Réflexions Dominicales

7º Dimanche du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, 24 février 2019

posted Feb 20, 2019, 11:19 AM by German Sanchez

7º Dimanche du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, 24 février 2019

1ère lecture : du 1er Livre de Samuel 26:2.7-9.12-13.22-23

Psaume : Ps 102(103)1-2.3-4.8.10.12-13

2ème lecture : de la première lettre de Saint Paul

aux Corinthiens 15,45-49

Evangile : selon St Luc 6,27-38

 

Dans l’homélie de la semaine dernière je vous ai parlé d’un texte historique signé par le Pape François et la plus haute autorité de l’Islam sunnite, le cheikh Ahmed Mohamed al-Tayeb ; une déclaration commune sur la Fraternité Humaine.

Aujourd’hui la liturgie nous montre un chemin efficace pour travailler dans la construction de la Fraternité Humaine. Ce chemin s’appelle : Miséricorde.

Nous les chrétiens, nous devons être miséricordieux pour être capables d’aimer nos ennemis et pardonner sans mesure, comme nous le demande l’Evangile.

Nous devons être miséricordieux pour rassembler chaque jour un peu plus à Jésus.

Nous devons être miséricordieux parce que la Miséricorde est indispensable dans la construction de la Fraternité Humaine et parce que le fruit de la Miséricorde est la paix dans le cœur, la paix dans la famille, la paix dans les communautés et la paix dans le monde.

Pour être miséricordieux il faut : se connaître soi-même et avoir un cœur large.

Se connaître soi-même.

Le premier pas pour devenir miséricordieux et pour travailler dans la  Fraternité Humaine est reconnaître que nous avons commis des erreurs, que nous ne sommes pas parfaits, que dans nos actes et dans nos paroles il n’y a pas toujours des sentiments d’amour, que nous devons travailler encore sur notre personnalité pour penser aux autres avant de penser à nous-mêmes, que nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant de dire que nous respectons la création et que nous ne participons pas dans la destruction de ce beau cadeau que Dieu nous a confié. Se connaître soi- même nous permet de voir l’égoïsme qui souvent nous éloigne des autres et la peur qui nous empêche parfois de rencontrer des personnes qui ne nous ressemblent pas.

Se connaître soi-même commence par reconnaître que nous sommes pécheurs comme les autres et parfois un peu plus que les autres.

Quand on se connait soi-même on commence à devenir miséricordieux parce qu’on se sent pas le droit de critiquer, de juger ou de dire du mal des autres.

Se connaître soi-même est le premier pas qui nous conduit vers le deuxième qui est avoir un cœur large.

Ce n’est que dans un cœur assez large que nous pouvons recevoir tous les dons de Dieu. Il nous faut un cœur large pour voir toujours les bonnes paroles et les bonnes actions de ceux et celles qui sont autour de nous. Un cœur large nous empêche de nous mêler de la vie des autres et nous pousse à servir les autres pour que la Fraternité Humaine devienne une réalité et non pas une théorie.

Un cœur large sait écouter les autres, pratique le dialogue dans toute relation, pardonne et oublie. Un cœur large est plus heureux qu’un cœur rancunier. Un cœur large est toujours en paix et il partage cette paix avec les autres.

L’Évangile a raison. Si nous sommes miséricordieux comme Jésus, nous allons recevoir plein d’amour, nous allons vivre en paix et nous allons être connus comme des artisans de Fraternité Humaine autour de nous.

Amen.

P Germán

6ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 17 février 2019

posted Feb 13, 2019, 11:12 AM by German Sanchez

6ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 17 février 2019

1ère lecture : livre de Jérémie 17,5-8

Psaume : 1,1-2.3.4.6  

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 15,12.16-20

Evangile: Saint Luc 6,17. 20-26

Le 4 Février le Pape François a signé avec la plus haute autorité de l’islam sunnite, le cheikh Ahmed Mohamed al-Tayeb, une déclaration commune sur la Fraternité humaine. Ce document est, selon moi, le plus grand texte signé dans l’histoire de l’humanité, après la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789.

En parlant de ce document qu’il venait de signer avec le Pape Francois, le grand Imam Ahmed Mohamed al-Tayeb disait : « enseignez à vos enfants cette charte, parce que ce document est une extension de la Constitution de l’Islam ; il est une extension des Béatitudes de la Bible ».

Je vous invite à lire et à travailler en famille ou avec des amis, croyants ou pas, sur l’appel pressant, profond, et sincère de ce document, à construire la fraternité pour que notre humanité ne continue pas à se détruire.

