Réflexions Dominicales

FÊTE DU CORPS DU CHRIST C LA, le 23 juin 2019

posted Jun 21, 2019, 9:23 AM by German Sanchez

FÊTE DU CORPS DU CHRIST

Année Liturgique C

LA, le 23 juin 2019

1ère lecture : du Livre de la Genèse 14,18-20

Psaume : Ps. 109(110) 1.2.3.4  

2ème lecture: de la 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 11,23-26

Evangile: Saint Luc 9,11b-17

Aujourd’hui nous célébrons la fête du Corps et du Sang du Christ. Nous célébrons la fête de l’Eucharistie.

L’Église, les communautés chrétiennes, les baptisés se rassemblent tous les dimanches pour recevoir le Corps et le Sang du Christ.

Tous les dimanches nous avons un prêtre qui préside la communauté, qui nous donne le Corps et le Sang du Christ et qui nous envoie dans le monde pour être le Corps du Christ pour les autres.

Parlons donc, ce dimanche du prêtre et du Corps du Christ.

Le prêtre :

Durant ces dernières années nous avons beaucoup entendu parler des prêtres et souvent ces discours ont été négatifs. C’est vrai qu’il y a eu des prêtres qui ont manqué à leur devoir et à leur mission et qui ont trahi l’Église, la communauté et la société qui leur avaient fait confiance. C’est très douloureux.

Il est vrai aussi qu’il y a beaucoup de prêtres qui ont consacré leur vie à servir les communautés, à éduquer les enfants et les jeunes et à s’occuper des plus pauvres et des plus petits de la société. Nous pouvons rendre grâce à Dieu pour tous les bons prêtres que nous avons connus et qui nous ont apporté quelque chose dans notre histoire.

La première lecture parle du premier prêtre dans l’histoire du Peuple de Dieu : Melchisédech. Le Livre de la Genèse dit qu’il prit du Pain et du Vin et qu’il bénit Abram.

Nous avons besoin de prêtres qui nous bénissent. La première mission du prêtre est de bénir tous les hommes et les femmes de bonne volonté pour que nous soyons bons comme Dieu est bon. Le prêtre nous bénit pour que nous puissions ouvrir notre cœur à l’Esprit de Dieu qui nous illumine, nous parle, nous guide, nous fortifie et nous défend.

Le Corps et le Sang du Christ.

La deuxième mission du prêtre est de consacrer le Pain el le Vin pour que les baptisés puissent se nourrir du Corps et du Sang du Christ.

Saint Paul nous rappelle dans la deuxième lecture de ce dimanche, que ce que nous faisons dans l’Eucharistie est la même chose que le Christ a fait avant sa mort. Et l’Évangile dit que Jésus a multiplié les pains et les poissons pour nourrir la foule qui le suivait. Jésus nourrit ces disciples avec son Corps et son Sang. Chaque fois que nous mangeons et buvons à la Table de l’Eucharistie, nous recevons le Christ qui vient dans notre vie pour nous transformer, pour nous faire devenir, comme Lui, des enfants de Dieu. Les chrétiens qui participent à l’Eucharistie deviennent le Corps du Christ présent dans la société d’aujourd’hui. Nous sommes le Corps du Christ et nous recevons tous les dimanches le Pain et le Vin qui nous nourrissent pour être dans le monde les mains du Christ qui travaillent pour la justice, la voix du Christ qui proclame la paix, le Corps du Christ qui accompagne tous les hommes et les femmes qui souffrent.

Prions cette semaine pour les vocations sacerdotales. Nous avons besoin de bons prêtres qui nous bénissent et qui nous donnent le Corps du Christ.

Prions pour tous les chrétiens pour que nous sachions profiter de l’Eucharistie pour être dans la société ce que nous sommes : des enfants bien aimés de Dieu envoyés pour faire ce que le Christ a fait quand il est venu dans le monde : aimer sans mesure.

Bonne fête du Corps du Christ.

 Amen.

P. Germán

LA TRINITÉ C Fêtes des Pères Los Angeles, le 16 juin 2019

posted Jun 21, 2019, 9:23 AM by German Sanchez

LA TRINITÉ 

 Année Liturgique C

Fêtes des Pères

Los Angeles, le 16 juin 2019

1ère lecture : du Livre des Proverbes 8, 22-31

Psaume : Ps. 8,4-5.6-7.8-9

2ème lecture: lettre de St Paul aux Romains 5,1-5

Evangile: Saint Jean 16,12-15

Aujourd’hui nous célébrons la fête de la Trinité. Nous sommes les seuls croyants monothéistes qui croient que Dieu est Trinitaire. Dieu est UN et il se manifeste en trois personnes différentes : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Dieu est amour. L’amour est un mystère tellement grand et compliqué que pour nous aider à le comprendre, Dieu se présente devant nous avec trois visages différents.

