Messages

Message du P. Germán le 28 mai 2017 1ère Communion et Confirmation

posted May 25, 2017, 5:25 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

1ère Communion et Confirmation

Les mois de mai et juin sont connus pour ses confirmations et ses premières communions.

Dans notre communauté nous allons célébrer le sacrement de la confirmation le samedi 10 juin à 17h.

Mgr Thomas J. Curry, évêque auxiliaire de Los Angeles, sera avec nous pour présider la célébration.

Toute la communauté est invitée à participer à cette Eucharistie dans laquelle des jeunes de notre paroisse vont recevoir les dons de l’Esprit Saint.

Il est important que l’évêque et les jeunes qui vont être confirmés voient que la communauté se rassemble pour prier autour de l’évêque et pour entourer les jeunes qui progressent dans leur chemin de foi et d’intégration dans la vie de l’Église.

Je voudrais qu’il y ait beaucoup de paroissiens à cette célébration pour que toute la communauté reçoive la lumière, la force et la joie qui viennent de l’Esprit de Dieu.

Le samedi 10 juin nous sommes tous invités à ouvrir nos cœurs pour que l’Esprit Saint fasse de nous des vrais disciples du Christ et des membres actifs de l’Église.

Le dimanche 11 juin auront lieu les premières communions de cette année scolaire, en anglais (avec l’école Saint Sébastien) à 9h, en français à 10h30 et en espagnol à midi. Le samedi 3 juin à 18h30 en français à Newport Beach nous accueillerons les enfants qui vont recevoir pour la première fois le Corps et le Sang du Christ. Toute la communauté est invitée à entourer les enfants qui reçoivent le Corps et le Sang du Christ pour la première fois.

Toute la communauté est invitée à célébrer dans la joie ces fêtes.

Il est triste de constater que souvent les jeunes qui reçoivent le sacrement de confirmation ou la première communion ne viennent plus à la messe dominicale.

Je suis sûr qu’ils n’ont pas découvert pendant la préparation que nous leur avons proposée, la joie de se sentir habiter par l’Esprit de Dieu et le bonheur de savoir que tous les dimanches nous pouvons nourrir la foi avec le Corps et le Sang du Christ.

Les parents, les catéchistes et toute la communauté doivent se sentir responsables d’accompagner les jeunes et les enfants pour qu’ils ne s’éloignent pas de la communauté.

Une foi qui n’est pas nourrie par les sacrements est une foi en danger. Elle risque la mort.

Il est important qu’aujourd’hui les chrétiens se sentent fiers d’être habités par l’Esprit de Dieu et d’être membres du Corps du Christ.

Le monde a besoin d’hommes et de femmes animés par l’Esprit de Dieu et témoins de la vitalité de l’Église.

Si nous voulons que les valeurs de l’Évangile continuent à inspirer la société et le monde, nous avons la responsabilité de nourrir notre foi tous les dimanches avec l’Eucharistie et de laisser agir en nous l’Esprit de Dieu tous les jours.

Félicitations à ceux et celles qui vont recevoir la confirmation ou la première communion.

Merci aux catéchistes qui bénévolement consacrent du temps pour préparer les jeunes et les enfants à recevoir Dieu dans leur vie.

Bonne semaine. P Germán le 28 mai 2017

Message du P. Germán Le Pape François en Egypte. le 21 mai 2017

posted May 20, 2017, 8:54 AM by German Sanchez

Message du P. Germán

Le Pape François en Egypte.

Le vendredi 28 et le samedi 29 Avril, le Pape François est allé au Caire en Egypte.

Plusieurs personnes croyaient que ce voyage allait être annulé suite aux attentats meurtriers perpétrés contre la communauté chrétienne d’Egypte le dimanche des Rameaux (9 Avril) dernier. Mais le Pape non seulement a voulu maintenir sa visite mais il a voulu circuler dans la ville dans une voiture non blindée.

Le but de ce voyage, dans l’esprit du Pape, était d’aller apporter une parole de paix, de réconciliation, de fraternité et d’amitié au peuple égyptien majoritairement musulman. Plus de 94% de la population se dit musulmane. Le Pape voulait aussi manifester son soutien à la petite communauté chrétienne qui habite ce pays et qui souffre depuis longtemps à cause de la discrimination religieuse existante. Il a prié aussi avec eux. Seulement 6% des Egyptiens sont chrétiens. On appelle Coptes les chrétiens d’Egypte et ils sont soit catholiques soit orthodoxes.

Dans tous ses discours, le Pape François a affirmé l’importance de la paix dans le monde. Le Pape nous a rappelé que la paix est un don de Dieu et en même temps le fruit du travail de l’homme et de la femme.

Il a condamné fortement et à plusieurs reprises la violence, toute forme de violence, de vengeance et de haine commises au nom de la religion ou au nom de Dieu. Il s’est opposé à l’instrumentalisation de la religion pour tuer des frères et sœurs innocents. Il a dit « la violence est la négation de toute religiosité authentique. »

Le monde entier avait les yeux tournés vers l’Egypte pour accompagner cet homme qui n’avait pas peur d’aller dire aux musulmans, aux chrétiens et à tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté du monde entier, que nous sommes tous des  frères et des sœurs. 