Effectivement, ce document est une extension des Béatitudes que nous venons de proclamer dans l’Evangile d’aujourd’hui.

Jésus dit que tous les hommes et les femmes de la création ont le droit à vivre heureux. Que le bonheur ne dépend pas de la richesse matérielle que nous possédons mais de notre attachement à Dieu qui a créé tout et de notre engagement dans la lutte contre l’injustice, contre la pauvreté et contre la destruction de la création.

Ce document historique sur « La Fraternité Humaine » parle au nom de Dieu et au nom de toutes les âmes innocentes qui souffrent « à cause de la distribution inéquitable des ressources naturelles, dont bénéficie seulement une minorité de riches, au détriment de la majorité des peuples de la terre. »

Dans ce document, le Pape François et le grand Imam Ahmed Mohamed al-Tayeb nous rappellent que « parmi les causes les plus importantes de la crise du monde moderne se trouvent une conscience humaine anesthésiée et un éloignement des valeurs religieuses, ainsi que la prépondérance de l’individualisme et des philosophies matérialistes qui divinisent et mettent les valeurs matérielles à la place des principes suprêmes et transcendants. »

Si la fraternité humaine devient le centre de la préoccupation et de l’activité de tous les leaders politiques et religieux, notre société connaîtra la paix universelle que tous les hommes et les femmes doivent connaître en cette vie.

La valeur de ce document se trouve aussi dans le fait qu’il ne se contente pas de dénoncer ce qui ne va pas et les racines du mal mais il donne aussi des solutions.

Il invite tous les hommes et les femmes de bonne volonté, croyants ou pas à rejeter la violence et l’extrémisme aveugle, à aimer les valeurs de la tolérance, le dialogue et respect. 

Reconnaître l’égalité des droits et des devoirs pour tous. Renoncer à l’usage discriminatoire du terme « minorités » qui porte avec lui les germes du sentiment d’isolement et d’infériorité. Reconnaître le droit de la femme à l’instruction, au travail, à l’exercice de ses droits politiques. Défendre les droits fondamentaux des enfants, des personnes âgées, des faibles, des handicapés et des opprimés.

Voilà un document qui nous donne des points précis pour vivre les Béatitudes aujourd’hui. Amen.

                        P Germán

5ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C LA/OC, le 9/10 Février 2019

posted Feb 6, 2019, 10:09 AM by German Sanchez

5ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

LA/OC, le 9/10 Février 2019

1ère lecture : livre d’Isaïe 6,1-2a.3-8

Psaume :137(138)1-2.2-3.4-5.7-8

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 15,1-11

Evangile: Saint Luc 5,1-11

Nous célébrons le 11 Février la journée mondiale des malades.

Ce week-end nous allons prier particulièrement pour les malades que nous connaissons. Demain (aujourd’hui, après l’homélie) nous allons imposer les mains et proposer le Sacrement des Malades à toutes les personnes qui désirent recevoir ce cadeau que Dieu fait aux malades, par l’intermédiaire de l’Église, pour les illuminer, les guider et les fortifier pendant la maladie.

De l’Évangile de ce dimanche je vais retenir deux phrases qui peuvent aider les malades à lutter contre la maladie et qui peuvent aider tous les chrétiens à vivre mieux.

Jésus dit à ses disciples : « allez au large » et les disciples répondent à Jésus : « sur ta Parole nous allons jeter les filets ».

Allez au large :

Quand on est dans la mer, si on décide d’aller au large on va vers l’inconnu, on avance, on explore et on découvre des horizons différents.

Plus on avance dans la mer, plus on accepte d’aller au large et plus on se rend compte que nous ne maitrisons pas tout. Au milieu de la mer on est de plus en plus dans les mains de Dieu et on se sent petit par rapport à l’immensité des eaux.

Cette invitation de Jésus à aller au large doit retentir dans nos cœurs chaque fois que la souffrance, la douleur ou les problèmes nous immobilisent, nous découragent ou nous empêchent de sortir vers les autres ou d’aller vers Dieu.

Quand on nous annonce une maladie grave, quand un problème se présente dans notre couple, dans notre famille ou dans notre travail, nous devons écouter l’invitation de Jésus : Allez au large. Nous devons nous lever et accepter de lutter contre le mal que nous ne connaissons pas, contre la souffrance qui nous déstabilise ou contre tout ce qui nous empêche de vivre en paix.

Les disciples de Jésus non seulement acceptent d’aller au large mais ils font confiance au Seigneur :

Sur ta Parole, nous allons jeter les filets. Ces paroles des disciples doivent être aussi les nôtres chaque fois que le découragement, le désespoir ou l’angoisse se présentent dans notre vie.

