Réflexions Dominicales

Dimanche de Pâques C Los Angeles, le 21 avril 2019

posted Apr 20, 2019, 12:47 PM by German Sanchez

Dimanche de Pâques C

Los Angeles, le 21 avril 2019

Évangile : selon St Luc 24,13-35

Je suis heureux d’accueillir dans notre communauté ce week-end 11 baptêmes, 15 premières communions et 13 Confirmations.

Le jour de Pâques nous lisons le passage de la découverte du tombeau vide. Marie Madeleine est le premier disciple à découvrir que le Christ n’est pas dans le tombeau où on l’avait déposé après sa mort. Elle court prévenir Pierre et Jean et tous les trois se rendent au tombeau pour se rendre compte que la grosse pierre qui fermait le tombeau avait été roulée. Ce texte nous rappelle que nous avons tous une place dans l’Église, dans l’annonce de la Bonne Nouvelle, dans la transmission de la foi. Marie-Madeleine une femme, prostitué, Pierre un vieillard, pécheur et Jean un jeune homme : ses trois personnages représentent différents groupes de nos communautés et nous rappellent que tous les baptisés ont la mission et l’obligation d’annoncer à toute la création que le Christ n’est pas mort, qu’il est ressuscité. La mission de transmettre la Bonne Nouvelle n’a pas été confiée seulement aux femmes ou aux prêtres ou aux personnes âgées. L’Évangile du jour de Pâques nous rappelle que tous les baptisés forment l’Église et que nous avons été choisis par Dieu pour aider l’humanité à comprendre que nous devons sortir des tombeaux qui nous enferment pour rejoindre le Christ ressuscité qui nous attend à l’extérieur de nos églises pour marcher avec nous et pour nous aider à reconstruire l’Église, à construire un monde meilleur pour tous. Allons annoncer au monde entier que le Christ est ressuscité, qu’il est vivant, qu’il est avec nous jusqu’à la fin des temps. Bonne Fête de Pâques.  Amen, Alléluia. P. Germán.

Vigile Pascale C Los Angeles, le 20 avril 2019

posted Apr 20, 2019, 12:46 PM by German Sanchez

Vigile Pascale C

Los Angeles, le 20 avril 2019

Évangile : selon Luc 24,1-12

Cette nuit l’Eglise se réveille. Les chrétiens sortent de l’obscurité de la mort pour accueillir la lumière de la vie qui vient du Christ ressuscité.

Dans toutes les communautés nous célébrons des baptêmes, des premières communions et des confirmations. Nous avons à St. Sébastien 11 Baptêmes: 7 ce soir et 4 demain ; 15 premières communions: 7 ce soir et 8 demain et 13 Confirmations: 2 ce soir et y 11 demain. Cette nuit est une nuit de joie parce que l’Église nous rappelle que nous sommes le peuple que Dieu a choisi pour envoyer dans le monde. Nous sommes les prêtres, les prophètes et les rois que Dieu met au milieu de l’humanité pour que tous découvrent la fraternité entre nous et l’amour de Dieu notre Père à tous.

Tous les baptisés, nous sommes prêtres parce que nous sommes les intermédiaires entre Dieu et l’humanité. Nous devons prier pour tous et nous devons annoncer à tous que Dieu est notre Père. Nous sommes prophètes parce que le Seigneur nous a chargés d’annoncer la Bonne Nouvelle à toute la Création. La Bonne Nouvelle est : Christ est ressuscité, Il est vivant, Il est au milieu de nous. Il est notre lumière, notre guide, notre force. Rien ne peut plus nous faire du mal parce que le Christ a vaincu le mal.

Nous sommes des rois parce que le Seigneur nous a consacré pour être serviteurs de tous nos frères et sœurs et surtout de ceux et celles qui souffrent et qui sont dans les périphéries de nos sociétés et de nos structures. Bonne fête de Pâques et soyons comme le Christ ressuscité : lumière pour les autres. Alléluia !