Il était important qu’Il affirme clairement que les chrétiens et les musulmans ne sont pas en guerre. Que l’Orient n’est pas en train de combattre l’Occident. Que la situation d’insécurité et le terrorisme qui menace tous les pays sont produits par une minorité de fanatiques ou extrémistes qui n’ont aucun lieu avec aucune vraie religion.

Avant de quitter le pays pour retourner à Rome, le Pape François a dit « Il n’y a que l’extrémisme de la charité qui est accepté par Dieu. »

La présence, les paroles et les gestes du Pape dans ce pays musulman vont améliorer les relations entre les musulmans et les chrétiens. Nous devons travailler pour que la méfiance et la peur disparaissent pour que nous puissions tous travailler dans le même sens. Nous battre contre toute forme de violence et travailler dans la construction d’une société plus juste et plus fraternelle.

Il n’y a pas d’autre choix pour arriver à vivre ensemble sur la même planète.

Remercions le Seigneur pour la présence du Pape François dans notre Église. Prions pour la paix et travaillons tous les jours pour que la paix règne dans nos foyers, dans nos familles, dans nos quartiers, dans nos communautés, dans notre pays et dans le monde entier.

Prions pour toutes les victimes de la discrimination religieuse et pour les victimes et la famille des victimes de la violence.

Bonne semaine.

P Germán le 21 mai 2017

Message du P. Germán le 14 mai 2017 SACREMENT DE LA CONFESSION

posted May 9, 2017, 5:34 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

SACREMENT DE LA CONFESSION

Le sacrement de la réconciliation (confession) est fréquenté par très peu de chrétiens. Ceux et celles qui ne vont plus voir le prêtre pour demander pardon à Dieu pour leur fautes et pour recommencer une vie nouvelle illuminée et fortifiée par l’Esprit Saint préfèrent aller voir le psychiatre, le psychologue, le thérapeute… des gens qu’il faut payer pour qu’ils nous écoutent et éventuellement nous donnent un conseil.

Si vous lisez ces extraits du discours du Pape François aux participants au XXIIIème cours sur le for intérieur organisé par le Tribunal Ecclésiastique Pénitentiaire du Vatican, vous allez redécouvrir la beauté et la richesse du sacrement de la réconciliation.

Le texte complet est en internet dans le site du Vatican 

http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/speeches/2017/march/documents/papa-francesco_20170317_corso-foro-interno.html

 

«  Chers frères,

…En réalité, je vous le confesse, le tribunal de la Pénitencerie est le type de tribunal que j’aime beaucoup ! Parce que c’est un « tribunal de la miséricorde » auquel on s’adresse pour obtenir ce médicament indispensable pour notre âme qu’est la miséricorde divine !

Votre cours sur le for intérieur qui contribue à la formation de bons confesseurs, est plus que jamais utile et je dirais même nécessaire de nos jours. Certes, on ne devient pas de bons confesseurs grâce à un cours, non : l’école du confessionnal est une « longue école » qui dure toute la vie.

Je voudrais indiquer trois aspects à ce propos.

1. Le « bon confesseur » est avant tout un véritable ami de Jésus, un bon pasteur. Un ministère de la Réconciliation « enveloppé de prière » sera le reflet crédible de la miséricorde de Dieu et évitera ces duretés et incompréhensions qui pourraient parfois naître également dans la rencontre sacramentelle.

Et la prière est donc la première garantie pour éviter toute attitude de dureté qui juge inutilement le pécheur et non le péché.

Dans la prière, il est nécessaire d’implorer le don d’un cœur blessé, capable de comprendre les blessures des autres et de les guérir avec l’huile de la miséricorde, celle que le bon Samaritain a versée sur les plaies de ce malheureux dont personne n’avait eu pitié (cf. Lc 10, 34).

Dans la prière, nous devons demander le don précieux de l’humilité, pour qu’il apparaisse toujours clairement que le pardon est un don gratuit et surnaturel de Dieu, dont nous sommes de simples administrateurs, bien que nécessaires, par la volonté même de Jésus ; et Il se réjouira certainement si nous faisons un large usage de sa miséricorde.

2. Le bon confesseur est, en second lieu, un homme de l’Esprit, un homme du discernement. Que de mal fait à l’Église par ce manque de discernement ! Que de mal fait aux âmes d’une action qui ne plonge pas ses racines dans l’écoute humble de l’Esprit Saint et de la volonté de Dieu…. Le discernement permet de voir clair sur la situation et ne pas faire de généralisations. Le discernement éduque le regard et le cœur, en permettant cette délicatesse d’esprit si nécessaire face à celui qui ouvre le sanctuaire de sa conscience pour en recevoir lumière, paix et miséricorde.

Le discernement est aussi nécessaire parce que celui qui s’approche du confessionnal, peut provenir de situations les plus disparates ; il pourrait également avoir des troubles spirituels, dont la nature doit être soumise à un discernement attentif, en tenant compte de toutes les circonstances existentielles, ecclésiales, naturelles et surnaturelles….