Le Seigneur nous invite toujours à lui faire confiance. Il a constamment une Parole pour nous réconforter. Il a toujours un chemin à nous proposer. Il est inlassablement à côté de nous pour nous conseiller, nous illuminer, nous guider et nous fortifier.

Le chrétien, le disciple du Christ n’est jamais seul dans les moments difficiles. Le Seigneur est toujours avec nous mais nous devons ouvrir notre cœur pour accepter sa présence et pour écouter ses Paroles.

La Foi est synonyme de confiance et dans les moments difficiles de notre vie nous avons besoin de faire confiance au Seigneur pour découvrir le chemin à suivre et pour avoir le courage de le suivre.

Augmente en nous Seigneur la foi pour que nous sachions toujours aller plus loin et pour que nous fassions confiance aux conseils de Jésus chaque fois que nous sommes perdus ou confus.

Amen.             P Germán

4ème Dim du temps de l’Église Année Liturgique C Los Angeles, le 3 Février 2019

posted Jan 29, 2019, 6:44 PM by German Sanchez   [ updated Jan 30, 2019, 5:18 PM ]

4ème Dim du temps de l’Église

Année Liturgique C

Los Angeles, le 3 Février 2019

1ère lecture : livre de Jérémie 1,4-5.17-19

Psaume : 70(71)1-2.3-4.5-6.15.17  

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 12,31—13,13

Evangile: Saint Luc 4,21-30

La liturgie de ce dimanche nous invite à accueillir le Christ dans notre vie et à devenir des chrétiens actifs dans le monde d’aujourd’hui.

Accueillir le Christ dans notre vie.

Dans la synagogue de sa ville natale, Nazareth, Jésus annonce sa mission. Il dit que l’Esprit de Dieu est avec Lui et qu’il a été envoyé dans le monde pour nous enseigner à aimer.

Mais les gens de sa ville, ceux et celles qui connaissent sa famille et qui l’ont vu grandir dans le quartier et dans l’école ne comprennent pas ses paroles. Ils refusent de l’accueillir, ils sont furieux contre Lui et ils le chassent hors de la ville.

Nous sommes ici parce nous voulons accueillir Jésus dans notre vie. Nous savons qu’il est le Fils de Dieu qui est venu pour nous aider à vivre mieux. Il nous instruit sur le chemin à suivre pour aimer, il nous montre l’exemple et il nous donne la force pour aimer les autres comme il nous a aimés.

Pour accueillir le Christ nous devons écouter sa Parole. Parler avec Lui dans la prière pour le connaître chaque jour un peu plus. Prendre du temps tous les jours ou tout au moins le dimanche pour arrêter toute activité et pour s’assoir devant Lui pour écouter ses conseils et ses paroles de réconfort.

Nous ne voulons pas être comme les gens de Nazareth qui l’ont chassé dehors. Nous voulons qu’Il soit avec nous, dans notre cœur, dans notre vie. Nous voulons qu’il soit présent dans nos maisons et qu’il participe à nos discussions en famille. Nous voulons que le Christ nous accompagne à l’école et dans notre lieu de travail. Nous voulons accueillir le Christ pour qu’il soit notre ami, notre frère, notre guide et notre défenseur pour devenir des chrétiens actifs dans le monde d’aujourd’hui.

La semaine dernière, il y a eu plus de 700.000 jeunes venus du monde entier qui se sont rassemblés à Panamá avec le Pape François. Ce rassemblement nous rappelle que l’Église est toujours vivante, joyeuse et active.

Ces jeunes sont venus pour connaître un peu mieux la vie de Jésus. Ils sont venus écouter le Pape François qui les a envoyés dans le monde entier à vivre l’amour que Saint Paul décrit dans sa lettre aux chrétiens de Corinthe.

Tous les baptisés : enfants, jeunes et adultes, nous avons reçu l’Esprit de Dieu et nous avons accueilli le Christ dans notre vie pour devenir les artisans d’un monde meilleur. Nous voulons travailler avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté pour que l’Amour règne autour de nous. Nous voulons une société dans laquelle tous les hommes et les femmes de toutes les nations se respectent et s’aident.

Nous voulons un monde où il n’y ait pas d’enfants et d’adultes qui meurent de faim. Nous voulons travailler pour que la violence et la haine disparaissent de notre société.

Nous voulons aimer et vivre dans une ville où l’amour soit le langage utilisé par tous.