Regardons les trois visages de Dieu qui nous aident à mieux comprendre l’identité de Dieu et notre identité aussi puisque nous avons été créés à l’image de Dieu.

Dieu le Père :

Aujourd’hui nous célébrons la fête des Pères. Bonne fête à tous les pères. Je vous invite à regarder Dieu le Père pour être comme Lui. Le Pape François dit souvent que le nom de Dieu le Père est miséricorde. Il est Celui qui ne se fatigue pas de pardonner. Il est Celui qui attend toujours le retour de l’enfant qui est parti. Il est Celui qui ne fait pas de reproches mais qui fait la fête quand nous revenons vers Lui. Dieu le Père est le Créateur qui nous a tout donné pour que nous soyons comme Lui : miséricordieux. Il nous a donné son Fils pour qu’Il nous montre le chemin du bonheur.

Dieu le Fils :

Dans la Bible nous découvrons que Jésus est un homme qui passe sa vie à servir les autres. Il n’est pas venu dans le monde pour se faire servir mais pour servir. Il déteste le péché mais il aime les pécheurs et il les écoute, les regarde avec amour et tendresse et les aide à trouver le chemin de la paix. Jésus est Dieu au service des pauvres, des marginaux, des exclus, des malades et des gens qui souffrent. Jésus nous révèle l’humanité de Dieu et il nous aide à comprendre la divinité qu’il y a dans chacun de nous. Jésus se donne par amour pour nous et Il devient Pain pour nous nourrir et Vin pour réjouir notre existence.

Dieu, l’Esprit Saint :

Depuis le départ de Jésus vers le Père, la présence de Dieu sur la terre est manifestée par l’action de l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint est Celui qui conduit l’Église pour qu’elle soit experte en humanité comme disait souvent le Pape Paul VI.

L’Esprit Saint est Dieu présent en nous chaque fois que nous faisons le choix de l’amour pour refuser la haine, chaque fois que nous décidons le pardon pour ne pas vivre dans la souffrance produite par la rancune. L’Esprit Saint est Celui qui illumine, guide et fortifie tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui décident de donner leur vie pour servir les autres. L’Esprit Saint est Dieu manifesté au monde dans la vie de Saint François d’Assise, Thérèse de Calcutta, l’abbé Pierre, Jean Paul II, le Pape François et tant d’autres qui travaillent ou qui ont travaillé pour que la justice règne dans notre monde et pour que l’humanité fasse le choix de l’amour au lieu de se laisser tenter par le choix de la puissance, de l’argent et de l’égoïsme.

Regardons le Père, le Fils et l’Esprit Saint pour comprendre que Dieu est Amour donné gratuitement.

Célébrons la fête de la Trinité et réjouissons-nous parce que Dieu est en nous. Nous sommes l’image du Père, le Corps du Fils et l’action de l’Esprit dans le monde d’aujourd’hui.

Amen. P Germán

PENTECÔTE C Los Angeles, le 9 juin 2019

posted Jun 6, 2019, 3:12 PM by German Sanchez

PENTECÔTE C

Los Angeles, le 9 juin 2019

1ère lecture : du Livre des Actes des Apôtres 2,1-11

Psaume : Ps. 103(104)1.24.29-30.31.34  

2ème lecture : lettre de St Paul aux Romains 8,8-17

Evangile : Saint Jean 14,15-16.23b-26

Aujourd’hui nous célébrons le jour où l’Esprit Saint est venu sur la terre pour sanctifier l’Eglise, pour distribuer ses dons et pour re-inaugurer l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Trois points de réflexion qui se trouvent dans la prière que nous avons récitée pour l’ouverture de cette célébration.

Sanctifier l’Église, distribuer ses dons et inaugurer ou re-inaugurer l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Sanctifier l’Église.

Dieu a envoyé son Esprit pour sanctifier les hommes et les femmes de tous les peuples, de toutes les nations et de toutes les cultures pour qu’ils puissent se rassembler et former des communautés qui représentent dans le monde l’Eglise de Dieu. La présence de l’Esprit Saint dans toutes les nations nous oblige à condamner toute forme de racisme. Tous ceux et celles qui ont reçu l’Esprit Saint sont sanctifiés pour former le Corps du Christ.