3. Enfin, le confessionnal est aussi un véritable lieu d’évangélisation. En effet, il n’y a pas d’évangélisation plus authentique que la rencontre avec le Dieu de la miséricorde, avec le Dieu qui est miséricorde. Rencontrer la miséricorde signifie rencontrer le véritable visage de Dieu, tel que le Seigneur Jésus nous l’a révélé…

Dans le dialogue, bien que bref, qu’il instaure avec le pénitent, le confesseur est appelé à discerner ce qui est le plus utile et ce qui est même nécessaire au chemin spirituel de ce frère ou de cette sœur ; il sera parfois nécessaire de ré-annoncer les vérités de la foi les plus élémentaires, le noyau incandescent, le kérygme, sans lequel l’expérience même de l’amour de Dieu et de sa miséricorde resterait comme muette; il s’agira parfois d’indiquer les fondements de la vie morale, toujours en rapport avec la vérité, le bien et la volonté du Seigneur. Il s’agit d’une œuvre de discernement prompt et intelligent, qui peut faire beaucoup de bien aux fidèles.

En effet, le confesseur est appelé quotidiennement à se rendre dans les « périphéries du mal et du péché » – c’est une périphérie laide ! – et son œuvre représente une authentique priorité pastorale. Confesser est une priorité pastorale. S’il vous plaît, qu’il n’y ait pas ce type de panneaux : « Les confessions se font uniquement le lundi, le mercredi de telle à telle heure ». Il faut confesser chaque fois qu’on te le demande.

Priez toujours pour vos frères et sœurs qui s’approchent du sacrement du pardon. Et s’il vous plaît, priez aussi pour moi.

Et je ne voudrais pas finir sans quelque chose qui m’est venu à l’esprit quand le cardinal-préfet a parlé. Il a parlé des clés et de la Vierge, et cela m’a plu et je dirai une chose… deux choses. Cela m’a fait beaucoup de bien, quand j’étais jeune, de lire le livre de saint Alphonse-Marie de Liguori sur la Vierge Marie : Les gloires de Marie. À la fin de chaque chapitre, il y avait toujours un miracle de la Vierge Marie, avec lequel elle entrait dans la vie et arrangeait les choses. Et la seconde chose. À propos de la Vierge, il y a une légende, une tradition qui, m’a-t-on dit, existe dans le sud de l’Italie : la Vierge des mandariniers. C’est une terre où il y a beaucoup de mandariniers, n’est-ce pas ? Et on dit que c’est la patronne des voleurs (le pape rit ; l’assemblée rit). On dit que les voleurs vont prier là-bas. Et la légende – c’est ce qu’on dit – explique que les voleurs qui prient la Vierge des mandariniers, lorsqu’ils meurent, font la queue devant Pierre qui a les clés et qui ouvre pour laisser passer quelqu’un, puis ré-ouvre pour laisser passer quelqu’un d’autre, etc; et, la Vierge, quand elle voit l’un des voleurs, lui fait signe de se cacher ; puis, lorsqu’ils sont tous passés, Pierre ferme et la nuit tombe. La Vierge l’appelle alors par la fenêtre et le fait entrer par cette même fenêtre. C’est un récit populaire, mais il est très beau : pardonner avec notre Mère à côté ; pardonner avec la Mère. Parce que cette femme, cet homme qui vient au confessionnal, a une Mère au ciel qui lui ouvrira la porte et l’aidera au moment d’entrer au ciel. Toujours la Vierge, parce que la Vierge nous aide aussi dans l’exercice de la miséricorde. Je remercie le cardinal pour ces deux signes : les clés et la Vierge Marie. Merci beaucoup.

Je vous invite – c’est l’heure – à prier ensemble l’Angelus : « Angelus Domini… »

(Bénédiction)

Ne dites pas que les voleurs vont au ciel ! Ne dites pas cela (le pape rit ; l’assemblée rit).

Bonne semaine.

P Germán le 14 mai 2017

Message du P. Germán Les vocations le 7 mai 2017

posted May 4, 2017, 4:24 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

Les vocations

Le dimanche 7 mai l’Eglise célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations.

Le mot vocation vient du latin et signifie appel.

Nous  sommes tous appelés par Dieu pour réaliser la vocation qu’Il désire nous confier.

La vocation est le chemin que nous devons suivre pour vivre ce que Dieu désire que nous vivions sur la terre.

La première vocation de tout homme et femme est de trouver l’amour. Le Pape émérite Benoît XVI disait » « Nous sommes dans le monde pour apprendre à aimer. »

L’amour donné et reçu remplit notre vie de paix et joie. Nous avons été créés pour vivre en paix et dans la joie. L’amour est le seul chemin qui nous permet de trouver et de vivre notre vocation avec passion et compétence.

Chacun a une vocation et toutes les vocations sont importantes pour le bon fonctionnement de la société et pour le progrès de l’humanité.

Il n’y a pas de vocation plus importante qu’une autre. Toutes les vocations ont une grande valeur devant Dieu et devant les autres.