Le plus important dans la vie est d’apprendre à aimer. Jésus est le maître de l’Amour et nous sommes ses disciples pour l’aider à construire un monde géré par l’Amour et non pas par l’argent ou par égoïsme.

Accueillons le Christ dans notre vie et engageons-nous avec Lui dans la construction d’un monde plus fraternel. Amen.

                        P Germán

3ème Dim du temps de l’Église C Semaine Nationale des Écoles Catholiques Los Angeles, le 27 Janvier 2019

posted Jan 25, 2019, 5:45 PM by German Sanchez

3ème Dim du temps de l’Église C Semaine Nationale des Écoles Catholiques

Los Angeles, le 27 Janvier 2019

1ère lecture : livre de Néhémie 8,2-4a.5-6.8-10

Psaume : 18(19) 8.9.10.15

2ème lecture: 1ère lettre de St Paul aux Corinthiens 12,12-30

Evangile: Saint Luc 1,1-4 ; 4,14-21

« Vous êtes le Corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres de ce corps ».

Ces paroles de Saint Paul aux membres de la communauté chrétienne de Corinthe en Grèce, sont aussi pour chaque baptisé présent aujourd’hui dans cette église.

Nous sommes le Corps du Christ, nous sommes les membres de ce Corps et notre mission est de construire un monde meilleur pour tous.

Nous sommes le Corps du Christ.

Il y a un peu plus de deux mille ans que le Christ est venu sur la terre. Il a habité en Palestine, il est mort et ressuscité à Jérusalem.

Après sa résurrection il a confié à la communauté chrétienne la mission d’être son Corps visible sur la terre. Plusieurs fois il s’est identifié aux chrétiens persécutés, aux enfants que l’on accueille, aux pauvres que nous nourrissons. Le Christ est visible dans tous les lieux où il y a une communauté qui se rassemble pour prier, pour chanter, pour célébrer l’Eucharistie et pour aider les autres. L’école et la paroisse Saint Sébastien sont le Corps du Christ visible dans ce quartier de l’Ouest de Los Angeles. Le visage du Christ que les enfants découvrent aujourd’hui sera beau, accueillant et ouvert si notre communauté est belle, accueillante et ouverte. Nous sommes le Corps du Christ, vous et moi qui faisons partie de cette communauté.

Nous sommes les membres de ce Corps parce que le Christ parle par notre bouche, il écoute ceux et celles qui souffrent par nos oreilles. Nous sommes les mains du Christ qui accueillent ceux et celles qui ont besoin d’être accueillis. Nous sommes les pieds du Christ qui vont visiter les malades et les personnes âgées qui souffrent de solitude. Chaque baptisé est membre du Corps du Christ et chacun a une mission différente pour que tous puissent découvrir les Paroles et la Présence du Christ dans notre monde. Le baptême n’est pas une décoration ou un diplôme que l’Eglise nous donne. Le baptême est un engagement avec Dieu. Par le baptême, nous nous engageons à devenir membres actifs du Corps du Christ. Par le baptême nous recevons la mission de faire partie du Corps du Christ dans notre communauté pour construire un monde meilleur pour tous.

Cette semaine nous sommes en train de célébrer la Semaine Nationale des écoles catholiques. La mission de nos écoles est de former des hommes et des femmes heureux à travailler dans la construction d’un monde meilleur. Dans les écoles catholiques nous transmettons aux enfants et aux jeunes trois langages : le langage du cerveau (pour apprendre), le langage du cœur (pour aimer) et le langage des mains (pour partager). Avec ces trois langages les enfants et les jeunes qui nous sont confiés vont être aptes à intégrer la société et à devenir les leaders dans l’Église et dans le Monde de demain.

Tous les baptisés doivent se sentir responsables de la bonne santé de nos écoles catholiques. Elles sont aussi un membre du Corps du Christ. Ensemble, la paroisse et l’École Saint Sébastien, nous sommes le Corps du Christ visible ici, aujourd’hui. Nous devons nous connaître mieux et travailler un peu plus ensemble pour que nos enfants et ceux et celles qui ne connaissent pas encore le Christ découvrent la joie de croire et la beauté du message que nous avons dans l’Evangile. Amen

Amen.  P Germán

2ième Dimanche du temps de l’Église. C Fête de Saint Sébastien January 20th 2019

posted Jan 16, 2019, 10:03 AM by German Sanchez   [ updated Jan 18, 2019, 5:31 PM ]

2ième Dimanche du temps de l’Église. Année Liturgique C Fête de Saint Sébastien

Los Angeles, le 20 Janvier 2019

1ère lecture : livre d’Isaïe 65,1-5

Psaume : 95(96)1-3.7-8.9-10  

2ème lecture: lettre de St Paul aux Corinthiens 12,4-11

Evangile: Saint Jean 2,1-11

La liturgie de ce dimanche nous rappelle la première intervention publique de Jésus. Dans ce premier miracle que Jésus réalise lors d’une fête de noces nous découvrons qu’Il désire que nous vivions dans la joie, qu’il donne en abondance, que ses dons sont de bonne qualité et qu’il intervient dans notre vie d’une façon discrète.