Nous sommes sanctifiés par la présence de l’Esprit Saint dans la Parole de Dieu que nous proclamons, dans le Pain et le Vin que nous partageons, dans les bonnes œuvres que nous faisons pour vivre le commandement de l’amour et dans tous les sacrements que nous célébrons dans la communauté. Nous sommes des saints et des saintes en formation parce que l’Esprit de Dieu est en nous. Nous ne sommes pas encore complètement saints et saintes parce que nous avons encore beaucoup de progrès à faire pour que tout ce que nous faisons et disons soit animé par l’Esprit Saint qui nous habite.

Distribuer ses dons. Dieu a envoyé son Esprit sur la terre pour qu’Il partage avec nous ses dons. Nous devons découvrir les dons que Dieu a mis dans notre vie pour les développer et pour les mettre au service de la communauté. Les Eucharisties les plus belles, les prières les plus profondes et les activités pastorales les plus efficaces sont celles dans lesquelles tous les chrétiens qui participent mettent au service des autres les dons que le Seigneur leur a confiés. Parmi nous il y a des gens qui ont le don de la lecture et ils proclament clairement la Parole de Dieu avec joie et conviction. Il y a des gens qui ont le don de la musique et ils animent nos Eucharisties pour mettre de la joie dans notre prière et pour nous aider à chanter en communauté. Il y a des gens qui ont le don de la compassion et ils visitent les malades ou les personnes âgées.

Tous les chrétiens doivent découvrir aujourd’hui les dons que l’Esprit Saint leur a confiés pour les mettre au service de la communauté à partir de demain.

Re-inaugurer l’annonce de la Bonne Nouvelle. Tous les baptisés ont été sanctifiés par l’Esprit Saint et ont reçu ses dons. Nous sommes tous responsables de l’annonce de la Bonne Nouvelle aujourd’hui. La pentecôte nous invite à une renaissance. L’Église doit renaître aujourd’hui ici dans notre paroisse. Ne laissons pas disparaître la Bonne Nouvelle à cause de notre silence ou de notre manque d’engagement. Ne laissons pas que la Bonne Nouvelle soit étouffée par tous les discours matérialistes, pessimistes et racistes qui envahissent la société. Ne permettons pas que la Bonne Nouvelle soit interdite par les gens qui ont peur de la vérité et de la justice. Engageons-nous dans la renaissance de l’Église, dans les changements que l’Esprit de Dieu est venu faire dans le monde d’aujourd’hui. Amen.

P Germán

7ème Dim Pâques ASCENSION DU SEIGNEUR C Première Communion OC/LA, le 1 et 2 juin 2019

posted May 29, 2019, 10:21 AM by German Sanchez

7ème Dim Pâques

ASCENSION DU SEIGNEUR C

Première Communion

OC : Manon Cherbavaz ; Mahault du Halgouet ; Camille Aguirre et Julia Messmer (Paschal Vigil)

LA: Damien BARBADES, Marine BLAVET, Marcel BOMPARD, Paul DEVANNEAUX, Basile et Joséphine DEWYNTER, Camille GAULTIER, Anne REDON, Hector RODOCHANACHI et Benjamin ATHLAN

OC/LA, le 1 et 2 juin 2019

1ère lecture : livre des Actes des Apôtres 1,1-11

Psaume : 46(47)2-3.6-7.8-9

2ème lecture : de la lettre aux Hébreux 9,24-28 ; 10,19-23

Évangile : Saint Luc 24,46-53

Quarante jours après la Résurrection, Jésus est monté au ciel. Avant de partir il a envoyé ses disciples partout dans le monde pour être ses témoins et il nous a promis d’être avec nous jusqu’à la fin du monde.

Les chrétiens sont des envoyés et le Christ est avec nous.

Les chrétiens sont des envoyés.

La fête de l’Ascension du Seigneur que nous célébrons aujourd’hui et la fête de Pentecôte que nous célèbrerons dimanche prochain nous rappellent que tous les baptisés sont des envoyés. Nous avons reçu une mission. Nous sommes dans le monde et nous avons été chargés par Jésus d’être ses ambassadeurs, ses représentants, ses envoyés. Nous sommes les disciples et les apôtres de Jésus dans le monde d’aujourd’hui.

Par le Baptême et la Confirmation nous recevons l’Esprit Saint qui nous consacre pour être l’image de Dieu, le visage du Christ visible aujourd’hui dans le monde. L’Eucharistie et la Communion que nous recevons tous les dimanches nourrissent et fortifient notre relation avec Jésus pour que nous puissions remplir notre mission tous les jours et dans toutes les situations de la vie.

Nous recevons le Corps et le Sang de Jésus dans l’Eucharistie pour être le Corps du Christ dans la société d’aujourd’hui.