P. Germán

Vendredi Saint Année Liturgique C Los Angeles, le 19 avril 2019

posted Apr 20, 2019, 12:44 PM by German Sanchez

Vendredi Saint

Année Liturgique C

Los Angeles, le 19 avril 2019

 

1ère lecture : du Livre du Prophète Isaïe 52,13—53,12

Psaume : Ps 30(31)2.6.12-13.15-16.17.25

2ème lecture : de la lettre aux Hébreux 4,14-16 ; 5,7-9

Évangile : selon St Jean 18,1—19,42

 

Le Vendredi Saint nous rappelle les moments les plus difficiles que Jésus a vécus sur la terre. Le mal s’est déchainé contre Lui. Il s’est laissé faire pour s’unir à tous les hommes et les femmes qui souffrent autour de nous. Il a eu l’impression d’avoir été abandonné par Dieu. Il a connu la solitude devant la souffrance, l’humiliation, la douleur et la mort.

Je vous invite aujourd’hui à prier pour toutes les personnes qui souffrent. (Pendant que le prêtre lit lentement la liste des personnes qui souffrent, une quinzaine de personnes portent une petite bougie allumée du fond de l’église jusqu’au baptistère). Pour les enfants qui ont été abusés, pour les jeunes qui ont été trompés, pour les hommes et les femmes qui sont obligés de se prostituer pour survivre. Pour les malades qui se sentent seuls et abandonnés. Pour les personnes âgées qui souffrent. Pour les victimes de la violence et de la guerre. Pour ceux et celles qui sont trahis par quelqu’un qu’ils aiment. Pour les familles déchirées. Pour les victimes de l’injustice. Pour toutes les personnes que nous connaissons et qui portent des souffrances insupportables.

Prions pour l’Église qui traverse un moment difficile de son histoire.

Que la lumière du Christ ressuscité et notre engagement dans la lutte contre le mal aident l’humanité et la création à retrouver sa beauté originelle.

Amen.

P. Germán

Jeudi Saint Année Liturgique C Los Angeles, le 18 avril 2019

posted Apr 18, 2019, 3:19 PM by German Sanchez

Jeudi Saint Année Liturgique C

Los Angeles, le 18 avril 2019

1ère lecture : du Livre de l’Exode 12,1-8.11-14

Psaume : Ps 115(116B)12-13. 15-16bc. 17-18

2ème lecture : de la 1ère lettre de Paul aux Corinthiens 11,23-26

Évangile : selon St Jean 13,1-15

Lundi dernier nous avons célébré dans la cathédrale la Messe Chrismale. Autour de l’archevêque, les évêques auxiliaires, les prêtres, les diacres, les religieux, les religieuses et tout le peuple de Dieu de Los Angeles, nous avons renouvelé nos promesses baptismales.

Nous avons prié pour que tous les chrétiens remplissent leur mission dans le monde : nous sommes prêtres, des intermédiaires entre Dieu et son peuple ; nous sommes prophètes parce que nous annonçons la Bonne Nouvelle et nous sommes Rois parce que nous avons été oints pour servir l’humanité.

L’archevêque a béni les huiles qu’il a ensuite distribuées dans toutes les paroisses. Avec ses saintes huiles nous allons marquer les baptisés, les confirmés, les catéchumènes qui se préparent à devenir chrétiens et les malades qui ont besoin de la force de Dieu.

Ces saintes huiles seront toute l’année au milieu de notre communauté. Elles nous rappellent que nous avons été choisis et marqués par Dieu. Nous sommes l’Église, nous sommes les membres du Corps du Christ.

Nous avons la mission de montrer au monde la beauté de l’Évangile. Nous avons l’obligation de réparer les erreurs du passé pour que tous les hommes et les femmes de bonne volonté découvrent l’amour de Dieu. Soyez Prêtres, Prophètes et Rois tous les jours.

Amen.  P. Germán

Dimanche des Rameaux Année Liturgique C LA, le 14 avril 2019

posted Apr 11, 2019, 7:19 PM by German Sanchez

Dimanche des Rameaux

Année Liturgique C

Bénédiction des Rameaux

LA, le 14 avril 2019

Evangile: selon St Luc 19,28-40

 

La Semaine Sainte commence avec une procession.

Il est important que nous comprenions que nous sommes un Peuple en marche.

Aujourd’hui l’Église affronte des problèmes très graves et nous rendons grâce à Dieu parce que nous avons un Pape qui nous guide avec beaucoup de sagesse, d’humilité et qui se laisse illuminer par l’Esprit Saint.