Jésus désire que nous vivions dans la joie.

Le premier miracle de Jésus se réalise au milieu d’une fête qui risque de mal se terminer. Il faut savoir que les mariages dans le Moyen Orient sont une fête dans laquelle tout le village participe. Que la fête dure au moins une semaine. Et si au milieu de la fête il n’y a plus de vin, c’est une honte pour les mariés et pour leurs familles. ils vont être très embarrassés et les invités vont partir avant que la fête finisse. La société va critiquer ces familles qui avaient organisé une noce sans avoir les moyens. Le manque de vin va transformer la joie de la fête en tristesse pour tous. Jésus est sensible aux sentiments des uns et des autres. Il intervient et transforme l’eau en vin pour que la fête puisse continuer et pour que la célébration se prolonge dans la joie. Aujourd’hui nous célébrons la fête de Saint Sébastien. Il y aura probablement du vin. J’espère qu’il en aura jusqu’à la fin. Nous serons tous dans la joie de nous retrouver les uns et les autres pour célébrer la fête de notre communauté. Jésus aime les fêtes et Il sera avec nous pour que notre joie soit complète.

Les dons de Jésus sont abondants et de bonne qualité.

Il est important de remarquer que l’évangéliste qui a écrit cette page ne dit pas comment Jésus a fait ce miracle. Nous ne connaissons pas les détails de ce que Jésus a fait ou a dit au moment de transformer les jarres d’eau en vin. Par contre, l’évangéliste dit que 6 cuves qui contenaient 20 ou 30 gallons d’eau chacune furent transformées en vin. L’Évangile dit aussi que le vin était de meilleure qualité que le premier qui avait été offert aux invités. Ces deux détails sur la quantité et la qualité du vin que Jésus apporte à la fête nous aident à découvrir que Jésus donne toujours en abondance et que ce qu’il donne c’est toujours le mieux pour nous. Nous pouvons regarder notre vie pour découvrir tout ce que Dieu nous donne. Aujourd’hui nous pouvons particulièrement remercier le Seigneur pour les multiples bénédictions qu’Il nous a données dans cette paroisse et dans cette communauté. Remercions le Seigneur pour tous les bons moments que nous avons vécus dans la communauté et pour tous les moments difficiles que la communauté nous a aidés à vivre. 

Le miracle des noces de Cana nous rappelle aussi que Jésus intervient toujours discrètement. Jésus ne demande pas que la musique s’arrête ou que les gens ne dansent plus pendant qu’il réalise le miracle. Il intervient discrètement et très peu de gens se rendent compte de ce qu’Il a fait. Dans le monde et dans notre vie Dieu intervient de la même façon. Il est toujours très discret et souvent nous ne nous rendons pas compte de son action. Sûrement qu’aujourd’hui, dans la fête de notre communauté, le Seigneur va se manifester discrètement au milieu de nous. Faisons lui confiance. Il désire notre joie, il a plein de dons pour nous et il se tient à côté de nous sans faire de bruit. Bonne fête de Saint Sébastien et merci Seigneur pour notre communauté. Amen.              P Germán

ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR et Baptême du Seigneur Année Liturgique C Los Angeles, 6 et 13 Janvier 2019

posted Jan 13, 2019, 8:16 AM by German Sanchez   [ updated Jan 13, 2019, 8:20 AM ]

Baptême du Seigneur

Année Liturgique C

Los Angeles, 13 Janvier 2019

1ère lecture : livre d’Isaïe 40,1-5.9-11

Psaume :103 (104) 1b-2.3-4.24-25.27-28.29-30

2ème lecture: lettre de St Paul à Tite 2,11-14 ;3,4-7

Evangile: Saint Luc 3,15-16.21-22

Aujourd’hui nous célébrons le Baptême du Christ dans les eaux du Jourdain.

Ce jour-là, le ciel s’est ouvert. L’Esprit Saint est descendu sur la terre en forme de colombe et une voix venue du ciel a dit : « Tu es mon Fils bien aimé. »

Ce qui s’est passé en Palestine le jour du baptême de Jésus se passe dans nos églises chaque fois que nous baptisons un enfant ou un adulte.