Le Seigneur est parti. Il n’est plus visible comme il l’a été en Palestine il y a plus de deux mille ans. Aujourd’hui la communauté des baptisés est chargée d’aider toute l’humanité à voir le Visage de Jésus et à découvrir l’action de Dieu sur la terre.

Nous sommes le Corps du Christ. Vous et moi qui communions au pain et au vin de l’Eucharistie. Nous sommes les mains de Jésus qui prennent soin de tous les hommes et les femmes qui souffrent autour de nous. Nous sommes la voix de Jésus qui console tous les hommes et les femmes qui pleurent dans le monde.

Si nous acceptons la mission que le Seigneur nous confie alors, nous allons vivre notre baptême tous les jours et permettre à la Communion de produire des fruits dans notre vie quotidienne.

Le Christ est avec nous jusqu’à la fin du monde. Le jour de l’Ascension, Jésus promet à ses disciples de rester avec eux jusqu’à la fin du monde. Nous ne pouvons pas oublier cette promesse. Elle est la source de notre confiance et de notre espérance. Les communautés chrétiennes et l’Église en général traversent une crise importante en ces jours. Je suis sûr que cette crise portera des fruits positifs pour l’Église et pour tous les baptisés si nous profitons de la présence du Christ au milieu de nous pour écouter sa voix et pour suivre ses conseils aujourd’hui.

Si nous venons à l’Église le dimanche c’est parce que nous savons que ce lieu est un lieu privilégié pour nous rencontrer avec le Seigneur, pour écouter sa voix et pour partager avec les autres chrétiens les joies et les peines de notre monde. L’Église nous rappelle que nous ne sommes pas seuls dans le monde mais qu’Il est et sera avec nous jusqu’à la fin.

Ne rentrons pas chez nous comme avant. Aujourd’hui nous devons nous engager avec le Seigneur pour être ses représentants dans la société dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui nous pouvons découvrir que le Christ est avec nous tous les jours et dans toutes les activités que nous réalisons.

Amen. Germán

6ème Dim du temps de l’Église C LA, le 26 mai 2019

posted May 22, 2019, 2:38 PM by German Sanchez

6ème Dim du temps de l’Église C

LA, le 26 mai 2019

1ère lecture : des Actes des Apôtres 15,1-2.22-29

Psaume : 66(67)2-3.5.6.8

2ème lecture: de l’Apocalypse de St Jean 21,10-14.22-23

Evangile: Saint Jean 14,23-29

La liturgie nous invite à réfléchir sur l’Église. Nous sommes l’Église, tous les baptisés sont des pierres vivantes qui construisent l’Église de Dieu. Les lectures de ce dimanche nous disent que l’Eglise est la communauté qui :

-garde l’unité malgré les différences,

-est ouverte aux gens qui viennent du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest de la terre et

-se laisse conduire par l’Esprit de Dieu,

-Garder l’unité malgré les différences.

La 1ère lecture nous rappelle que dans l’Église primitive il y a eu de fortes discussions et de graves difficultés à cause des différentes interprétations de la loi. Cela arrive dans tous les groupes qui réfléchissent et qui essaient d’avancer. Cela arrive même dans nos familles.

Le plus important est de garder l’unité. Nous devons apprendre à discuter avec des arguments et des idées et nous devons accepter qu’une décision soit prise pour garder l’unité dans la famille, dans la communauté, dans la société et dans l’Église.

L’unité nous permet de poursuivre la communication et de continuer la réflexion pour évoluer. Il y a toujours des gens qui ont peur d’évoluer, de changer, d’aller vers l’inconnu ou vers la nouveauté.

Le Christ a toujours invité ses disciples à aller de l’avant. L’Église cherche aujourd’hui à avancer, à évoluer, à progresser. Le Pape François, avec l’exhortation apostolique « Amoris Laetitia » *http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html (la joie de l’amour) publiée le 8 avril 2016 invite les chrétiens à faire un grand pas vers la compréhension de toutes les situations particulières que vivent les familles d’aujourd’hui, à accueillir dans l’Église tous les hommes et les femmes de bonne volonté, quelle que soit leur situation de vie, à changer nos discours de condamnation pour utiliser des paroles de miséricorde, de pardon, de compréhension et d’accueil. L’Église doit garder l’unité et se laisser guider par son Pasteur. Le Pape François nous invite à vivre l’Evangile avec nos paroles et nos actes.