Il nous arrive parfois de trouver des gens qui réalisent un métier, une profession ou un travail par obligation ou parce qu’ils n’ont pas trouvé les moyens pour vivre leur vocation. C’est dommage. En général, ces gens-là ne sont pas vraiment heureux. Chacun est responsable de chercher sa vocation et de prendre les décisions nécessaires pour la réaliser. La famille et la société doivent nous aider à réaliser « le rêve » de notre vie.

Si nous faisons ce que nous aimons faire, si nous travaillons dans le métier ou dans la profession que nous  avons choisi et qui correspond à notre vocation nous serons des personnes aimables, heureuses, passionnées et efficaces. Les gens qui vivent à côté des personnes qui ont trouvé leur vocation et qui l’exercent profitent du bonheur et de la joie qui habitent ceux et celles qui suivent le chemin que Dieu leur propose.

Parmi les vocations il y a la vocation de tous les baptisés. Ils doivent vivre pour suivre le Christ et pour devenir jour après jour plus semblables au Seigneur.

Il y a la vocation au mariage. Dans cette vocation l’homme et la femme sont appelés à devenir, grâce à leur union, une image de Dieu. Trois personnes différentes et un seul vrai Dieu. Par le mariage, Dieu partage avec nous la mission de donner la vie.

Il y a aussi la vocation religieuse et la vocation sacerdotale. Les religieux et religieuses laissent tout pour se donner aux autres. Ils/Elles sont une image de Dieu sur la terre. Il a tout donné pour nous. Il s’est donné Lui-même pour nous montrer le chemin de l’amour. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux/celles qu’on aime. Le sacerdoce est aussi une belle vocation. Le prêtre est un intermédiaire entre l’humanité et Dieu. Il doit prier pour l’humanité et il doit transmettre à l’humanité les paroles d’amour, de compassion, de compréhension, de bonté, de fraternité… qui viennent de Dieu. Il doit nous aider à découvrir le visage de Dieu qui est miséricorde.

Si tu as déjà trouvé ta vocation continue sur ta route et vis avec passion ce que Dieu t’invite à vivre.

Si tu n’as pas encore trouvé ton chemin, ferme les yeux et écoute la voix de Dieu qui parle dans ton cœur pour te montrer le chemin à suivre. S’il y a trop de bruit autour de toi et que tu n’arrives pas à écouter Dieu qui te parle, cherche quelqu’un qui puisse t’aider à découvrir la présence active de Dieu dans ta vie.

Tu ne seras pas déçu. Dieu est toujours un ami fidèle et il nous cherche pour nous aimer et pour nous enseigner à aimer. Vis ta vocation et sois heureux ! Bonne semaine.

P. Germán le 7 mai 2017

Message P Germán le 30 avril 2017 LE TEMPS PASCAL

posted Apr 27, 2017, 1:27 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

 LE TEMPS PASCAL

Le 20 mars nous sommes entrés dans le printemps. Le dimanche 16 avril nous avons célébré la résurrection du Christ.

La résurrection du Christ est comme le printemps de l’Église.

Il s’agit d’une période pendant laquelle les églises vont se remplir de lumière, de fleurs, de couleurs, de joie, de vie.

Dans la liturgie du temps pascal, l’Église nous propose de lire le livre des Actes des Apôtres.

Ce petit livre de 28 chapitres nous raconte la vie des disciples du Christ après la résurrection. Dans ce livre du Nouveau Testament nous découvrons comment les premiers chrétiens ont affronté les persécutions, ont construit les premières communautés chrétiennes et sont partis dans le monde entier annoncer la Bonne Nouvelle de la résurrection.

Tous les baptisés, toutes les communautés chrétiennes devraient lire et méditer les Actes des Apôtres.

Dans ce livre nous apprenons à être chrétiens, disciples et apôtres du Christ. Les Actes des Apôtres nous montrent le chemin pour construire des communautés chrétiennes qui soient aujourd’hui le Corps du Christ présent dans le monde. Ce texte de la Bible nous enseigne à être missionnaires, témoins de la Bonne Nouvelle et ambassadeurs de la miséricorde de Dieu.

L’expérience vécue par les premières communautés chrétiennes est une aide pour nous qui vivons dans une société dans laquelle les chrétiens sont minoritaires.

Beaucoup de difficultés et des problèmes affrontés par les premiers chrétiens sont similaires aux difficultés et problèmes que nous rencontrons aujourd’hui.

Prenons le temps en cette période pascale de lire les Actes des Apôtres et essayons de trouver dans la vie des premiers chrétiens et dans la vie de l’Église Primitive, des idées pour que ce temps pascal soit le printemps de l’Église d’aujourd’hui.

La joie des premiers chrétiens, leur confiance dans l’avenir, la fraternité vécue au sein de la communauté, l’attention aux pauvres, la correction fraternelle, leur présence dans une société hostile à la foi, leur participation dans la vie de la communauté, leur action dans la vie sociale et politique, le respect des uns pour les autres, l’accueil des étrangers, l’ouverture, la joie et la vitalité de la communauté sont des exemples qui peuvent nous aider aujourd’hui à vivre notre foi et à dynamiser nos communautés chrétiennes.

