Historique

Présentation de l’Aumônerie Catholique Francophone 

de Los Angeles & Orange County

Californie - USA

 

Une paroisse française a existé il y a très longtemps à Los Angeles, lorsque des Pères français tenaient un hôpital au centre ville, que l’on appelait l’hôpital français. En 1946, alors que ces pères se retirèrent, la dernière présence religieuse française à Los Angeles disparut et en même temps, la paroisse française.

 

Ce n’est que 47 ans plus tard, en novembre 1993, qu’une Aumônerie de langue française reprit le flambeau grâce à l’initiative de quelques familles souhaitant catéchiser leurs enfants en français  et de représentants de l’église française à Washington, et en particulier du Père Dominique Aubert. Dès septembre 1993, des cours de catéchisme étaient organisés et on faisait le projet d’une messe en français.

Le Père Henri Capdeville, qui avait vécu en France jusqu’à l’âge de 10 ans et moine dans un monastère d’Arizona, accepta de devenir le premier aumônier de la communauté francophone de Los Angeles. Il fut autorisé par son Père supérieur à venir une fois par mois en Californie et y servir la communauté catholique francophone.

 

La première messe eut lieu en novembre 1993, célébrée par le Père Dominique Aubert, venu spécialement de Washington, et concélébrée par le Père Henri Capedeville, dans la chapelle du Collège Mount Sainte-Marie.

 

Deux ans plus tard, 200 familles étaient inscrites dans le livre d’or de l’Aumônerie et le catéchisme se déroulait dans des locaux loués par une école catholique américaine, sur les recommandations de l’archidiocèse.

Tout au long de son développement, l’aumônerie, qui fonctionnait comme une association à but non lucratif, a veillé à garder le contact avec l’archidiocèse, en particulier par l’intermédiaire de ses délégués aux groupes ethniques.

 

Après deux ans de fonctionnement, la communauté a pu commencer à louer la chapelle du collège Daniel Murphy, afin qu’une messe puisse être dite deux fois par mois. Le Père Capdeville ne pouvant venir qu’une fois par mois, le Père Marcel Tillous, aumônier des basques aux Etats Unis, est venu apporter son aide, ainsi que des prêtres francophones de passage ou en visite à Los Angeles, tels que le Père Joseph Hardy. C’est aussi à cette époque que grâce à l’aide du Père Marcel Tillous la communauté  de Los Angeles a commencé à se rapprocher de la communauté d’Orange County (au Sud de Los Angeles), avec laquelle elle a partagé les prêtres pour les célébrations mensuelles d’Orange County, mais aussi des weekends de jeunes et ensuite des messes en plein air.

 

Pendant tout ce temps, les membres de l’équipe pastorale effectuèrent de nombreuses démarches pour tenter d’avoir un aumônier permanent. En 1999,  la communauté accueillit parmi elle le Père Martin Minaberry, rattaché à une paroisse américaine où il disait les messes en espagnol et ayant pour mission de servir la communauté francophone. La fréquence des messes put alors être augmentée à une chaque dimanche. A cette époque aussi fut créé un groupe de catéchisme dans ce que nous appelons “la vallée”, - des villes à la périphérie de Los Angeles où des membres de notre aumônerie résident mais d’où ils ne peuvent conduire leurs enfants au catéchisme compte-tenu de la distance -

Malheureusement, une crise cardiaque rappela le Père Martin auprès du Seigneur en septembre 2001 et l’aumônerie Catholique Francophone de Los Angeles se retrouva sans aumônier.

S’en suivirent deux années difficiles. Difficile de trouver des prêtres pour assurer une messe par semaine. Des prêtres francophones ou francophiles résidant ou de passage en Californie et parfois des prêtres anglophones acceptaient de célébrer en anglais alors que les textes liturgiques, les prières et les chants étaient en français.

L’aumônerie reçut aussi de l’aide de l’autre côté de l’océan, en particulier de Monseigneur Brincard, qui vint en visite à Los Angeles. Puis l’année suivante, il  envoyait le Père Emmanuel Gobillard pour une semaine riche en échanges et en célébrations. Un peu plus tard, grâce à son intervention, deux moines français du Texas venaient aussi à Los Angeles, permettant aussi de très bons échanges.