-L’Eglise est ouverte aux gens qui viennent du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest de la terre

Dans la 2ème lecture prise du livre de l’Apocalypse, Saint Jean nous parle de l’Église. Il voit des gens qui viennent de toutes les tribus et des quatre points cardinaux. L’Eglise est une communauté ouverte à tous et à toutes. Dans l’Église il y a une place réservée par Dieu pour chacun et chacune. Le riche, le pauvre, le malade, le bien-portant, le blanc, le noir, l’intellectuel et l’artisan, tous sont membres du Corps du Christ qui est l’Église. Nous avons tous une mission dans l’Église et nous sommes tous envoyés dans le monde pour annoncer la Bonne Nouvelle : Dieu nous aime et il est avec nous.

-Se laisser conduire par l’Esprit de Dieu.

La seule condition que nous devons respecter pour rester dans l’Église est de nous laisser conduire par l’Esprit Saint. Le nouvel évêque, Mgr. Aclan, ordonné le 16 mai est venu hier pour donner le Saint Esprit à quelques jeunes de notre communauté. L’Esprit de Dieu est dans notre cœur, il nous guide, il illumine nos communautés et il accompagne l’Église.

Si nous écoutons l’Esprit Saint nous allons vivre le commandement nouveau : « Aimer les autres comme Dieu nous a aimés ». Soyons fiers d’être catholiques. Soyons membres actifs de l’Église catholique pour que le monde découvre la joie d’aimer.

Amen  P Germán

5ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 19 mai 2019

posted May 14, 2019, 6:26 PM by German Sanchez

5ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 19 mai 2019

1ère lecture : des Actes des Apôtres 14,21-27

Psaume : 144(145)8-9.10-11.12-13

2ème lecture : de l’Apocalypse de St Jean 21,1-5a

Evangile : Saint Jean 13,31-33a.34-35

En ce 5ème dimanche de Pâques, avant l’Ascension du Seigneur et la grande Fête de Pentecôte, l’Église nous rappelle le commandement nouveau :

« Aimez-vous les uns les autres comme le Christ vous a aimés. » Nous devons nous aimer et nous devons nous aimer comme le Christ nous aime.

Aimer :

Les plus belles chansons parlent d’amour. Les plus belles publicités font référence à l’amour. Le mot amour est utilisé par tout le monde. Tous les hommes et les femmes, dans toutes les cultures et de tous les pays savent que l’amour est le seul chemin pour vivre heureux et pour trouver le bonheur stable et durable dans la vie.

Dans la littérature et dans l’histoire de l’humanité il y a beaucoup de livres, de traités, de philosophies et d’écrits qui parlent de l’amour.

Nous savons que l’amour se manifeste de façons différentes. Il y a l’amour entre deux personnes, l’amour des parents pour leurs enfants, l’amour des grands parents, l’amour des petits enfants, l’amour entre frères et sœurs, l’amour entre cousins, l’amour entre membres d’une même famille, l’amour entre amis, l’amour qui se manifeste dans la compassion ou la solidarité et bien d’autres formes d’aimer.

Quand nous regardons la réalité nous découvrons aussi que dans nos relations il y a beaucoup de haine, de jalousie et d’égoïsme qui nous empêchent d’aimer.

Le Pape émérite Benoit XVI disait souvent que nous sommes dans le monde pour apprendre à aimer.

Nous devons apprendre à aimer parce que nous constatons que bien souvent nous sommes maladroits et que nous blessons les autres ou que nous interprétons mal les paroles et les actions de notre prochain.

Nous devons apprendre à aimer comme Jésus nous aime.

L’amour de Jésus se caractérise par le service et pour son ouverture à tous.

Aimer comme Jésus c’est servir les autres, penser toujours au bien des autres avant de penser à notre propre bien. Pour aimer comme Jésus, nous devons lutter contre tout égoïsme qui nous fait utiliser les autres pour notre propre plaisir ou intérêt.

Les parents aiment leurs enfants parce qu’ils pensent toujours à leur bien-être. Les couples s’aiment vraiment quand tout ce qu’ils font, ils le font pour servir l’autre et pour chercher le bonheur de l’autre. Aimer c’est servir et le bonheur de celui qui aime se trouve dans tout ce qu’il fait pour procurer le bonheur à la personne qu’il aime.

L’amour de Jésus se caractérise aussi par l’ouverture à tous. C’est un amour sans frontières, un amour qui ne choisit pas les personnes pour les aimer. Aimer comme Jésus c’est ouvrir les yeux et les oreilles pour voir et écouter les personnes qui sont autour de nous ou qui sont loin de nous et qui ont besoin d’amitié, d’amour, de compassion et d’aide.

Dans nos familles, dans notre société, dans l’Église et dans le monde, nous avons besoin d’aimer comme Jésus nous aime.

