Messages‎ > ‎

Message du P. Germán L.A. le 14 octobre 2018 Liberté Religieuse

posted Oct 13, 2018, 4:07 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

Liberté Religieuse

 

Du 20 au 23 septembre 2018 des représentants de 28 communautés catholiques francophones réparties dans 18 pays et trois continents se sont rencontrés à Prague (République Tchèque) pour réfléchir à la vie de l’Église sous des régimes de persécution.

Nous étions logés dans l’un des premiers monastères construit en Europe, le monastère Brevnovsky Klaster, qui date des années 900.

Nous avons eu la chance de rencontrer le cardinal Dominik Duka, archevêque de Prague, deux prêtres (le P. Petr Kolar, SJ. et le P. Vaclav Ventura) et deux guides tchèques qui ont vécu pendant le temps de la persécution. Parmi les conférenciers il y avait aussi Mr Pavel Fischer, ancien conseiller du Président Vaclav Havel, ex-ministre des Affaires Etrangères et ex-Ambassadeur de la République Tchèque en France, ainsi que Mr. Jean-Christophe Peaucelle, conseiller pour les affaires religieuses auprès du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères de France.

Nous avons aussi rencontré quelques membres de la communauté catholique francophone de Prague et nous avons célébré la messe avec cette communauté le dimanche 23 Septembre.

J’ai pris le temps de rencontrer et de discuter longuement avec les tchèques qui ont participé à nos travaux de réflexion.

J’ai beaucoup appris sur les méfaits de la persécution religieuse. Je suis revenu chez moi avec beaucoup de questions sur les conséquences que cette persécution a laissé sur les personnes qui ont résisté au régime et sur les personnes qui ont collaboré avec lui. On ne peut pas juger. On ne sait pas ce que nous aurions fait dans une situation semblable.

Des parents qui devaient se cacher pour prier, qui devaient interdire aux enfants de parler de religion avec qui que ce soit : on ne savait pas qui était espion ou qui allait te dénoncer.

Des enfants qui ont grandi dans une société dans laquelle il fallait se méfier de tout le monde.

Une Église qui vivait dans la clandestinité et qu’ils ont appelé l’Église invisible et une Église visible reconnue et manipulée par le régime. Dans les deux Églises il y avait surement des prêtres et des chrétiens honnêtes et dans les deux il y avait aussi des hommes et des femmes qui étaient payés par le régime pour dénoncer ceux et celles qui avaient une pratique religieuse.

Les prêtres, les moines et les religieuses ont été torturés, tués ou expulsés du pays. Tous les biens de l’Église ont été confisqués. Un des prêtres que nous avons rencontré a été obligé de se marier pour faire croire au régime qu’il était un citoyen « normal » alors qu’il était prêtre de l’Église invisible. Je l’ai rencontré et j’ai eu l’impression de parler à un saint homme.

La souffrance de ce peuple est indescriptible. Aujourd’hui après quelques années de démocratie, ce pays commence à sortir de ce traumatisme. Les gens commencent à découvrir la confiance et la liberté religieuse. L’Église essaie d’annoncer l’Évangile à un peuple qui n’a plus confiance dans les institutions et dans lequel 70% de la population se dit athée.

Je me suis dit que nous avons beaucoup de chance de vivre dans un pays qui respecte la liberté religieuse. Nous devons remercier le Seigneur pour ce beau droit que nous avons de pratiquer ou non notre foi, de croire ou de ne pas croire sans être obligés de rendre compte à un régime quelconque.

Nous qui sommes libres de pratiquer notre religion, profitons-nous de cette liberté pour nourrir notre foi ? La plus grande difficulté de l’Église invisible était de ne pas avoir les moyens nécessaires pour nourrir la foi des fidèles, pour lire des textes religieux, pour lire la bible, pour réfléchir avec d’autres aux richesses et difficultés de la foi.

Remercions le Seigneur pour la liberté religieuse que nous avons. Prions pour nos frères et sœurs qui vivent dans des pays où la foi est considérée comme un danger pour la société.

Soyons toujours attentifs pour faire respecter notre liberté religieuse et celle de nos frères et sœurs.

Bonne semaine.

P. Germán L.A. le 14 octobre 2018

Comments