 

Le 1er Novembre 2003,  en la Cathédrale Notre Dame des Anges, de Los Angeles  on célébra le 10ème anniversaire de l’aumônerie, mais, sans un aumônier permanent la communauté s’essoufflait et le groupe pastoral commençait à réfléchir sur une réduction de la fréquence des messes quand une grande nouvelle arriva de France par e-mail…  Un prêtre franco-colombien pourrait être envoyé à Los Angeles pour servir la communauté francophone…

 

Avec la bienveillance du Vicaire du clergé de Los Angeles, le Père Gabriel Gonzales, de Mgr Clark. Evêque Auxiliaire à Los Angeles, de Mgr Brincard, de Mgr de Germiny, Evêque de Blois, du Père Jean Savoie, de Sœur Marie André et des autorités diocésaines de Los Angeles…. Ce projet se concrétisa et il y a six ans le Père Germán Sánchez commençait sa mission américaine !

Au départ il dut accepter de travailler dans un hôpital comme chapelain puis d’être adjoint au curé de diverses paroisses afin de recevoir un salaire car la communauté francophone n’avait pas les ressources pour le lui assurer. Dès son arrivée la communauté a commencé à s’étoffer et à se fidéliser. Un grand tournant dans son évolution fut la nomination du Père Germán Sánchez comme administrateur de la paroisse St Sébastien à Los Angeles. Une première dans les anales de l’Archevêché de Los Angeles qui ne nomme pas à ce poste des prêtres dépendant d’un évêché à l’étranger. Une aubaine pour tous puisque cette paroisse comprend trois communautés et que le Père Sánchez en parle les trois langues : une communauté hispanophone (très majoritaire en nombre avec 1000 familles), anglophone (environ 300 familles) et francophone (400 familles). Un défi en fait puisque lorsque la paroisse fut confiée à la responsabilité du Père Sánchez elle était en danger de fermeture car pas assez prospère. Depuis cela, la paroisse a grandi tant au niveau des familles qui la fréquentent dans les trois communautés qu’au niveau logistique. Les comptes furent assainis, on y a récemment construit une salle polyvalente…  et dans les réunions de doyenné ou du diocèse… on cite maintenant la paroisse en exemple !

 

Parce que nous ne sommes pas que des Français, nous insistons sur le fait que nous sommes une aumônerie francophone. Monseigneur Clark a une expression qui la définit bien. Il disait un jour “lorsque l’on célèbre avec vous, on a l’impression d’être aux Nations Unies”. Effectivement, nous comptons parmi nous des représentants de tous les continents… Français, Canadiens, Belges, Suisses, beaucoup d’Africains francophones venus de divers pays dont le Zaïr, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, le Congo. Bon nombre d’autres pays sont aussi représentés, tels que Haïti, le Vietnam, l’Egypte, etc… Une diversité qui sans aucun doute fait la richesse de notre groupe.

Cette richesse est aussi due au fait que notre communauté se renouvelle chaque année. En effet, un certain nombre de familles, généralement venues de France sont ici pour des périodes déterminées de 3 à 4 ans envoyées par leur employeur. Ces familles sont très souvent jeunes et ont donc des enfants qui viennent augmenter les effectifs de nos groupes de catéchisme.  Chaque année nous avons des premières communions et des professions de foi, et une année sur deux des confirmations. Nous avons aussi bon nombre de baptêmes, quelques mariages, et malheureusement aussi parfois des funérailles. Nous avons aussi régulièrement des baptêmes et confirmations d’adultes.

Nous avons aussi un groupe d’adolescents, l’Aumônerie Saint Gabriel, pris en charge par des couples français en résidence à Los Angeles. Les jeunes se retrouvent régulièrement pour des discussions, sorties ou weekends à thèmes religieux et certains d’entre eux se préparent à un cheminement vers la confirmation.

Un groupe de réflexion de jeunes cadres chrétiens s’est également formé autour du Père Sánchez.

Et puis enfin, nous avons un site web www.cathoala.org, instrument indispensable d’information et de lien entre toutes ces familles dispersées en Californie du Sud et de présence pour ceux qui arrivent à Los Angeles ou y sont de passage et recherchent un lieu pour prier en français. Tout le monde n’étant pas nécessairement équipé ou amateur d’Internet, nous avons aussi conservé notre bulletin mensuel que nous envoyons par courrier à 400 familles aux Etats Unis et en Europe tous les mois.

 

Si l’Aumônerie Catholique Francophone de Los Angeles est encore jeune et si l’on peut espérer qu’elle se développe encore davantage, on peut tout de même dire qu’elle se porte bien et qu’elle a énormément progressé, en grande partie parce qu’elle a la chance d’avoir un berger à la tête du troupeau.

 

Comments