Dans quelques jours nous allons célébrer l’Ascension. Jésus monte au ciel et nous envoie l’Esprit Saint pour que nous puissions aimer comme Il nous aime. Les chrétiens doivent témoigner devant la haine, l’égoïsme et les jalousies de notre société. Nous devons montrer que l’amour est possible et que l’amour que Jésus nous enseigne est le seul chemin qui conduit l’humanité à vivre en fraternité et en paix. Amen.    

P Germán

4ème Dim Pâques C le 12 mai 2019 Journée mondiale deprière pour les vocations et fêtes des mères

posted May 10, 2019, 5:09 PM by German Sanchez

4ème Dim Pâques C

Journée mondiale de prière pour les vocations et fêtes des mères

Los Angeles, le 12 mai 2019

1ère lecture : livre des Actes des Apôtres 13,14.43-52

Psaume : 99(100)1-2.3.5  

2ème lecture : de l’Apocalypse de St Jean 7,9.14b-17

Evangile : Saint Jean 10,27-30

Nous célébrons la journée mondiale de prières pour les vocations, le 4ème dimanche de Pâques et cette année nous célébrons le même jour la fête des Mères.

Pour parler des vocations, l’Église nous propose l’Évangile du Bon Pasteur. Alors, je vous invite à parler ce dimanche de nos mères, de la vocation au sacerdoce et du Bon Pasteur.

Nos mères. Tout d’abord je voudrais souhaiter une bonne fête à toutes les femmes qui ont accepté d’être mère. Je vous invite aussi à prier pour celles qui ont voulu enfanter et qui pour différentes raisons n’ont pas eu le privilège d’être mère. Dieu a partagé avec la femme le pouvoir de donner la vie. Il n’y a que la femme qui peut être sûre qu’elle est la mère d’un enfant. Il n’y a que la femme qui peut décider de nous garder en vie ou de nous enlever la vie dans son ventre. Nous avons été neuf mois dans le sein d’une femme qui a partagé avec nous sa vie et qui après la naissance a pris soin de nous jusqu’au jour où nous avons été capables de partir et de nous occuper de nous-même. La maternité est un privilège, un honneur et une responsabilité. Dieu a béni nos mères et aujourd’hui nous pouvons dire merci à ces femmes qui ont consacré des jours et des nuits à prendre soin de nous, à nous montrer le chemin de la justice et de l’amour, à nous écouter et à nous parler.

Bonne fête à toutes les mères et n’oubliez jamais de remercier le Seigneur pour cette mission qu’Il vous a confiée.

Parlons aussi de la vocation au sacerdoce. Les mères ont aussi un rôle important dans la découverte et dans le développement de la vocation sacerdotale chez un jeune garçon. Les mères connaissent bien leurs enfants. Elles découvrent souvent la vocation d’un enfant à suivre le Christ. La prière d’une mère pour la vocation de son enfant et l’accompagnement discret mais efficace sont importants dans la réponse du jeune à l’appel du Seigneur. J’invite les mères de famille à ne pas avoir peur ou honte de parler avec vos enfants de la vocation. L’Église a besoin de prêtres. Sans le prêtre il n’y a pas d’Eucharistie et sans le prêtre les communautés n’ont pas de pasteur.

L’Évangile nous parle aujourd’hui du Bon Pasteur. Le Christ est le Bon Pasteur qui nous connaît, qui nous parle et qui nous montre le chemin. La mission du prêtre est de permettre à tous de rencontrer le Christ pour qu’ils puissent l’écouter, le suivre et se laisser aimer par Lui.

Le prêtre est un homme comme les autres qui a accepté de se rapprocher du Christ pour essayer avec son aide de devenir un bon pasteur à l’exemple du Christ. Mais nous les prêtres, nous sommes des hommes comme les autres. Nous faisons des erreurs et nous avons des problèmes, comme tout le monde. Il nous arrive d’être tristes, malades ou découragés. Priez pour nous. Aidez-nous à remplir notre mission. Corrigez-nous avec amour et sans nous humilier ou nous traîner dans la boue de la critique ou la calomnie. N’oubliez pas de nous dire merci de temps en temps. Comme vous, nous avons besoin aussi de paroles de réconfort.

Être prêtre est une belle mission que le Seigneur nous a confiée et je suis heureux d’aimer le Seigneur et d’aimer son peuple. Amen.