Le Pape Francois dit souvent que nous devons nous rappeler de la date de notre baptême parce que ce jour-là le ciel s’est ouvert pour nous, l’Esprit Saint est descendu sur nous et Dieu a dit : « Tu es mon Fils/ma fille bien aimé/e ». En rentrant chez vous allez chercher la date de votre baptême et réjouissez-vous parce que ce jour-là il y a eu quelque chose de très beau entre le ciel et vous, entre Dieu le Père et vous, entre l’Esprit Saint et vous.

Pour ma part, je sais que j’ai été baptisé par Mgr Botero le dimanche 8 mai 1957 à 15h dans l’église Saint George à Cartago en Colombie.

Tous les jours nous devrions nous rappeler que nous sommes des hommes et des femmes baptisés.

Notre vie doit être différente de la vie de tous les autres. Nous sommes en contact avec Dieu, nous portons en nous l’Esprit Saint et nous avons la mission d’annoncer à toute la Création que Dieu est au milieu de nous et que nous sommes ses ambassadeurs ici sur la terre.

Le ciel s’est ouvert pour nous, nous sommes des citoyens du ciel en pèlerinage sur la terre.

Nous devons nous sentir fiers de cette relation que nous avons avec Dieu et en même temps nous devons prendre conscience que nous avons une mission importante dans la vie.

Nous avons été choisis par Dieu, le jour de notre Baptême, pour aider tous les peuples de la terre à découvrir l’amour de Dieu pour tous.

Le ciel s’est ouvert pour nous et nous devons aider nos frères et sœurs à entrer dans ce monde de Dieu qui est un monde de paix, d’amour et de fraternité.

L’Esprit Saint est descendu sur nous, il nous illumine, nous guide et nous fortifie pour que nous soyons au milieu de tous la présence de Dieu qui veut rassembler toute l’humanité autour du Christ.

Le jour de notre baptême Dieu nous a dit que nous étions ses enfants bien aimés pour nous rappeler que cet amour que nous recevons de Lui, nous devons le partager avec les autres pour que tous découvrent que sur la terre nous ne sommes pas seuls.

Le baptême est le premier miracle qui s’est produit dans notre vie. Depuis ce jour-là nous sommes des ouvriers de fraternité dans le monde. Ce jour-là nous avons appris que nous étions des enfants de Dieu destinés à conduire tous nos frères et sœurs à découvrir le ciel ouvert et Celui qui y habite : Dieu notre Père.

Soyons fiers d’être baptisés et soyons des enfants de Dieu responsables de la mission qu’Il nous a confiée. Amen                        

P Germán


ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR

Année Liturgique C

Baptême de Pauline et Thérèse Marie EPOH

OC/LA, le 5/6 Janvier 2019

1ère lecture : livre d’Isaïe 60,1-6

Psaume : Ps. 71(72)1-2.7-8.10-11.12-13  

2ème lecture: lettre de St Paul aux Ephésiens 3,2-3a.5-6

Evangile: Saint Matthieu 2,1-12

En cette fête de l'Epiphanie,  c'est à dire de la manifestation de Dieu à toutes les nations, nous pouvons regarder les mages et suivre leur exemple.

Les mages se laissent guider par la lumière de Dieu.

Ils marchent ensemble.

Ils partagent leurs richesses.

Les mages se laissent guider par la lumière de Dieu.

Probablement que les mages étaient des hommes très occupés qui avaient des vies bien remplies d'activités familiales, sociales, politiques et économiques. Ils ont laissé leurs occupations pour suivre la lumière de Dieu.

Devant les propositions d'Hérode, ils ont su continuer le chemin indiqué par Dieu et ne se sont pas laissés détourner de leur but.

Ils marchaient ensemble et la tradition nous dit qu'ils étaient des personnes très différentes. Ils formaient une petite communauté qui cherchait Dieu et qui marchait ensemble.

Les mages ont offert de l'or, de la myrrhe et de l'encens à l'enfant Jésus. Ils ont su partager les richesses que Dieu leur avaient données.

Comme les mages, nous sommes invités à nous laisser guider par la lumière de l'Évangile. La fête d'aujourd'hui nous rappelle que les hommes et les femmes de toutes les nations peuvent découvrir dans leur vie le chemin que Dieu nous montre.

À l'exemple des mages nous devons déjouer certaines propositions que la société nous offre pour éviter de nous détourner du chemin que Dieu nous propose.