Aujourd’hui l’Église a besoin de se purifier. Nous avons tous besoin de nous purifier pour être capables de vivre la Passion avec Jésus et pour ressusciter avec Lui.

En cette marche vers la table de l’Eucharistie, chantons pour acclamer le Seigneur qui marche toujours avec son Eglise et prions pour que ces temps difficiles que nous traversons produisent dans toute l’Église un renouveau.

Nous sommes l’Église qui marche, nous sommes l’Église qui souffre, nous sommes l’Église qui demande pardon pour ses fautes, nous sommes l’Église qui prie pour toutes les victimes de la violence et du mal. Nous sommes l’Église qui accompagne Jésus dans sa marche vers Jérusalem pour y être crucifié. Nous sommes l’Église qui attend la résurrection pour vivre dans la paix.

Elevons et agitons les rameaux, marchons avec le Christ, conduits par l’Esprit de Dieu pour vivre avec Lui la Passion et la Résurrection.

P. Germán

Dimanche de Rameaux

Année Liturgique C

LA, le 14 avril 2019

1ère lecture : du Livre d’Isaïe 50,4-7

Psaume: Ps 21(22) 8-9,17-18,19-20,23-24

2ème lecture : lettre de Paul aux Philippiens 2,6-11

Evangile: selon St Luc 22,14-23,56

 

Nous avons commencé cette célébration avec une marche qui nous a conduits de la rue à l’Eucharistie.

Maintenant nous sommes ici pour nourrir notre foi avec la Parole de Dieu et le Corps et le Sang du Christ.

Après la Messe nous repartirons dans nos activités et nous porterons avec nous le Christ qui est venu dans le monde pour partager nos joies et nos peines. Il est avec nous tous les jours pour nous apprendre à aimer.

Ouvrons notre cœur pour célébrer cette Semaine Sainte avec toute l’Église. Écoutons l’appel que le Seigneur adresse à chaque baptisé cette semaine pour que nous nous engagions tous dans le renouvellement de l’Église.

Que toutes les célébrations de cette semaine nous aident à contempler le Christ dans sa souffrance pour partager la souffrance de tous nos frères et sœurs qui ont été meurtris par le comportement d’un membre de l’Église. Que la Résurrection du Christ dimanche prochain nous donne la force de nous lever et de lutter pour la justice, pour la paix et pour la protection de tous les enfants de Dieu et de la création.

Bonne Semaine Sainte et n’oubliez pas de trouver en cette semaine le chemin que le Seigneur nous montre pour que nous l’aidions à reconstruire son Eglise pour le bien de l’humanité. Amen

P. Germán

5ème Dim de Carême Année C Newport Beach/Los Angeles, le 6/7 avril 2019

posted Apr 3, 2019, 5:42 PM by German Sanchez

5ème  Dim de Carême Année C

Newport Beach/Los Angeles, le 6/7  avril  2019

1ère lecture : livre d’Isaïe 43,16-21

Psaume : 125(126) 1-2.2-3.4-5.6

2ème lecture: lettre de St Paul aux Philippiens 3,8-14

Evangile: Saint Jean 8,1-11

En ce dernier dimanche avant la Semaine Sainte, l’Église nous propose l’Évangile de la femme prise en flagrant délit d’adultère et accueillie par Jésus avec ses belles paroles : « Je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus ».

J’ai l’impression que pour bien nous préparer à célébrer la Passion, Mort et Résurrection de Jésus, nous devons nous engager aujourd’hui à ne plus juger nos frères et sœurs, à ne pas condamner les autres mais à les aimer et à les aider à vivre en paix.

Au début de son pontificat, le Pape François avait répondu à une question d’un journaliste : Qui suis-je pour juger ?

Juger et condamner les autres sont un des plus grand péchés ou erreurs que malheureusement nous faisons souvent.

Nous jugeons et condamnons les autres pour justifier nos erreurs ou pour nourrir notre hypocrisie. Nous sommes comme la personne que nous jugeons ou nous sommes pires qu’elle mais nous nous débrouillons bien pour que personne ne le sache.

En jugeant ou condamnant les autres nous voulons faire croire que nous sommes meilleurs que les autres et que nous avons le droit de montrer aux autres le bon chemin.

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivé quand j’étais jeune prêtre.

