Messages‎ > ‎

Message du P. Germán

posted Oct 27, 2016, 9:16 AM by German Sanchez

Message du P. Germán

JOURNEES PASTORALES

(LA FAMILLE)

Du vendredi 30 septembre au mardi 4 octobre ont eu lieu à Barcelone (Espagne) les journées pastorales mondiales des représentants des communautés catholiques francophones.

Nous étions 43 laïcs et prêtres venus de Hong Kong, Japon, différents pays d’Europe et moi-même qui représentait le continent américain. La communauté francophone qui habite Barcelone était très nombreuse.

Mgr Jean-Pierre Cattenoz, évêque d’Avignon représentait la conférence épiscopale française.

Le thème était la famille. Les journées commençaient à 8h30 et finissaient vers 23h30. Il y avait 15min de repos après le repas de midi et le reste du temps nous avons essayé de profiter pour travailler le plus possible.

Le premier jour nous avons accueilli le Cardinal de Barcelone, Luis Martínez Sistach. Il nous a parlé du synode des évêques qui a eu lieu à Rome autour du Pape Francois en 2014 et 2015. Les conclusions du Synode ont aidé le Pape François à écrire sa dernière encyclique sur la famille « Amoris Laetitia ». Avec un langage simple et très pastoral, le cardinal nous a parlé des aspects doctrinaux de la famille qui ont été abordés dans le synode. Par des images et des exemples, notre conférencier nous a aidés à comprendre la richesse et la valeur doctrinale du texte du Pape. L’Église est comme une pyramide renversée. C'est-à-dire que la base se trouve en haut et représente tous les baptisés et la pointe de la pyramide se trouve en bas et représente la hiérarchie de l’Église. Tous les membres ordonnés dans l’Église sont au service de la base pour que la pyramide ne s’écroule pas. Le cardinal a beaucoup insisté sur l’importance de la conscience de chaque baptisé. Nous devons éduquer les consciences pour que tous soient capables de prendre des décisions responsables pour leur vie. L’Église n’est pas dans le monde pour le juger mais pour accompagner les hommes et les femmes de toutes les cultures à découvrir la joie de l’Évangile, la beauté et la richesse du sacrement du mariage.

Le cardinal a célébré la messe avec nous et nous avons tous été impressionnés par son ouverture d’esprit, sa simplicité et son désir de transmettre la pensée et les directives du Pape François.

Puisque nous parlions de la famille, nous sommes allés visiter la « Sagrada Familia ». Cette basilique conçue par l’architecte catalan Antoni Gaudí (1852-1926) est une œuvre d’art phénoménal et une source de théologie inépuisable. Gaudí disait qu’il s’est inspiré de trois livres pour créer ses œuvres architecturales : la bible, la nature et la liturgie. Nous avons eu le privilège d’avoir un prêtre que je connaissais déjà, le P. Robert Baró, recteur de la basilique, théologien et spécialiste de l’art catalan. Suite à la visite nous avons célébré la messe dans cette basilique qui n’est pas finie et qui est consacrée surtout au tourisme. Actuellement il y a 4 ou 5 célébrations par an. L’archevêque de Barcelone Mgr Joan Josep Omella, qui présida la célébration, avait fermé la basilique ce jour-là pour célébrer la messe avec nous et fêter les 400 ans de la présence de la communauté catholique francophone à Barcelone. Toutes les communautés ethniques présentes à Barcelone étaient invitées. La messe a été célébrée en plusieurs langues et l’archevêque de Barcelone a insisté sur le fait que dans l’Église il n’y a pas d’étranger mais des frères et sœurs qui parlent des langues différentes. La chorale franco-allemande était magnifique. L’animateur de chants était un compositeur de musique religieuse très connu, Laurent Grzybowski et son ami le pianiste Julien Buis. Je les ai invités à venir nous voir en Californie et bientôt nous vous annoncerons la date de leur arrivée.

Un prêtre jésuite, le Père Jaume Flaquer, spécialiste de l’Islam et professeur de la faculté de Théologie de Barcelone nous a parlé des difficultés et des drames des familles déplacées et des réfugiés dans le monde. Avec des chiffres alarmants il nous a aidés à comprendre la responsabilité de tous dans cette tragédie que vivent beaucoup de familles dans le monde d’aujourd’hui. Des familles refugiées on immigrantes il y a en toujours  eu dans l’histoire de l’humanité (un des exemples est la Sainte Famille de Joseph, Marie et Jésus). Souvent ces vagues de mouvements de population sont dues à des problèmes politiques, économiques et sociaux. Plusieurs personnes en Europe ont peur de voir nos églises transformées en mosquées mais cela ne peut pas arriver si les chrétiens ne désertent pas leurs églises.

Un couple de juristes catalan, Eugeni Gay et sa femme (absente pour des problèmes de santé)  qui a participé au Synode sur la famille, nous a parlé de leur expérience en tant que laïcs dans les travaux du synode. Tous pouvaient prendre la parole et tous étaient limités à 3 min. (Eugeni est vice-président émérite de la Cour Constitutionnelle et Ancien Bâtonnier du Barreau de Barcelone, entre autres). Il a partagé avec nous la joie de découvrir une Église à l’écoute des familles décidée à suivre les conseils de l’Esprit Saint pour accompagner les familles et surtout celles qui vivent des situations nouvelles, parfois compliquées. Il a beaucoup insisté sur le rôle du droit civil et ecclésiastique dans la recherche du bien-être de la famille. J’ai retenu une belle phase : « l’Église ne déclare pas la nullité d’un mariage mais d’un sacrement ». Nous ne pouvons pas effacer ce qu’un couple a vécu pendant des années. L’Église doit continuer la recherche de chemins pour accueillir de plus en plus les couples, les familles et les  personnes qui se trouvent dans des situations compliquées et nouvelles et qui se sentent exclues de la communauté.

Un autre couple catalan, José Sols et Julia Argemí ont été avec nous pour nous accompagner dans la découverte de l’Église de Barcelone et ses engagements sociaux.

Nous avons visité plusieurs centres qui accompagnent des familles en difficulté, des mères célibataires (quelques-unes avaient seulement 13 ans) et des enfants et des jeunes en situation d’échec. J’ai pris beaucoup d’idées. J’étais fier de découvrir tout ce que l’Église de Barcelone fait pour venir en aide aux personnes et aux familles qui ont besoin d’un conseil, d’un spécialiste ou d’un morceau de pain pour continuer à vivre dignement.

Le dernier jour nous sommes allés visiter le monastère de Montserrat. Ce lieu est très important en Espagne. Depuis le moyen âge, les moines ont eu une forte influence dans la vie sociale, religieuse, politique et culturelle de la Catalogne. Ils ont une des meilleures écoles du monde de musique  pour des enfants. Des milliers de touristes viennent tous les jours écouter ces voix angéliques. Nous avons célébré la messe avec les moines et nous avons écouté la chorale d’enfants.

Le curé de la paroisse francophone de Barcelone, le P. Mathias Bahillo et le couple de Jean-Alain et Laurence Julien ont organisé ces journées d’une manière irréprochable. Evidemment, il y avait derrière eux beaucoup de personnes pour exécuter le programme et s’assurer du bien-être de tous les participants.

Merci. Bonne semaine.

P Germán le 30 octobre 2016
Comments