Regardons les mages chaque fois que les occupations, les activités ou le travail nous servent de prétexte pour ne pas écouter et suivre la Parole de Dieu.

La fête de l'Epiphanie nous invite à profiter des différences des uns et des autres pour marcher ensemble. Chacun est important dans la communauté qui est la famille, la société, l’Église et le monde. Nous avons besoin les uns des autres pour trouver notre route et pour marcher sur le chemin que Dieu nous propose.

Et finalement regardons aussi les mages pour partager, comme eux, les dons et les richesses que Dieu nous a confiés.

En ce début d'une nouvelle année, nous pouvons nous engager à développer tout ce que Dieu nous a donné pour le partager avec ceux et celles qui ont des talents différents ou qui ont moins que nous.

Aujourd'hui Dieu se manifeste à toutes les nations pour que toute l'humanité découvre le chemin de la paix.

Nous avons besoin de marcher ensemble, de partager nos richesses et de nous laisser guider par la lumière de Dieu pour que les vœux que le Pape François a adressés à toute l’humanité le jour de Noël se réalisent : « Que tous les peuples du monde vivent dans la paix pour que nous puissions nous retrouver et vivre comme des frères ».

Bonne année 2019.

Amen. P Germán

MARIE, MÈRE DE DIEU C Los Angeles, le 1er Janvier 2019

posted Dec 30, 2018, 10:12 AM by German Sanchez

MARIE, MÈRE DE DIEU

Année Liturgique C

Los Angeles, le 1er Janvier 2019

1ère lecture : livre des Nombres 6,22-27

Psaume : 66(67):2-3,5,6,8  

2ème lecture: lettre de St Paul aux Galates 4,4-7

Evangile: Saint Luc 2,16-21

 

Nous commençons l’année civile avec une fête consacrée à Marie.

Marie nous est donnée par l’Église comme exemple du chrétien qui doit écouter la Parole de Dieu et qui doit toujours être attentif aux besoins des autres.

Écouter la Parole de Dieu :

La première qualité de Marie est son écoute de la Parole de Dieu. Le jour de l’Annonciation, quand l’Ange lui dit que Dieu lui propose d’être la Mère de Jésus, elle écoute, elle ne comprend pas mais elle accepte la mission que Dieu lui confie. Elle est pour nous un modèle de confiance. Nous pouvons demander au Seigneur en ce premier jour de l’année 2019 de nous donner la grâce de vivre dans la confiance pour écouter toujours la Parole de Dieu et accepter dans la joie la mission qu’Il nous confie chaque jour.

La deuxième caractéristique de Marie est d’Être attentive aux besoins des autres. Dès qu’elle reçoit la Bonne Nouvelle de la part de l’Ange, elle part aider sa cousine Elisabeth. Elle se met au service de la Mère de Celui qui va annoncer la venue dans le monde du Prince de la Paix, Jean le Baptiste. Marie est celle qui écoute la Parole de Dieu et qui est toujours attentive à nos besoins, à nos appels.

Marie nous apprend que l’écoute et l’obéissance à la Parole de Dieu nous conduisent vers la paix intérieure. Par sa vie, elle nous rappelle que la Parole de Dieu nous montre le chemin, nous donne la force de réaliser notre mission et nous permet de porter Jésus en nous pour le partager avec les autres.

Marie ne s’enferme pas dans sa maison pour essayer de comprendre sa mission, pour se réjouir de la Bonne Nouvelle ou pour pleurer à cause du poids de la mission que le Seigneur Lui confie. Elle pense d’abord aux autres, elle refuse tout égoïsme, elle ouvre son cœur et quitte sa maison pour aller à la rencontre de ceux et celles qui ont besoin d’elle. Elle est la Mère de Dieu, elle est la Mère de l’Église, elle est notre Mère.

En ce premier jour de l’an, prions Marie notre Mère pour qu’elle intercède pour nous auprès de son Fils pour que nous sachions Écouter la Parole de Dieu et vivre toujours au service de ceux et celles qui ont besoin de nous. Amen.

P Germán

VEILLEE NOUVELLE ANNEE Le 31 Décembre 2018

posted Dec 30, 2018, 10:11 AM by German Sanchez

VEILLEE NOUVELLE ANNEE  

Le 31 Décembre 2018  Jn 1,1-18

Toute Eucharistie est action de grâces. Et l’Eucharistie du dernier jour de l’année doit être particulièrement une célébration d’Action de grâces pour tous les dons et toutes les bénédictions reçues tout au long de cette année que nous sommes en train d’achever.