Les Actes des Apôtres sont un trésor pour les communautés chrétiennes d’aujourd’hui et pour tous les baptisés. Si nous essayons d’imiter les premiers chrétiens, si nous prenons l’Église Primitive comme un exemple pour nos communautés d’aujourd’hui, le printemps que la nature est en train de vivre sera aussi le printemps que notre communauté connaîtra en ce temps pascal.

Bonne semaine. Bonnes fêtes de Pâques. P Germán le 30 avril 2017

Message du P. Germán le 23 avril 2017 DIMANCHE DE LA MISÉRICORDE

posted Apr 21, 2017, 6:07 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

 DIMANCHE DE LA MISÉRICORDE

Le 30 avril 2000, le Pape Jean Paul II canonisa Sœur Faustine. Cette religieuse polonaise qui vécut au début du siècle dernier (1905-1938) était  connue comme l’apôtre de la miséricorde. Le jour de sa canonisation, le Pape déclara le 2ème dimanche de Pâques, dimanche de la miséricorde.

La miséricorde est un attribut de Dieu que beaucoup de chrétiens ne connaissent pas. Les musulmans et les juifs reconnaissent en Dieu cette qualité qui fait de Lui un être exceptionnel.

Le Pape François n’arrête pas de nous parler de la miséricorde de Dieu et il dit dans un de ses derniers livres que le nom de Dieu est miséricorde.

Aujourd’hui nous devons en profiter pour découvrir la miséricorde de Dieu et comprendre l’immense amour de Dieu pour nous.

L’Église et tous les chrétiens doivent découvrir la miséricorde de Dieu et devenir miséricordieux dans leurs paroles et dans leurs actes.

Celui/Celle qui sait que Dieu est miséricorde espère tout de Dieu et ne désespère jamais devant une situation difficile ou une personne condamnée par la société.

La miséricorde de Dieu se manifeste dans le monde par sa bonté, sa tendresse, son pardon, et son accueil inconditionnel pour tous, sans exception.

Avec vous fait l’expérience dans votre vie de l’amour de Dieu pour vous ? Avez-vous pensé un jour à tout ce que Dieu vous donne pour que vous soyez heureux ? La création, la santé, la famille, le Pape François... Voilà des dons les plus précieux.

Célébrer la miséricorde de Dieu et reconnaître son amour pour tous nous oblige à ouvrir le cœur pour nous sentir solidaires de ceux et celles qui souffrent autour de nous.

Accepter la miséricorde de Dieu nous pousse à aller vers ceux et celles qui sont dans les périphéries pour leur dire  que Dieu les aime.

Nous sommes les disciples d’un Dieu de miséricorde. Nous sommes les ambassadeurs d’un Dieu qui est vivant. Nous avons célébré sa résurrection la semaine dernière. Nous sommes les apôtres de Celui qui nous nourrit avec les Sacrements pour nous transformer en hommes et femmes miséricordieux.

La meilleure manière d’annoncer l’Évangile est en réalisant des œuvres de miséricorde. Elles sont à la portée de tous. Donner à manger à celui/celle qui a faim, donner à boire à celui/celle qui a soif, accompagner celui/celle qui est seul(e), visiter celui/celle qui est en prison, qui est malade ou qui est abandonné dans une maison de retraite, écouter celui/celle qui a besoin de parler et de partager ses difficultés.

Ecoutons l’invitation de Dieu qui nous a été transmise par Faustine, par Jean Paul II et maintenant par le Pape François.

Soyons miséricordieux comme Dieu est miséricordieux. L’Église sera la maison de tous/toutes quand les baptisés comprendront que leur mission dans le monde est de faire connaître la miséricorde de Dieu par leurs paroles et par leurs actes.

Notre monde sera la maison de tous quand les chrétiens seront convaincus que le bonheur de l’humanité passe par la solidarité, la fraternité, la compassion, le pardon, l’amour de l’autre, en somme, par la miséricorde.

Le Christ est ressuscité, Il est vivant et Il est avec nous pour faire de nous des apôtres de la Miséricorde.

Bonne semaine, bonnes fêtes de Pâques.

P Germán le 23 avril 2017

Message du P. Germán le 16 avril 2017 Le Cierge Pascal 2017

posted Apr 13, 2017, 9:30 AM by German Sanchez   [ updated Apr 13, 2017, 10:29 AM ]

Message du P. Germán  le 16 avril 2017 Le Cierge Pascal 2017



Depuis que je suis prêtre (1990) j’ai toujours eu la chance de recevoir d’Allemagne la décoration pour le cierge Pascal de ma paroisse.

Ludger Kintzinger étudia avec moi à Rome. Il profite de ses qualités d’artiste pour réaliser chaque année une belle décoration pour le cierge pascal de sa paroisse Marie de la Paix (Vechta en Allemagne) et en même temps il fait un autre exemplaire pour l’offrir à la paroisse où je me trouve.

