Messages‎ > ‎

Message du P. Germán 12/13 mars 2011

posted Mar 8, 2011, 5:23 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

Comme promis, dans le bulletin de la semaine dernière, je continue à vous décrire mon pèlerinage sous les pas de Jésus.

Le troisième jour nous sommes allés de la Mer de Galilée à Jérusalem, suivant le Jourdain et  en passant par Jéricho, Qumram et la Mer Morte.

Dans le car nous sommes passés d’Israël en Palestine. Nous avons traversé une partie de la Cisjordanie et nous avons parlé de la situation politique et des tensions existantes  dans la région depuis que l’État d’Israël a été créé et que la position des Palestiniens, qui étaient déjà dans ces terres, n’a pas été définie clairement. J’en parlerai un peu plus quand nous serons à Jérusalem.

Jéricho, la ville la plus ancienne du monde nous a permis de faire mémoire du sycomore de Zachée et des tentations de Jésus. Nous sommes allés célébrer la messe dans la petite chapelle de l’école catholique qui compte 95% d’enfants musulmans.

Au pied du mont des tentations j’ai prié le Seigneur pour notre communauté qui vit ce temps du carême : que nous nous approchions de Jésus pour vaincre avec lui le mal et pour lutter avec lui contre toute injustice, pauvreté et souffrance.

Nous sommes allés jusqu’à Qumram. Une visite intéressante des fouilles archéologiques réalisées dans le lieu où les juifs esséniens avaient leur centre d’activités au temps de Jésus. Nous avons évoqué les manuscrits de la mer morte ou de Qumram. Nous avons fini la journée par un bon moment de détente dans les eaux de la mer morte.

Nous sommes arrivés à Jérusalem le soir.

Le vendredi matin nous sommes partis pour Bethleem. Commencer la journée dans la basilique de la Nativité et y célébrer la messe est important pour notre foi. J´ai prié pour tous ceux et celles qui ne connaissent pas Jésus ; pour tous ceux et celles qui n’ont pas encore découvert que l’enfant de Bethleem est né pour que la paix règne dans le cœur de tous les hommes de bonne volonté. Après la messe nous sommes allés sur les champs des bergers. Nous avons déjeuné dans un restaurant palestinien (Bethleem se trouve en plein territoire palestinien) situé au pied du mur qu’Israël est en train de construire pour séparer les Palestiniens des Israéliens. La construction de ce mur de 722km est commencée depuis 2002 et Israël n’a pas respecté la ligne Verte ou frontière tracée par l’ONU entre Israël et Palestine en 1949. Nous qui croyons que depuis la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 il n’y aurait plus jamais de murs qui sépareraient les hommes, j’ai prié pour que tombent rapidement  les murs que nous séparent ; j’ai prié pour l’unité dans nos communautés.

Nous sommes allés partager un moment avec les enfants d’un orphelinat tenu par une communauté religieuse catholique (les sœurs de St Vincent de Paul de la rue du Bac). Une fois de plus une grande majorité d’enfants sont musulmans (99%). La communauté ne reçoit aucune aide du gouvernement. Quand il y a un enfant qui doit partir à l’étranger pour un traitement spécial il faut d’abord faire des démarches pour arriver à lui obtenir des papiers et le permis de quitter le territoire, ensuite, si cela aboutit avant qu’il ne meurt, une des sœurs doit l’accompagner jusqu’en Jordanie car les arabes n’ont pas le droit d’utiliser l’aéroport de Tel Aviv. Tout est compliqué pour elles. L’amour et la joie de vivre que les sœurs et l’équipe de jeunes bénévoles transmettent à ces enfants est débordante et inimaginable. Merci Seigneur pour tous ceux et celles qui dans notre communauté s’occupent des plus malheureux.

Nous avons fini la journée au mur d’occident ou mur des lamentations, au pied de l’esplanade du Temple, du Dôme du Rocher et de la Mosquée Al Aqsa.

Le vendredi soir commence le Shabbat pour les juifs et ils viennent en grand nombre au Mur pour prier. J´étais là, au milieu de cette foule immense d’hommes et de femmes séparés les uns à gauche et les femmes à droite.

Il y avait un bon nombre de juifs qui priaient dans la joie ; ils chantaient et dansaient au milieu de nous. Il y avait aussi un bon nombre de juifs qui priaient collés au mur ou enfermé dans le tunnel. Je me suis faufilé dans ce dernier groupe. La peur, l’agressivité et la méfiance étaient palpables.

Alors j’ai pensé à nos communautés. Parmi nous il y a aussi des gens qui vivent la foi dans la joie et d’autres qui ont peur de tout et qui n’arrivent pas à décrocher un sourire ou une petite danse dans l’église.

La foi produit la joie, la confiance, et la paix alors que le manque de foi nous fait vivre dans l’angoisse, dans la peur et dans la méfiance.

J’ai prié pour que le Seigneur fasse grandir en nous la foi pour que nous puissions vivre dans la paix, dans la confiance et dans la joie. Que les chrétiens de St Sébastian soient des chrétiens heureux et que nous sachions communiquer le bonheur de croire aux autres.

La suite et la fin du pèlerinage, dans le message de la semaine prochaine

Bonne semaine à tous.

P Germán L.A. 12/13 mars 2011
Comments