Je voudrais en premier lieu rendre grâces à Dieu pour la vie de toutes les personnes de nos familles ou de nos amis qui sont parties en cette année. Cette action de grâces est tâchée de souffrance mais nous ne pouvons pas oublier tous les moments de joie et d’amour que nous avons partagés avec elles. Merci Seigneur pour ce qu’elles représentent pour nous.

Nous pouvons rendre grâces au Seigneur pour les progrès qu’il y a eu dans notre humanité dans le domaine de la protection de la création. Nous devons continuer à nous battre pour que, tout ce qui salit ou détruit la création soit arrêté.

Remercions le Seigneur pour le progrès dans la science qui nous permet lutter contre la souffrance et la maladie.

Rendons grâces à Dieu pour toutes les paroles et les gestes de pardon que nous avons partagé en cette année.

Enfin, rendons grâces à Dieu pour la vie qu’il nous donne pour accueillir la nouvelle année que nous allons commencer ce soir et prions le Seigneur pour que tous les jours de 2019 soient pleins de Paix et d’Amour pour nous et pour ceux et celles qui nous sont chers.

 P Germán

LA SAINTE FAMILLE C Los Angeles, le 29/30 Décembre 2018

posted Dec 28, 2018, 1:26 PM by German Sanchez

LA SAINTE FAMILLE

Année Liturgique C

Los Angeles, le 29/30 Décembre 2018

1ère lecture : 1er livre de Samuel 1,20-22.24-28

Psaume : 83(84)2-3.5-6.9-10

2ème lecture: de la 1ère lettre de St Jean 3,1-2.21-24

Evangile: Saint Luc 2,41-52

La Semaine dernière nous avons célébré la naissance de Jésus en Palestine et l’Église nous invite en ce premier dimanche après Noël à célébrer la Sainte Famille.

La première lecture nous parle de deux familles (celle de Samuel et celle de Jésus) qui vont au Temple avec leur enfant.

Quand j’ai réfléchi sur les lectures de ce dimanche, je me suis dit qu’il était important de vous rappeler que dans la famille on apprend à prier et à aimer.

La famille école de la prière.

Il y a quelques jours un enfant de 8 ans m’a arrêté dans mon chemin vers l’église. Il m’a dit : « Père, maintenant je connais par cœur le Notre Père. » Je lui ai demandé : « qui te l’a appris ? » Il m’a répondu : « Mes parents ».

J’ai pensé immédiatement à Joseph et Marie qui amenaient Jésus au Temple quand il était petit, à Elcana et Anne qui amenaient leur enfant Samuel au Temple et à Zacharie et Elisabeth qui allaient souvent au Temple avec Jean Baptiste. J’ai pensé à mes parents qui m’amenaient avec mes frères et ma sœur à l’Église, bien que parfois nous n’ayons pas envie d’y aller. Vous pouvez penser à vos parents qui vous ont appris à prier, à aimer l’Église, à découvrir la beauté, la joie et la paix que nous trouvons dans l’Évangile.

Une des missions que l’Église confie aux jeunes mariés le jour où ils se donnent le sacrement du mariage est celle d’apprendre à leurs enfants à prier.

La prière, l’amitié avec Jésus s’apprend au sein de la famille. Quand nous voyons que nos parents prient nous découvrons qu’il est important d’arrêter toute activité pour parler avec Dieu.

En cette nouvelle année j’invite toutes les familles de notre paroisse à prier tous les jours ou tout au moins une fois par semaine en famille. N’oubliez qu’une famille qui prie ensemble reste unie devant les difficultés.

La famille est l’école de l’amour.

Nous sommes tous témoins de tout ce que nos parents nous ont enseigné pour éviter que nous grandissions dans l’égoïsme et pour nous aider à découvrir la joie du pardon, le bonheur de la fraternité, la paix que nous recevons dans notre cœur quand nous partageons l’amour.

Nous savons que les enfants qui n’ont pas une famille ou vivent dans une famille dans laquelle l’amour n’est pas la première valeur des parents, sont des enfants qui auront des problèmes dans l’avenir.

Quand j’ai visité les prisons pendant plusieurs années, j’ai découvert que plus de 98% de ces jeunes n’avaient pas appris à aimer dans leur famille.

Regardons la réaction de Joseph et Marie, quand ils découvrent que l’enfant Jésus avait décidé de rester à Jérusalem sans les prévenir. Ils ne lui donnent pas une gifle ou une fessée. Ils essayent de le comprendre avec amour.

En cette nouvelle année faisons que les familles de Saint Sébastien se transforment en écoles d’amour et de prière. Amen.

Bonne année 2019.

P Germán

1-10 of 532