 

Le curé de la paroisse allemande, le Père Richard, qui a célébré ses 80 ans en mars 2016 est très fier de son cierge pascal. Il est heureux de voir sa paroisse, qui fait partie d’une petite ville de 25.000 habitants, en communion, grâce au cierge pascal, avec une paroisse d’une grande ville américaine, Los Angeles.

Cette année, Ludger a pris comme thème 1 Corinthiens 13,13 : «  Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand. » Nous sommes invités à découvrir dans notre cierge la foi, l’espérance et l’amour qui viennent de la croix et la résurrection du Christ et qui doivent animer notre vie en cette année 2017.

L’artiste a voulu conserver les éléments liturgiques traditionnels du cierge pascal (la croix, les clous, la première et la dernière lettre de l’alphabet grec Alpha et Omega et l’année en cours).

Il a utilisé la symbolique et la force des couleurs pour illustrer les paroles de Saint Paul.

Le rouge représente l’amour. Il est très visible dans la décoration. Les numéros de l’année sont en rouge pour nous rappeler que le plus important dans notre vie, tous les jours de l’année est l’amour. Les clous sont entourés de rouge parce que le Christ est mort par amour.

Le vert et le bleu nous invitent à penser à l’espérance. Le bleu est la couleur de Marie qui a toujours vécu dans l’espérance. Ces deux couleurs nous parlent de la confiance et la vérité qui nous permettent de vivre dans l’espérance et dans l’attente de l’accomplissement des promesses de Dieu. Cette année nous pouvons puiser dans le cierge pascal la confiance pour vivre en paix dans les moments de doute ou de difficulté.

La couleur doré nous parle de la foi. Cette couleur est partout. Sans la foi dans la croix et la résurrection nous ne pouvons pas être les disciples du Christ. La foi nous permet de célébrer les sacrements avec le cierge pascal allumé. La foi donne des forces à l’espérance et à l’amour. La foi remplit nos cœurs et le cœur de l’Église de confiance et d’amour pour Dieu et pour le prochain. La couleur doré est autour de l’année parce que nous voulons vivre une année 2017 illuminés par la foi dans la résurrection du Christ que nous célébrons chaque fois que nous regardons le Cierge Pascal allumé.

Les couleurs ont différentes tonalités parce que l’intensité de la foi, de l’espérance et de l’amour est différente en chacun. Nous sommes tous présentés dans ces couleurs qui représentent nos joies, nos souffrances, nos doutes et nos attentes. Les couleurs sont comme des lignes ou des veines autour de la croix pour dire que la vie est origine et la fin de la croix. La vie de Christ donnée pour que nous ayons tous la vie en abondance.

Si nous regardons avec un peu d’imagination la croix dans son ensemble nous pouvons imaginer la forme du Corps du Christ. L’Église, Corps du Christ est présente dans la croix.

Les lignes des couleurs qui vont dans tous les sens, qui se croisent, qui partent et qui finissent au cœur de la croix nous invitent à imaginer les lignes du Métro, de bus et les autoroutes qui portent tous les hommes et les femmes que le Christ aime et que l’Eglise désire illuminer avec la lumière de la Résurrection.

 La foi, l’espérance et l’amour donnent du sens à la croix et doivent donner du sens à la vie de tous les chrétiens.

En cette période pascale, prenons du temps pour contempler le Cierge Pascal de notre paroisse. Rappelons-nous que quelque part au Nord de l’Allemagne, le même cierge est en train de briller. Pensons à ceux et celles qui loin de nous prient devant le même cierge pascal. C’est cela la catholicité de l’Église.

Profitons du Cierge Pascal pour prier devant le Christ ressuscité et pour lui confier nos peurs et nos souffrances. Laissons-nous illuminer par la lumière de la résurrection pour que notre vie rayonne de la présence du Christ.   

Le Cierge Pascal sera allumé pendant tout le temps pascal et il brillera aussi pendant les baptêmes, les confirmations, les ordinations, les mariages, les funérailles et les grandes fêtes liturgiques de l’Église pour nous rappeler que nous appartenons au Christ et que le Centre de la vie de tous les chrétiens est le Christ qui est notre lumière.

Venez contempler notre Cierge Pascal et rappelez-vous que dans nos obscurités le Christ allume un feu qui ne s’éteint jamais. Alléluia.

Joyeuses Fêtes de Pâques.

P Germán le 16 avril 2017

Message du P. Germán LA SEMAINE SAINTE 2017 le 9 avril 2017

posted Apr 4, 2017, 4:56 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

 LA SEMAINE SAINTE 2017

La Semaine Sainte est une semaine spéciale pour tous les chrétiens.

Tout commence avec le dimanche des Rameaux. Ce jour-là nous méditons la Passion du Christ et nous célébrons son entrée à Jérusalem. Le dimanche des Rameaux est un des dimanches où nos églises sont le plus fréquentées. La bénédiction des Rameaux se fait seulement au début de la célébration, à l’extérieur de l’église dans les messes en anglais et au parking de l’école dans les autres messes. Ensuite nous partons en procession vers l’Église pour nous rappeler que nous sommes une Eglise en marche.