P. Germán

3ème Dim de Pâques Année Liturgique C Los Angeles, le 5 mai 2019

posted May 2, 2019, 3:09 PM by German Sanchez   [ updated May 4, 2019, 3:54 PM ]

3ème Dim de Pâques

Année Liturgique C

Los Angeles, le 5 mai 2019

1ère lecture : des Actes des Apôtres 5,27-32.40b-41

Psaume : 29(30)2.4. 5-6.11-12.13

2ème lecture : de l’Apocalypse de St Jean 5,11-14

Evangile : Saint Jean 21,1-19

Pendant le temps pascal, l’Église nous invite à réfléchir sur les apparitions du Christ ressuscité.

Ce dimanche nous avons lu la troisième apparition après la résurrection. Je vous propose quelques détails de cette apparition qui me semblent importants pour nous aujourd’hui.

Les épreuves de la vie. Les paroles de Jésus. Pierre met un vêtement et se jette à l’eau. 

Les épreuves de la vie.

Après la mort de Jésus, les disciples doivent affronter l’épreuve de la disparition de leur maitre. Ils avaient tout laissé pour le suivre et maintenant ils sont seuls. Jésus leur avait promis qu’ils allaient devenir des pécheurs d’hommes et après la mort de Jésus ils sont obligés de retourner au métier qu’ils connaissaient avant leur rencontre avec Lui. L’épreuve est importante pour eux. Non seulement ils ont perdu leur maitre mais en plus de cela ils viennent de passer toute une nuit de travail sans succès puisqu’ils n’avaient pas pris un seul poisson. C’est dans ces moments difficiles et devant ces épreuves que le Christ les attend, au bord du lac.

Les paroles de Jésus.

Jésus ne leur pose pas de questions embarrassantes sur leur incrédulité ou sur leur comportement. Il ne leur reproche rien et ne leur donne pas non plus une leçon de théologie ou d’histoire pour leur rappeler tout ce qu’il leur avait enseigné.

Il se présente humblement, comme un pauvre. Avec des paroles simples il leur demande un peu de poisson. Comme ils n’ont rien, il les invite à essayer de nouveau. Le Christ ressuscité parle d’amour. Aimer Dieu et aimer son prochain. Trois fois il demande à Pierre s’il l’aime et trois fois il le charge de prendre soin de nous, de nous aimer. Ensuite il lui dit : suis-moi.

Pierre met un vêtement et se jette dans l’eau. Pierre a du mal à reconnaître le Christ qui lui parle et quand Jean lui dit que c’est le Seigneur il fait les gestes qui nous rappellent que le jour de notre baptême nous avons revêtu le Christ et nous avons été lavés dans l’eau du baptistère.

La troisième apparition nous aide à comprendre que le Christ nous attend toujours dans les épreuves de la vie. Devant les échecs Il a toujours un nouveau départ à nous proposer. Nous sommes faits pour nous relever toujours de nos difficultés. Nous portons en nous la résurrection du Christ qui nous donne la force de sortir des ténèbres pour aller vers la lumière. Le Christ ressuscité nous parle avec un langage simple que nous pouvons comprendre. Il nous demande simplement de lui faire confiance, d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain. Il nous rassure puisque l’invitation à le suivre suppose qu’Il marche devant nous.

Nous avons été baptisés pour vivre avec le Christ et pour nous laisser laver par lui chaque fois que nous salissons notre vie par le péché. La rencontre avec le Christ ressuscité se fait dans nos activités, dans nos occupations et dans nos épreuves. Il mange avec nous dans l’Eucharistie et Il marche avec nous dans les rues et sur les autoroutes de Los Angeles.

Faisons-lui confiance et nous deviendrons, comme les disciples, des pécheurs d’hommes et de femmes dans la construction d’un monde meilleur pour tous.  Amen.

P Germán

2ème Dim de Pâques C Dimanche de la Miséricorde LA, le 28 avril 2019

posted May 2, 2019, 3:07 PM by German Sanchez

2ème Dim de Pâques C

Dimanche de la Miséricorde

LA, le 28 avril 2019

1ère lecture : des Actes des Apôtres 5,12-16

Psaume : 117(118)2-4.13-15.22-24

2ème lecture: de l’Apocalypse de St Jean 1,9-11ª.12-13.17-19

Evangile: Saint Jean 20,19-31

Une semaine après la fête de Pâques, l’Église nous propose le récit de la rencontre entre Jésus ressuscité et l’apôtre Thomas.

Quand les apôtres racontent à Thomas qu’ils ont vu le Christ ressuscité, celui-ci dit que pour croire au Christ ressuscité, il faut qu’il mette son doigt dans la marque des clous, sa main dans son côté et qu’il voit dans ses mains la marque des clous.

