit grandir autour de nous. Les chrétiens, ceux et celles qui expérimentent le pardon de Dieu dans leur vie doivent faire le premier pas pour restaurer les relations abimées, pour construire des ponts entre les personnes séparées.

Le plus grand talent que nous avons reçu est l’amour de Dieu. Nous sommes aimés de Dieu et nous devons partager cet amour avec les autres. Allons dans nos maisons, dans notre travail et dans notre quartier et annonçons à tous nos frères et sœurs que Dieu nous aime. Ce n’est pas nécessaire de faire des discours. Le meilleur langage pour annoncer l’amour de Dieu est celui des œuvres. Agissons plus et parlons moins. Ce langage est compris par tous.  Amen. P Germán

32º Dimanche du temps de l’Église A Clôture du parcours Alpha Couples Los Angeles, 12 novembre 2017

posted Nov 10, 2017, 5:14 PM by German Sanchez

32º Dimanche du temps de l’Église

Année Liturgique A

Clôture du parcours Alpha Couples


Los Angeles, 12 novembre 2017

1ère lecture : du Livre de la Sagesse 6,12-16

Psaume : 62(63)2,3-4.5-6.7-8

2ème lecture : 1ère lettre de Saint Paul aux Thesaloniciens 4,13-18

Évangile : selon St Matthieu 25,1-13

Jésus est un bon pédagogue. Il utilise toujours des paraboles, des exemples et des paroles que nous comprenons facilement parce qu’elles font partie de notre vocabulaire quotidien.

Arrêtons-nous sur quelques paroles de l’évangile de ce dimanche qui décrivent la vie, la foi et notre relation avec Dieu.

L’attente, la nuit, le sommeil, la lampe allumée, la fête des noces.

L’attente. Nous avons tous fait l’expérience d’attendre. Il y a des attentes pesantes, désagréables et difficiles à vivre. On n’aime pas attendre dans une queue qui ne finit pas. On n’aime pas attendre le résultat d’un examen à l’école, à l’université ou chez le médecin. Il nous est difficile d’attendre quelqu’un qu’on aime quand la séparation est trop longue. Mais nous sommes ravis d’attendre un ami(e) qui revient. Nous sommes heureux d’attendre un rendez-vous d’amour. Nous nous préparons pour attendre un bébé qui arrive ; nous prenons le temps de tout organiser quand nous attendons le jour de notre anniversaire ou la fête de notre mariage ou de notre ordination.

La foi est une longue attente qui doit se vivre dans le bonheur. Nous attendons Celui qui nous aime. Nous attendons la Rencontre avec Dieu qui est en train de préparer une super fête de noces pour célébrer le mariage du Christ avec l’Église et nous sommes les invités d’honneur.  Parfois nous oublions que la foi n’est pas une idéologie ou un code de morale ou une liste de règles à respecter. La foi est l’attente d’une rencontre d’amour. La vie de foi est une préparation pour participer à une grande fête.

La nuit et le sommeil.

La parabole de ce dimanche se passe dans la nuit. Les dix filles tombent dans leur sommeil. Nous sommes tous dans la nuit de nos doutes, difficultés, et tentations d’abandonner Dieu pour construire notre vie seuls. Dieu sait que nous sommes victimes du sommeil et que bien souvent nous nous endormons dans nos plaisirs, dans nos richesses et dans notre indifférence. Combien de fois nous préférons rester au lit plutôt que nous lever pour aller rencontrer la communauté chrétienne et le Seigneur qui nous attend dans l’Église. Peu importe. Le Seigneur nous connaît et il vient souvent nous réveiller, nous inviter à l’aimer.

La lampe allumée des cinq jeunes filles qui peuvent rentrer à la fête nous rappelle que la foi est la lumière qui nous permet d’avancer vers la rencontre de Celui qui nous aime. Chacun est responsable de sa lampe et nous ne pouvons pas compter sur les autres pour garder la flamme de la foi allumée dans notre cœur. Nous savons que la foi, que la flamme qui doit briller dans notre cœur pour pouvoir participer à la fête de noces que Dieu a préparée pour nous, doit se nourrir de nos paroles et de nos actes d’amour.

Dieu nous pardonne de ne pas penser à lui mais nous n’arriverons pas à nous pardonner de ne pas avoir aimé nos frères et sœurs.

La fête des noces que nous attendons se prépare dès maintenant. Nous devons vivre heureux dans l’attente de la rencontre avec le Christ parce que quand nous serons avec Lui il n’y aura plus de ténèbres, ni de nuits, ni des indifférences dans notre vie. Il n’y aura que paix et amour. Vivons dans la joie parce que tous les jours nous sommes en train de nous préparer pour rencontrer le fiancé qui transformera nos vies pour partager avec nous le bonheur éternel.

Amen.   P Germán

1-10 of 474