J’étais aumônier d’une prison et tous les dimanches matin j’allais célébrer la messe pour les détenus. Tous les dimanches je célébrais une messe à la prison et une autre à la paroisse.

Un jour, une dame de la « bonne société » m’a interpellé en public d’une façon forte et assez agressive : « Père, vous ne devez plus aller dans la prison tous les dimanches. Vous pouvez célébrer une autre messe à la paroisse et passer un peu plus du temps avec vos paroissiens. Vous perdez votre temps avec ces gens-là. S’ils sont en prison c’est parce qu’ils l’ont bien mérité. Ils ont fait quelque chose contre la loi et contre la société, ils doivent payer. Laissez-les là-bas et occupez-vous plus tôt des gens bien qui sont à l’extérieur et qui ont besoin du prêtre ».

J’ai été choqué par ces paroles et j’ai justifié mes visites en utilisant un passage de l’Évangile dans lequel Jésus dit : « je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs. Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin mais les malades. » Lc 5,31b-32

Un samedi après-midi, trois semaines plus tard, cette dame que je ne connaissais pas bien m’a téléphoné. Elle pleurait et dans son désespoir elle dit : « Père, mon fils a été pris hier soir dans une affaire de drogues et il est en prison. Le juge dit que je ne peux pas lui rendre visite avant quelques jours. Pouvez-vous aller le voir ? Il a besoin de votre conseil, de votre prière et de quelqu’un qui lui dise que nous allons l’aider pour qu’il revienne sur le bon chemin. »

Je lui ai répondu que j’allais le voir le lendemain, dimanche lors de la messe dans la prison.

Conclusion. Ne jugeons pas et nous ne serons pas jugés. Soyons miséricordieux et nous obtiendrons miséricorde.

Que celui ou celle d’entre vous qui est sans péché jette la première pierre pour dire qu’il ou elle peut juger et condamner les autres.

Aujourd’hui les autres ont besoin de notre aide, demain nous aurons besoin de l’aide des autres.

Dieu nous aime. Aimons-nous les uns les autres comme il nous aime. Arrêtons de juger et condamner les autres pour vivre fraternellement.

Amen. P Germán

4ème Dim de Carême C Los Angeles, le 31 mars 2019

posted Mar 29, 2019, 3:25 PM by German Sanchez

4ème  Dim de Carême C

Los Angeles le 31 mars 2019

1ère lecture : livre de Josué 5,9.10-12

Psaume : 33(34) 2-3.4-5.6-7

2ème lecture: 2ème lettre de St Paul aux Corinthiens 5,17-21

Evangile: Saint Luc 15,1-3.11-32

En ce quatrième dimanche de Carême, l’Eglise nous propose la parabole de l’enfant prodigue ou père prodigue.

Dans cette parabole il y a quatre personnages : le fils ainé, le fils cadet, le père et nous.

Le fils cadet est un profiteur. Il ne pense qu’à lui. Il veut de l’argent et il n’a pas honte de demander l’héritage avant même que le père ne meurt. Il ne sait pas remercier, reconnaître ou se mettre au service de son père. Il sait exiger, demander, réclamer et se plaindre. Il est pourri par l’égoïsme. Il ne sait pas aimer, il est spécialiste dans le profit des autres.

Il est souvent donné comme exemple à cause de sa conversion et on oublie qu’il revient chez son père acculé par la faim et le malheur. Dans son retour à la maison il n’a pas de sentiments d’amour mais seulement le désir et le besoin de remplir son ventre. Sa conversion est presque une obligation. Il n’a pas de choix. Il est en train de mourir et il sait qu’il ne lui reste que le chemin du retour vers le père pour sauver sa vie.

Nous ne pouvons pas le condamner. C’est un pauvre gamin qui a été aveuglé par l’argent et par le désir de profiter sans mesure et sans limite. Il est à plaindre. Nous pouvons avoir pitié de lui parce qu’il a besoin d’être aimé pour récupérer sa dignité d’enfant, d’homme.

