Messages‎ > ‎

Message du P. Germán le 31 août 2014 LA DIVERSITE DANS L’EGLISE #3

posted Aug 14, 2014, 3:53 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

LA DIVERSITE DANS L’EGLISE #3

Voici un troisième texte qui continue la réflexion que nous avons commencée il y a quinze jours sur la diversité dans l’Église. Je voudrais aborder un autre sujet qui a été traité à Washington lors de la rencontre de conseillers nationaux des communautés ethniques auprès de la conférence épiscopale américaine qui a eu lieu du 7 au 12 juillet 2014.

Mme. Mar Muñoz Visoso directrice générale du Service de la Conférence Episcopale Américaine qui s’occupe de la pastorale des migrants et des gens qui se déplacent, nous a invités à découvrir les différentes étapes par lesquelles passent les migrants et les groupes ethniques quand ils arrivent d’un autre pays ou qu’ils doivent affronter une autre culture.

Chaque étape peut durer peu de temps ou toute une vie. Il faut savoir évoluer et l’évolution ne se produit pas si les uns (ce qui arrivent) et les autres (ce qui accueillent) ne font pas d’efforts et parfois des sacrifices.

1.- La négation.

La première étape que les personnes vivant dans une autre culture doivent affronter est la négation. Parfois on est tellement fasciné ou choqué par la culture que l’on découvre que l’on ferme les yeux pour ne pas voir les différences. 

2.- La défense.

Une deuxième étape est la défense. On a peur de perdre sa culture et ses valeurs. La tendance à s’enfermer dans sa famille ou dans son groupe ethnique est forte. On sent souvent que l’autre et sa culture nous agacent. Parfois on devient agressif. 

3.- La minimalisation.

Pour éviter les conflits et les difficultés on passe par une étape de minimalisation. On essaie de se convaincre et de convaincre les autres que nos différences ne sont pas tellement importantes. On sait qu’il y a des problèmes mais on les minimalise pour essayer de vivre en paix avec soi-même et avec les autres.

4.- L’acceptation.

Avec le temps on finit par accepter. On sait que c’est comme cela et qu’il n’y a rien à faire. L’autre a sa culture et moi j’ai la mienne. On accepte et on en reste là ou alors on accepte et on essaie de comprendre et d’avancer.

5.- L’adaptation.

Avec la réflexion et l’aide des amis on arrive à une étape d’adaptation. On sait qu’il faut faire des efforts et on est prêt à les faire. On découvre les qualités et les défauts de la culture de l’autre et de notre propre culture.  L’adaptation n’est pas encore l’intégration. Dans l’adaptation on se considère encore extérieur à la culture qui nous accueille. Dans l’adaptation on a l’impression que tous les efforts viennent seulement de notre côté.

6.- L’intégration.

L’intégration est la dernière étape et doit être l’étape idéale. On se sent bien dans la nouvelle culture et les gens du pays qui nous accueille savent que nous sommes différents mais nous regardent comme un cadeau.

Oui, nous sommes tous des cadeaux les uns pour les autres. Nous devons tous travailler pour l’intégration de tous dans nos sociétés.

Il est important d’identifier ces étapes pour comprendre les migrants et les groupes ethniques qui partagent notre société. Il est important pour les migrants et pour les groupes ethniques de connaître ces étapes pour mieux vivre dans le pays et la culture qui les accueillent.

En ce qui concerne la Nouvelle Evangélisation, tous les baptisés doivent connaître ces étapes pour mieux comprendre les migrants et les groupes ethniques présents dans la paroisse. Le fait de savoir que ces étapes existent, nous aide à respecter les autres et à profiter de ses différences. Approcher les autres en sachant ce qu’ils sont en train de vivre nous permet de considérer l’autre et ses différences comme un cadeau et non pas comme une menace.

La Nouvelle Evangélisation doit prendre en compte ces étapes pour que l’Évangile soit accueilli, apprécié et suivi par les personnes qui se sentent respectées et accueillies avec leurs richesses culturelles.

L’Église doit aider tous ses fidèles à travailler pour l’intégration de ceux et celles qui arrivent dans nos communautés. Qu’ils soient étrangers ou qu’ils soient des personnes qui ont une culture différente. Tous et toutes, nous sommes des enfants de Dieu et nous sommes frères et sœurs de Jésus-Christ.

Bonne semaine.

P. Germán le 31 août 2014

Comments