Le lundi 10 avril à 19h aura lieu la Messe Chrismale à la Cathédrale. Nous en avons parlé dans le bulletin de la semaine dernière.

Le Jeudi Saint nous célébrerons une messe trilingue à 19h. Dans cette célébration nous faisons mémoire de la dernière Cène du Christ avec ses disciples. Le Jeudi Saint l’Église célèbre l’institution de l’Eucharistie.

Le Vendredi Saint est une journée sobre et triste. Nous célébrons la Passion et la Mort de Jésus. L’Eglise prie pour ceux et celles qui souffrent dans le monde entier. La liturgie du Vendredi Saint est une très belle liturgie car elle est faite de beaucoup de moments de silence et de contemplation. Ce jour-là nous aurons un Chemin de Croix à midi en espagnol et en anglais, la célébration de la Passion en anglais à 15h et la célébration de la Passion en espagnol à 19h.

Le Samedi Saint, la Vigile Pascale aura lieu à 19h00. Tout commence par la  bénédiction du feu et du nouveau Cierge Pascal qui nous accompagnera dans toutes les célébrations de l’année. Ensuite nous écoutons la Parole de Dieu en commençant par la Création, l’Exode, les prophètes et nous finissons les lectures par l’Évangile qui annonce la Résurrection du Christ.

La Vigile Pascale est une célébration pleine de lumière et d’espérance. Le Carême est fini et nous célébrons dans la joie la Vie qui vient du Christ ressuscité. Dans cette célébration nous baptisons des adultes et des adolescents. Ceux et celles qui sont baptisés reçoivent pour la première fois le Corps et le Sang du Christ et sont aussi confirmés.

Le dimanche de Pâques nous commençons une série de dimanches dans lesquels nous annonçons la Résurrection du Christ et nous écoutons les récits des apparitions.

La Semaine Sainte est une grande semaine pour tous les chrétiens. N’hésitez pas à participer à toutes les célébrations que votre emploi du temps vous permet.

Il est important de nourrir sa foi avec la prière, la Parole de Dieu et le rassemblement de l’Église.

Je voudrais voir l’église pleine dans toutes les célébrations. Venez célébrer avec la communauté les moments importants de l’histoire du Salut de l’humanité.

Je voudrais vous inviter à prier pour que tous les hommes et les femmes de bonne volonté découvrent le vrai visage de Dieu qui est miséricorde. Prions pour que toutes les religions s’unissent pour construire la fraternité et le respect de l’autre et de la création. Prions aussi pour le Pape François. Il a besoin de notre soutien et de notre prière pour continuer à guider l’Église sur le chemin de l’Évangile.

 Bonne Semaine Sainte.

P. Germán le 9 avril 2017

Message du P. Germán le 2 avril 2017 LA MESSE CHRISMALE 2017

posted Mar 28, 2017, 1:17 PM by German Sanchez

Message du P. Germán

 LA MESSE CHRISMALE 2017

La Messe Chrismale sera célébrée dans la Cathédrale Notre Dame des Anges, le lundi 10 avril 2017 à 19h.

Cette Eucharistie présidée par l’Archevêque entouré de son presbytère (les prêtres de l’archidiocèse) et du peuple de Dieu est la célébration annuelle du Sacerdoce du Christ, du Sacerdoce ministériel (les prêtres et les évêques) et du Sacerdoce commun (tous les baptisés).

Les saintes huiles qui seront utilisées dans toutes les paroisses de l’archidiocèse seront bénies ce soir-là.

Ce jour-là nous célébrons l’Eucharistie et les sacrements dans lesquels l’Église nous rappelle que, comme le Christ, nous avons été oints : le Baptême, la Confirmation, le Sacerdoce et l’Onction des malades.

Dans cette Eucharistie nous manifestons la communion entre tous les baptisés, les prêtres et leur évêque. La Messe Chrismale est importante parce que c’est le moment dans lequel l’Église locale se rassemble pour montrer que les sacrements construisent l’Église et que nous vivons dans la communion parce que nous partageons le même pain, la même coupe et la même onction.

Tous les baptisés sont invités à participer à cette belle célébration dans laquelle nous manifestons aussi notre appartenance à une Église plus large que notre paroisse ou notre petite communauté.

Invitez vos amis et vos familles, arrivez en avance car la Cathédrale sera pleine et prenez une seule voiture car le parking est difficile.

J’espère voir beaucoup de paroissiens de Saint Sébastien dans cette célébration diocésaine.

Bon chemin vers Pâques.

P. Germán le 2 avril 2017

Message du P Germán le 26 mars 2017 Lettre ouverte au Président D. Trump d’un des évêques de Jerusalem.

posted Mar 24, 2017, 7:38 PM by German Sanchez   [ updated Mar 24, 2017, 7:39 PM ]

Message du P. Germán

Lettre ouverte au Président D. Trump d’un des évêques de Jerusalem.