Le fils ainé. Il n’est pas mieux que son frère. Il est aussi égoïste que son frère. Il n’a jamais compris l’amour de son père pour lui et pour son frère. Comme son frère, il se plaint, il revendique sa bonne conduite. Il a l’impression que son travail n’est pas assez bien payé. Il est jaloux parce que le père dépense un peu d’argent pour fêter sa joie. Il croit qu’il mérite tout parce qu’ « il est bien » et il n’a pas pitié de son frère qui a besoin d’être accueilli et pardonné. Il n’est pas heureux parce que la jalousie, l’égoïsme et l’orgueil l’empêchent de profiter de ce qu’il a. Il est comme beaucoup de gens qui se croient  parfaits et qui passent leur temps à juger, à condamner et à dénoncer les péchés des autres. Il est aussi un pauvre mec qui a besoin d’apprendre à aimer l’amour.

Le père. Il est un homme plein d’amour, de compréhension, débordant de pardon. Il est humble et sincère. Il part à la rencontre de son petit quand il l’aperçoit au loin. Il sort de la maison pour supplier son ainé de rentrer dans la maison pour partager la joie de la famille. Il ne pense pas à l’argent qu’il a été obligé de donner à son fils cadet ou à l’argent que le fils ainé dépense à la maison. Il donne sans compter, il est gratuité, il est amour, il ne pense pas à lui, il pense seulement au bonheur de ses enfants. Il ne sait pas ce que c’est l’égoïsme. Il se réjouit d’être avec ses enfants. Il ne fait pas de reproches, il donne, il pardonne et il accueille. Il est une bonne image de Dieu.

Nous. La parabole ne dit pas si le fils ainé accepte de rentrer à la maison après les supplications du père ou s’il quitte la maison à cause de sa jalousie et son mécontentement. La parabole n’est pas finie parce que nous sommes aussi inviter à jouer notre rôle dans cette histoire. Où pouvons-nous nous situer dans cette réalité ? Quel est le personnage qui correspond le mieux à la façon de vivre notre relation avec Dieu et avec nos frères et sœurs ? Si nous nous identifions avec le plus jeune des enfants, sommes-nous prêts à retourner vers Dieu pour nous laisser aimer ? Si nous nous identifions avec le fils ainé, sommes-nous prêts à pardonner à nos frères et sœurs et à les accueillir pour célébrer avec Dieu la joie de construire la Fraternité Humaine ? Ou sommes-nous comme le Père qui pardonne, aime et accueille ? A nous de finir la parabole avec notre réponse à l’amour de Dieu. Amen.  P Germán

3º Dimanche de Carême Année Liturgique C Los Angeles, le 24 Mars 2019

posted Mar 21, 2019, 9:19 AM by German Sanchez

3º Dimanche de Carême

Année Liturgique C

Los Angeles, le 24 Mars 2019

1ère lecture: livre de l’Exode 3,1-8a.10.13-15

Psaume : 102(103) 1-2.3-4.6-7.8.11

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 10,1-6.10-12

Evangile: Saint Luc 13,1-9

En lisant l’Évangile de ce troisième dimanche de Carême j’ai eu l’impression de regarder les informations à la télévision.

Une tour est tombée à Jérusalem et a tué dix-huit personnes. L’armée de Pilate a fait massacrer un groupe de Galiléens.

Ces faits divers nous les écoutons et nous les regardons tous les jours dans les journaux : des accidents, des massacres, des morts, des catastrophes, etc.

Et nous sommes tentés, comme les gens qui étaient avec Jésus de chercher un coupable.

Nous avons tous des réponses préparées pour répondre à tous les malheurs qui arrivent.

Si ce bâtiment est tombé, nous disons que les coupables sont les architectes et les entrepreneurs qui ont utilisé des matériaux peu chers pour faire des économies et avoir plus de profit. S’il s’agit d’un accident nous disons que c’est parce que les gens ne respectent pas les lois de la circulation. Ou pire encore, il nous arrive d’accuser Dieu comme responsable de nos malheurs. Ce qui t’est arrivé c’est une punition de Dieu, c’est une épreuve que le Seigneur t’envoie pour te faire grandir ou c’est Dieu qui a voulu que cela se passe ainsi.

Jésus dit que nous faisons mauvaise route avec ses interprétations.

Dieu ne veut jamais le mal pour personne. Il ne nous envoie pas de souffrances pour nous aider à grandir ou pour nous punir.