Jésus apparaît à Thomas et lui demande de mettre sa main dans son côté, son doigt dans la marque des clous. Il lui dit : « cesse d’être incrédule, soit croyant… Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

J’aime beaucoup cette rencontre parce qu’elle nous rappelle que notre foi est comme celle de Thomas. Très souvent nous avons des doutes. Il nous arrive parfois de demander un signe au Seigneur pour sentir sa présence, pour voir son action dans notre vie.

Et Jésus nous dit toujours ce qu’il a dit à Thomas : « cesse d’être incrédule, soit croyant… Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il a raison Jésus. Ceux et celles qui croient sont heureux. Nous avons besoin de lutter contre nos doutes et contre l’incrédulité qui nous éloigne de la lumière du Christ ressuscité pour devenir croyants et pour accueillir le bonheur que le Christ donne à ceux et celles qui croient dans sa résurrection.

La foi est une décision que chacun doit prendre.

Quand on accepte de croire, on ouvre les portes, on vit dans la paix et on accepte de partager avec les autres la joie de se sentir aimé par Dieu et d’aimer les autres.

Ouvrir les portes. Le premier pas que les disciples de Jésus font après la résurrection est celui d’ouvrir les portes de leur maison. Ils n’ont plus peur. Ils se sentent forts parce qu’ils savent que Dieu est avec eux. Quand nous fermons les portes, quand nous construisons des murs, quand nous nous éloignons des autres nous sommes en train de manifester la peur qui nous habite. Si le Christ est ressuscité et s’il est dans notre vie, nous n’avons aucune raison d’avoir peur d’aller vers les autres, d’accueillir ceux et celles qui ont besoin de nous, de partager notre vie avec ceux et celles qui sont à nos côtés.   

Vivre dans la paix est la deuxième caractéristique de ceux et celles qui croient en la résurrection de Jésus. Il est ressuscité pour nous donner sa paix. Chaque fois qu’il apparaît à ses disciples il leur dit : « Que la paix soit avec vous ». Chaque fois que nous célébrons l’Eucharistie, l’Église répète ces paroles du Christ parce que sa mission est de nous aider à croire à la Résurrection pour que nous puissions vivre en paix.

La troisième conséquence de la foi dans la résurrection du Christ est le partage avec les autres de la joie de se sentir aimé par Dieu et d’aimer les autres. Aujourd’hui nous célébrons le dimanche de la Miséricorde. Les chrétiens savent que le Christ est ressuscité parce que Dieu veut être proche de tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui ont besoin d’amour et qui n’ont pas peur d’aimer les autres.

Être croyant et croire à la résurrection nous aide à ouvrir les portes, à vivre dans la paix et à partager la joie de l’amour avec tous. Alors, demandons-nous, en cette semaine : Suis-je croyant ou incrédule ? Amen.  

P Germán

Dimanche de Pâques C Los Angeles, le 21 avril 2019

posted Apr 20, 2019, 12:47 PM by German Sanchez

Dimanche de Pâques C

Los Angeles, le 21 avril 2019

Évangile : selon St Luc 24,13-35

Je suis heureux d’accueillir dans notre communauté ce week-end 11 baptêmes, 15 premières communions et 13 Confirmations.

Le jour de Pâques nous lisons le passage de la découverte du tombeau vide. Marie Madeleine est le premier disciple à découvrir que le Christ n’est pas dans le tombeau où on l’avait déposé après sa mort. Elle court prévenir Pierre et Jean et tous les trois se rendent au tombeau pour se rendre compte que la grosse pierre qui fermait le tombeau avait été roulée. Ce texte nous rappelle que nous avons tous une place dans l’Église, dans l’annonce de la Bonne Nouvelle, dans la transmission de la foi. Marie-Madeleine une femme, prostitué, Pierre un vieillard, pécheur et Jean un jeune homme : ses trois personnages représentent différents groupes de nos communautés et nous rappellent que tous les baptisés ont la mission et l’obligation d’annoncer à toute la création que le Christ n’est pas mort, qu’il est ressuscité. La mission de transmettre la Bonne Nouvelle n’a pas été confiée seulement aux femmes ou aux prêtres ou aux personnes âgées. L’Évangile du jour de Pâques nous rappelle que tous les baptisés forment l’Église et que nous avons été choisis par Dieu pour aider l’humanité à comprendre que nous devons sortir des tombeaux qui nous enferment pour rejoindre le Christ ressuscité qui nous attend à l’extérieur de nos églises pour marcher avec nous et pour nous aider à reconstruire l’Église, à construire un monde meilleur pour tous. Allons annoncer au monde entier que le Christ est ressuscité, qu’il est vivant, qu’il est avec nous jusqu’à la fin des temps. Bonne Fête de Pâques.  Amen, Alléluia. P. Germán.

1-10 of 553