En ce temps de carême, je vous invite à lire la lettre ouverte que l’évêque de l’Église Évangélique Luthérienne en Jordanie et Terre Sainte a envoyée au Président des USA. (Le texte vient d’internet)

Jésus dit : « J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli. » (Matthieu 25, 35)

« Cher Monsieur le président,

Salaam et salutations de Jérusalem, au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Je vous écris de la ville sainte de Jérusalem dans un esprit de prière. Je prie que votre présidence porte des fruits. Je prie que, sous votre direction, les États-Unis d’Amérique continuent à mettre en œuvre et à défendre leurs valeurs traditionnelles de diversité, d’égalité, de recherche du bonheur, de la liberté et de la justice pour tous.

Je prie que, comme Président, vous allez défendre et mettre en œuvre ces valeurs, pas seulement pour les citoyens de votre pays mais aussi pour tous ceux qui sont vos prochains. Que votre engagement en faveur des valeurs fondamentales de votre pays englobe aussi ceux qui vivent dans des zones de conflit et de souffrance. J’offre cette prière de mon bureau à Jérusalem où nous continuons à prier et travailler en vue d’une solution pacifique et juste pour les deux peuples et les trois religions de ce pays. Nous attendons avec impatience de pouvoir vivre la liberté, la justice et l’égalité dans la diversité, comme votre pays en donne l’exemple au monde entier.

J’ai été informé des récentes décisions concernant les immigrants et les réfugiés que vous allez mettre en œuvre, et je me fais des soucis à leur sujet.

Je me fais du souci parce que, depuis près de 250 ans, le monde entier considère votre pays comme un modèle dans lequel des races et des nationalités différentes peuvent porter ensemble une même identité américaine. Votre pays était en tête dans la promotion des droits civiques, il a toujours eu le souci d’une égale citoyenneté pour tous, ainsi que de la justice et de la liberté pour tous. C’est pour cela que d’innombrables réfugiés et migrants ont vu dans les États-Unis un flambeau d’espérance.

Je me fais du souci pas seulement pour ceux qui désormais ne pourront plus entrer dans votre pays, mais aussi pour la sécurité de mes voisins dans cette partie du monde. J’ai bien peur que la décision d’interdire l’entrée aux citoyens de sept pays à majorité musulmane tout en suggérant un traitement préférentiel pour les chrétiens de ces mêmes pays fasse du tort à de nombreuses petites communautés dans notre partie du monde. Une telle approche fera du tort tout spécialement aux chrétiens arabes. Dans le monde arabe, les chrétiens ont une longue histoire de coexistence avec leurs voisins musulmans. Nous rejetons toute décision de diviser la société arabe selon des critères religieux, et continuons à nous considérer comme en droit de jouir ensemble d’une même citoyenneté avec les mêmes droits et les mêmes responsabilités.

Je me fais du souci parce que je suis moi-même un réfugié et connais de première main les difficultés que les familles de réfugiés ont à affronter. En même temps, comme évêque luthérien, je sais que refuser des réfugiés de quelque religion que ce soit est en contradiction avec le message de Jésus-Christ. Jésus lui-même était aussi un réfugié, qui a cherché refuge et sécurité en Égypte avec sa famille. Tout au long de sa vie, par son enseignement et ses actes, Jésus portait attention à l’étranger et à l’exclu. Dans sa lettre pastorale du 30 janvier, Elizabeth Eaton, évêque en exercice de notre Église partenaire, l’Église évangélique luthérienne en Amérique (ELCA), disait : « Notre Seigneur ne nous a pas seulement ordonné d’accueillir l’étranger, il a aussi clairement dit que quand nous accueillons l’étranger dans nos foyers et dans nos cœurs, nous l’accueillons lui-même. » (Matthieu 25, 35)

Pour cette raison, l’accueil de l’étranger n’est pas simplement une possibilité pour les chrétiens. C’est l’une de nos valeurs fondamentales.

En novembre 2013, un groupe de responsables religieux du monde entier s’est réuni à Vienne pour signer le document Accueillir l’étranger : Affirmations des chefs religieux. Ce document historique est un engagement pour l’aide aux réfugiés, aux déplacés internes et aux apatrides, et contre toute xénophobie. Plus de 600 délégués des religions bouddhiste, chrétienne, hindouiste, juive et musulmane ont pris part à cet événement. C’était un témoignage puissant disant que le souci envers les réfugiés n’est pas le propre de telle religion particulière, mais se trouve au cœur même de toute tradition religieuse.

Comme évêque luthérien de Jérusalem, comme réfugié et comme citoyen du monde, je vous prie de reconsidérer vos récentes décisions concernant les réfugiés et les immigrants. Je vous prie instamment de réfléchir aux valeurs fondamentales des États-Unis et de Jésus, et de chercher une autre voie vers le double objectif de sécurité et de perspectives d’avenir dans le pays des hommes libres.

Respectueusement,

Évêque Dr. Munib A. Younan,

Évêque de l’Église évangélique luthérienne en Jordanie et Terre Sainte »

 

Bon chemin vers Pâques et bonne semaine.

P Germán le 26 mars 2017

1-10 of 441

Comments