Nous sommes tous exposés aux lois naturelles, aux fragilités de notre condition humaine et à la méchanceté qui existe dans le monde. Aussi bien les croyants que les athées, nous allons mourir et nous risquons d’être malades ou victimes d’un accident. La foi n’est pas une assurance vie ou une protection contre tout malheur.

Par contre, Jésus dit que la foi doit nous rendre responsables, que nous devons laisser de côté ce qui n’est pas en accord avec la loi de l’amour et que nous devons profiter de la patience de Dieu.

Responsables. Cela ne sert à rien d’accuser Pilate de la mort de ces personnes innocentes. Il vaut mieux se demander ce que nous pouvons faire pour éviter qu’il y ait de la violence dans nos familles, que nos lieux de travail ne se transforment en camps de bataille, que nous tuons des gens avec notre langue en inventant des fausses histoires sur les autres pour entretenir des conversations. Nous sommes responsables de beaucoup de malheur autour de nous.

Nous devons changer de comportement. Nous devons laisser de côté tout ce qui s’oppose à la Loi de l’Amour. Il est urgent que l’Amour devienne le moteur de toutes nos relations pour que nous respections la Création et tous nos frères et sœurs. Ne perdons pas du temps. Aujourd’hui même acceptons de pardonner et engageons-nous dans la construction de la fraternité autour de nous. 

Dieu est patient et il attend que nous donnions des fruits. Ce carême est une année de plus que Dieu nous donne pour que nous fassions fructifier tous les dons qu’il a mis dans nos mains. Nos cœurs sont pleins de l’amour de Dieu et le Seigneur attend que nous utilisions cet amour pour vivre mieux et pour aider les autres à vivre en paix et dans la joie.

Dieu ne veut pas la souffrance, il n’aime notre malheur. Il désire que nous vivions en paix el il compte sur nous pour que nous finissions la Création qu’Il a commencée et qu’Il nous a confiée. Il est urgent. Ne fermez pas vos oreilles à l’appel du Seigneur. Amen.    P. Germán

2º Dimanche de Carême C Los Angeles, le 17 mars 2019

posted Mar 15, 2019, 6:38 PM by German Sanchez

2º Dimanche de Carême  C

Los Angeles, le 17 mars 2019

1ère lecture : du livre de la Genèse 15,5-12.17-18

Psaume : 26 (27)1,7-8.8-9.13.14

2ème lecture : de la lettre aux Philippiens 3,17—4,1

Evangile: de Saint Luc 9,28b-36

En ce deuxième dimanche de carême l’Église nous propose le texte de Saint Luc qui nous rapporte la Transfiguration de Jésus devant Pierre, Jean et Jacques.

La Transfiguration est rapportée par Matthieu, Marc et Luc et les trois évangélistes racontent l’évènement avec les mêmes détails. Ce qui est un élément pour authentifier l’historicité de l’événement.

Dans le récit de Luc il y a deux détails que les autres évangélistes ne mentionnent pas.

Luc dit que la Transfiguration s’est faite pendant la prière de Jésus et au moment où Jésus parlait avec Moïse et Elie de son départ, de sa mort.

Ces deux détails nous invitent à penser que notre Transfiguration et la Transfiguration de la Création se font dans la prière et dans les épreuves de la vie.

La Prière.

Luc parle souvent de la prière de Jésus. La prière est l’un des trois piliers que l’Église nous propose pour vivre le Carême.      Jésus est Transfiguré dans la prière et ses disciples ont contemplé sa gloire.

Il m’arrive souvent de rentrer dans l’église au milieu de la journée et de trouver une personne en prière devant Marie, ou le Saint Sacrement ou au pied de la croix. J’ai vu des visages transfigurés par la joie de partager avec Dieu une bonne nouvelle et des visages transfigurés par la douleur de confier au Seigneur une souffrance.  Il n’y a rien de plus beau et de plus étonnant que de voir un visage illuminé, Transfiguré par la prière et par cette Présence qui nous écoute et nous parle quand la prière sort du fond de notre cœur.

Nous avons besoin de la prière pour Transfigurer notre vie et tous les éléments et les situations qui déforment, maltraitent ou détruisent la Création.

