Messages‎ > ‎

Message P. Germán le 28 juin 2015 VINGT-CINQ ANS

posted Jun 25, 2015, 8:44 PM by German Sanchez

Message P. Germán

VINGT-CINQ ANS

Le 24 juin 1990 j’ai été ordonné prêtre par Monseigneur Joseph Goupy en France à la cathédrale de Blois.

Je me souviens de cette journée comme si c’était hier. Ce dimanche-là à 15h François Cordier (médecin aussi) était ordonné diacre et Pierre-Marcel Chartier actuellement curé de la cathédrale de Blois devenait prêtre avec moi.

Je me souviens qu’il y avait à la cathédrale de Blois des gens de tout le diocèse et des amis venus de différentes villes de France et d’Italie, de Belgique, d’Allemagne et bien sûr de Colombie aussi.

Avant mon ordination j’ai eu la chance de rencontrer la communauté de Taizé. Chaque année j’y allais plusieurs fois pour prier, pour me reposer et pour me remplir de joie, d’espérance et de bonheur. La prière et la spiritualité de la communauté de Taizé ont marqué ma vie. Taizé est pour moi comme le paradis sur terre. J’essaie d’y aller encore aujourd’hui au moins une fois par an.

Après mon ordination j’ai été nommé vicaire à la paroisse Saint Pierre de Cabochon à Blois. Mais j’avais encore une année à faire à Rome pour finir mes études de droit canonique. Après cette année je suis revenu à Blois et j’ai commencé ma mission à temps complet dans le diocèse de Blois. Je suis resté 4 ans à Saint Pierre tout en étant aumônier de la prison de Blois (1991-2004) et des lycéens de l’enseignement public (1991-1998). L’expérience d’aumônier de la maison d’arrêt de Blois et du membre du bureau de l’aumônerie des prisons de la région Centre (qui va de Paris à Angoulême et Saint Maur) m’a profondément marqué. L’administration pénitentiaire de cette époque était très dure. Je me suis affronté plusieurs fois aux surveillants et à l’administration pour demander un peu plus de respect pour les détenus et leur famille. Tous les vendredis après-midi j’étais à la prison. Plusieurs fois j’ai refusé des funérailles un vendredi après-midi pour pouvoir être à la prison. Avec le Pasteur protestant et plusieurs laïcs engagés nous avons créé une association pour venir en aide aux familles des détenus. Nous avons construit une petite maison pour accueillir les familles en attente de parloir. Cette maison a fêté ses 20 ans en 2014. La prison m’a fait connaître une sorte de misère humaine. J’ai rencontré des personnes qui ont vu leur vie basculer par un acte commis dans un moment de folie ou de faiblesse humaine ou de je ne sais pas quoi. J’ai vu des jeunes et des adultes en train de se battre contre un passé où ils n’ont jamais connu l’amour. Souvent j’ai remercié le Seigneur pour m’avoir donné une famille et des gens qui m’ont appris à aimer et à respecter les autres et la loi.

Quatre ans après mon ordination j’ai été nommé curé de 4 paroisses : Huisseau sur Cosson, Montlivault, Maslives et Mont-Près-Chambord. J’y suis resté jusqu’à 2001. Ma première expérience en tant que curé a été un bon début. J’ai appris à être pasteur avec les communautés de ces 4 paroisses. Plusieurs familles de ces paroisses sont devenues des amis très proches. Nous avons partagé beaucoup de peines et de joies. Nous avons fait beaucoup de travaux dans l’église et dans le beau presbytère où j’habitais (belle maison du XVIème siècle).

De 2000 à 2004 j’ai été responsable des pèlerinages diocésains. Quelle belle expérience ! Avec plusieurs groupes nous sommes allés en Israël-Palestine, en Italie, en Turquie, à Fatima, au Liban, Roumanie, en Grèce, en Colombie, à Notre Dame de la Salette et à Lourdes plusieurs fois avec beaucoup de malades et de bien-portants. J’aime faire découvrir aux autres ce que je connais. Un pèlerinage est une bonne occasion pour mieux se connaître et pour renforcer les liens  d’une communauté.

De 1998 à 1999 je suis allé vivre à Jérusalem. J’ai fait des études de bible sur le terrain. J’ai rencontré des communautés juives et palestiniennes. Plusieurs fois je me suis demandé pourquoi la communauté internationale n’a jamais rien fait pour arrêter le conflit Israélo-Palestinien. L’insécurité des deux pays est invivable pour les uns et pour les autres. Les humiliations que subissent les palestiniens de la part du gouvernement israélien sont indescriptibles. Je suis allé plusieurs fois à Gaza, à Hébron et à Bethléem. Ce que j’ai vécu en cette belle région du monde je l’ai partagé avec beaucoup de groupes que j’ai accompagnés.

De 2001 à 2004 j’ai été nommé curé du Secteur pastoral de Mer/la Chapelle Saint Martin. Plusieurs paroisses étaient rassemblées en une seule. Ce fut un travail difficile et pas compris par tous. Il n’est pas simple d’essayer de rassembler des chrétiens de différentes paroisses pour former une seule communauté. Le manque de prêtres et le vieillissement des paroissiens sont très lourds à porter par un prêtre qui désire vivre son sacerdoce dans la joie.

En septembre 2004 je suis arrivé aux Etats Unis. J’avais envie de vivre une expérience dans un pays anglo-saxon. J’ai été envoyé à los Angeles par la Conférence Episcopale Française pour accompagner les francophones de Los Angeles et d’Orange County. Très vite j’ai découvert la paroisse Saint Sébastien et je me suis dit que nous étions faits l’un pour l’autre. J’ai trouvé dans cette communauté pluriculturelle un lieu de vie qui me convient. Les défis financiers et d’évangélisation de Saint Sébastien ont ravivé ma vocation sacerdotale. Célébrer la messe avec une communauté anglophone, hispanophone et francophone tous les dimanches est un chalenge et redonne du sens et du piment à ma vocation.

Je suis un prêtre heureux de partager mon sacerdoce avec des croyants et des incroyants que je rencontre tous les jours.

Je sais que j’ai un caractère assez fort. En ces 25 ans de sacerdoce j’ai dû faire souffrir certains à cause de mon caractère. Je vous présente mes excuses. Merci à ceux et celles qui en ces vingt-cinq ans de sacerdoce m’ont aidé à grandir et à vivre dans la joie et dans la confiance.

J’espère que des jeunes des communautés par lesquelles je suis passé n’auront pas peur de dire Oui à l’appel du Seigneur au sacerdoce.

Etre prêtre c’est très beau.

Bonne semaine.

P. Germán le 28 juin 2015
Comments