Les épreuves de la Vie sont le lieu dans lequel la Transfiguration se réalise. Jésus est Transfiguré quand il partage avec Moïse et Elie sa souffrance et ses questions sur la mort qui l’attend. La Transfiguration doit se réaliser dans les épreuves que nous affrontons, dans les souffrances que nos frères et sœurs supportent et dans les difficultés que la Création a pour conserver sa beauté et éviter sa destruction. Dieu ne veut pas que ses disciples se retirent du monde dans lequel ils vivent. Le Seigneur désire que nous soyons ses collaborateurs dans la Transfiguration du monde.

En ce Carême utilisons la prière et partageons avec Dieu les épreuves de la Création pour qu’avec Lui nous Transfigurions notre vie pour la gloire de Dieu et le bonheur de tous.

Amen.

P. Germán

1er Dimanche de Carême C Los Angeles, le 10 mars 2019

posted Mar 9, 2019, 10:08 AM by German Sanchez

1er Dim de Carême  C

Los Angeles, le 10 mars 2019

1ère lecture : livre du Deutéronome 26,4-10

Psaume : 90(91) 1-2.10-11.12-13.14-15  

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Romains 10,8-13

Evangile: Saint Luc 4,1-13

Chaque année, l’Eglise nous propose le temps de Carême pour nous préparer à la célébration de la grande fête que tous les chrétiens célèbrent dans la joie : La fête de Pâques.

En ce premier dimanche de Carême je vous propose de relire le texte du Deutéronome pour rendre grâce à Dieu pour tout ce qu’Il nous a donné et le texte de Saint Luc qui nous rappelle les Tentations de Jésus pour découvrir que le Carême est un temps pour s’engager à vaincre.

Rendre grâce à Dieu.

Dans la première lecture nous avons écouté la profession de Foi du Peuple Juif. Les croyants sont invités à regarder vers le passé pour faire mémoire de ce qu’ils ont vécu et y découvrir la présence et l’action de Dieu.

En ce temps de Carême, l’Église nous rappelle que Dieu est intervenu dans l’histoire de l’humanité, il a été du côté de tous ceux et celles qui se sont battus pour que nous soyons libres de l’esclavage et du mal.

Nous vivons dans des pays qui respectent la liberté des individus, la foi et la croyance des personnes. Grâce à des chercheurs nous avons la possibilité de lutter contre beaucoup de maladies.

Nous avons des écoles et des universités qui nous ont permis d’acquérir des connaissances qui nous aident à vivre mieux.

Nous avons des bâtiments dans lesquels nous pouvons nous rassembler pour partager nos peines, nos joies et notre foi.

En ce carême, je vous invite à rendre grâce à Dieu pour tout ce qu’Il nous a donné par l’intermédiaire des hommes et des femmes de bonne volonté qui, dans le passé, ont travaillé pour que nous ayons un monde meilleur aujourd’hui.   

Nous pouvons aussi remercier le Seigneur pour tout ce qu’il nous a donné directement en tant que personnes. Nous avons la vie, la création, la famille et l’intelligence pour réfléchir et pour agir.

Nous avons reçu beaucoup de richesses mais il reste beaucoup à faire pour que tous les hommes et les femmes de la terre profitent de tout ce que nous avons.

Le Carême est un temps pour s’engager à vaincre le mal.

Comme Jésus, nous sommes aussi tentés de penser seulement aux choses matérielles et nous oublier qu’il y a aussi de valeurs que nous devons respecter pour vivre mieux avec Dieu et avec les autres.

Comme Jésus, nous sommes aussi tentés de nous mettre à genoux devant l’argent ou devant des idoles qui nous procurent des plaisirs passagers et nous oublions que le seul que nous devons adorer est Celui qui nous donne la vie, la santé et la paix dans le cœur.

Comme Jésus, nous sommes tentés aussi de dominer les autres et d’oublier que tout ce que nous avons reçu n’est pas seulement pour nous mais que nous avons l’obligation de le partager avec ceux et celles qui ont moins que nous.

Quand nous rendons grâce à Dieu nous devons penser à nos frères et sœurs qui sont dans le besoin. Nous ne pouvons pas oublier qu’il y a beaucoup de pays qui ne vivent pas avec les mêmes moyens que nous.

Rendons grâce à Dieu et engageons-nous concrètement en ce Carême dans la lutte contre le mal qui est autour de nous pour que tous puissent profiter de ce que nous avons aujourd’hui.

Amen.

P Germán

1-10 of 544